Messe gnostique de l’Eglise Gnostique Chaote

Liturgie gnostique utilisée par Tau Heliogabale au sein de l’Oratoire d’Ara Lunae de l’Eglise Gnostique Chaote.

Rituélie préparatoire

(Clochette)

Le célébrant et les fidèles procèdent à l’ablution d’eau préalable.

1° Aspersion sur lui-même :

P : Que le Seigneur me ✛ purifie, afin que je puisse dignement accomplir son Saint Service.

2° Aspersion sur l’assemblée :

P : Souvenez-vous des promesses que vous avez faites à votre baptême, et du Sacrifice du Christ, lequel vous offre ✛ le pardon gratuit de vos fautes, selon vos besoins et vos désirs, par la très sainte aspersion.

3° Aspersion aux quatre points cardinaux :

P : Étends ta main, ô Dieu, de ta Céleste résidence, et daigne ✛ épurer, ✛ nettoyer, ✛ purifier et ✛ consacrer Ton Saint Temple afin qu’il puisse être rendu convenable pour la célébration de Tes louanges, et de Tes très Saints Mystères. Par Jésus-Christ, notre Seigneur. Amen.

Le célébrant s’avance et il bénit les cierges :

C : Propator, bénis ✛ ce feu et bénis ✛ cette lumière, que ce soient les Lumières qui brillent dans la nuit du Kénôme.

Puis l’encens :

C : Que cet encens soit béni ✛ ! Reçois Propator cet encens comme offrande et signe de notre fidélité.

Entrée

Les fidèles et le célébrant se mettent en cercle autour de l’autel. Le célébrant, revêtu de l’étole, se tient au milieu du cercle et traçant le Tau, il dit :

Au nom du Père Inconnu ✛, du Logos Monogène ✛ et de l’Esprit Paraclet ✛ !

Tous : Amen !

Le célébrant lit l’Hymne du Sauveur, à laquelle les participants, qui se tiennent la main, répondent par l’amen. L’assistant encense en tournant autour du cercle formé par les fidèles et le célébrant. L’encensement doit durer pendant toute la lecture.

Hymne du Seigneur

Gloire à toi, Père !

Et nous lui répondîmes en cercle : Amen !

Gloire à toi, Logos ! Amen !

Gloire à toi, Esprit Paraclet ! Amen !

Gloire à ta gloire ! Amen !

Nous te louons, Père ! Amen !

Nous te rendons grâces, Lumière dans laquelle les ténèbres n’habitent pas ! Amen !

Voilà pourquoi nous rendons grâces ! Amen !

Je veux être sauvé et je veux sauver. Amen !

Je veux être délivré et je veux délivrer. Amen !

Je veux être blessé et je veux blesser. Amen !

Je veux être engendré et je veux engendrer. Amen !

Je veux manger et je veux être mangé. Amen !

Je veux écouter et je veux être écouté. Amen !

Je veux être compris par l’intelligence, moi qui suis tout entier intelligence. Amen !

Je veux être lavé et je veux laver. Amen !

La Grâce danse ! Amen !

Je veux jouer de la flûte, dansez tous. Amen !

Je veux jouer une complainte, frappez-vous tous la poitrine. Amen !

L’Ogdoade chante avec nous. Amen !

La Dodécade danse en haut. Amen !

Au Tout il appartient de danser en haut. Amen !

Celui qui ne danse pas ignore ce qui se passe. Amen !

Je veux fuir et je veux rester. Amen !

Je veux mettre en ordre et je veux être mis en ordre. Amen !

Je veux être unifié et je veux unifier. Amen !

Je n’ai pas de maisons et j’ai des maisons. Amen !

Je n’ai pas de lieux et j’ai des lieux. Amen !

Je n’ai pas de temples et j’ai des temples. Amen !

Je suis une lampe pour toi qui me regardes ! Amen !

Je suis un miroir pour toi qui me comprends. Amen !

Je suis une porte pour toi qui frappes à moi. Amen !

Je suis un chemin pour toi, le passant. Amen !

En répondant à ma danse, vois-toi en moi qui parle, et voyant ce que je fais, garde le silence sur mes mystères.

Toi qui danses, comprend ce que je fais, car elle est tienne, cette souffrance de l’Homme que je dois endurer.

En effet tu ne pourrais absolument pas comprendre ce que tu souffres si je n’avais pas été envoyé pour toi comme Logos par le Père.

Toi qui as vu ce je fais, tu m’as vu comme souffrant et l’ayant vu, tu n’es pas resté immobile, mais tu as été tout entier mis en mouvement.

Ayant été mis en mouvement, tu as connu ton ignorance ; mais tu possèdes en moi un lit pour t’étendre.

Repose-toi sur moi.

Qui je suis, tu le sauras quand je m’en irai.

Tel qu’on me voit maintenant, je ne suis pas.

Ce que je suis, tu le verras quand tu viendras.

Si tu connaissais la souffrance, tu posséderais l’absence de souffrance.

Connais la souffrance et tu posséderas l’absence de souffrance.

Ce que tu ne connais pas, je te l’enseignerai.

Je suis ton Dieu, non celui du traître.

Je veux que les âmes saintes soient mises en harmonie avec moi.

Connais le discours de la sagesse.

A nouveau, dis-moi :

Gloire à Toi, Père !

Gloire à Toi, Logos !

Gloire à Toi, Esprit Paraclet !

Ce qui est mien, si tu veux vraiment le connaître, voici :

Par le Logos je me suis joué en toutes choses et je n’ai en rien connu la honte.

Moi j’ai dansé ; toi, comprends tout cela et l’ayant compris, dis :

Gloire à toi, Père !

Gloire à toi, Logos !

Gloire à toi, Esprit Paraclet ! Amen !

Les participants se lâchent les mains ; ils s’assoient en cercle devant l’autel. Le célébrant s’assied et s’incline et embrasse l’autel. Le Lecteur commence alors la lecture.

1ère Lecture

Mes bien-aimés, écoutez ces enseignements de la Gnose :

L : « Je vous ai d’abord parlé en paraboles et vous ne compreniez pas. Maintenant à nouveau, je vous parle en langage clair et vous ne saisissez pas. Or, vous, vous étiez pour moi une parabole parmi les paraboles, et clairs en langage clair. Hâtez-vous d’être sauvés, sans qu’on vous en prie. Mais préparez-vous vous-mêmes et, si c’est possible, devancez-moi, moi-même. Car c’est de cette façon que le Père vous aimera. Haïssez l’hypocrisie et la pensée mauvaise ! Car c’est la pensée mauvaise qui engendre l’hypocrisie. L’hypocrisie, elle, est éloignée de la vérité.

Ne laissez pas dépérir le Royaume des cieux ! Car il ressemble à une branche de dattier dont les fruits ont coulé à terre autour d’elle. Elle a ensuite produit des feuilles et quand celles-ci ont poussé, elles ont fait dessécher la matrice. Ainsi en est-il du fruit qui a été produit à partir de cette racine unique : lorsqu’il fut planté, des fruits ont été engendrés par beaucoup. Ce serait certes une bonne chose, si tu avais maintenant la possibilité de produire pour toi de nouveaux plants : tu trouverais le Royaume.

Puisque j’ai déjà été glorifié en cela avant ce temps, pourquoi me retenez-vous, alors que j’ai hâte de partir ? Après la fin, en effet, vous m’avez contraint à rester auprès de vous encore dix-huit jours à cause des paraboles. C’était suffisant pour des hommes : ils ont écouté l’enseignement et ils ont compris « les Bergers », « la Semence », « la Construction », « les Lampes des vierges », « le Salaire des travailleurs », « les Didrachmes et la Femme »

Soyez empressés pour le Verbe. Car le Verbe, certes, son état est premièrement la foi, le deuxième, c’est la charité, le troisième, ce sont les œuvres. C’est d’elles, en effet, que provient la Vie. Car le Verbe ressemble à un grain de froment : une fois que quelqu’un l’a semé, il y a mis sa confiance, et, quand il a poussé, il l’a aimé, parce qu’il a vu de nombreux grains à la place d’un seul, et lorsqu’il a travaillé, il fut sauvé, l’ayant apprêté comme nourriture. En outre, il en a réservé pour semer. C’est ainsi également qu’il vous est possible de recevoir 25 le Royaume des cieux. Celui-ci, à moins de le recevoir par la Connaissance, vous ne pourrez le trouver. Voilà pourquoi je vous dis : Soyez vigilants, n’errez pas ! » (Epître Apocryphe de Jacques).

2ème Lecture

L : « L’attachement à la matière engendre une passion contre nature. Le trouble naît alors dans tout le corps; c’est pourquoi je vous dis : Soyez en harmonie… Si vous êtes déréglés, inspirez-vous des représentations de votre vraie nature. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

Après avoir dit cela, le Bienheureux les salua tous en disant : Paix à vous, que ma Paix naisse et s’accomplisse en vous ! Veillez à ce que personne ne vous égare en disant : Le voici, Le voilà. Car c’est à l’intérieur de vous qu’est le Fils de l’Homme ; allez à Lui : ceux qui Le cherchent Le trouvent En marche ! Annoncez l’Évangile du Royaume.

N’imposez aucune règle, hormis celle dont je fus le Témoin. N’ajoutez pas de lois à celles de celui qui a donné la Loi, afin de ne pas en devenir les esclaves.

Ayant dit cela, Il partit. Les disciples étaient dans la peine ; ils versèrent bien des larmes, disant : Comment se rendre chez les païens et annoncer l’Évangile du Royaume du Fils de l’Homme ? Ils ne l’ont pas épargné, comment nous épargneraient-ils ?

Alors, Marie se leva, elle les embrassa tous et dit à ses frères : Ne soyez pas dans la peine et le doute, car Sa Grâce vous accompagnera et vous protégera : louons plutôt Sa grandeur, car Il nous a préparés. Il nous appelle à devenir pleinement des êtres humains.

Par ces paroles, Marie tourna leurs cœurs vers le Bien ; ils s’éclairèrent aux paroles du Maître. » (Évangile de Marie).

C : Que ces Paroles infusent en nous la Gnose et qu’elles entretiennent le Feu de notre Foi ✛. Car le Seigneur a dit : « Celui qui parvient à l’interprétation de ces paroles ne goûtera point de mort ! »

Credo gnostique

Le célébrant et les fidèles se lèvent pour dire le Credo gnostique.

Je crois en un Seigneur Éternel & Ineffable, Père de toute Vie, Mystère du Mystère, en Son Nom PROPATOR ;

Au Serpent & au Lion crucifié, Mystère du Mystère, en Son Nom JÉSUS-CHRIST ;

En une Vierge, Mère de Jésus-Christ, dont sont issus tous les hommes & où ils résideront tous, Mystère du Mystère, en Son Nom THEOTOKOS ;

Et au Divin Paraclet, Souffle & Amour, en Son Nom PNEUMA AGION.

Je crois en une Église Une, Gnostique, Apostolique & Universelle de la Lumière, de la Vie, de l’Amour et de la Liberté ;

En une communion des Saints & à la rectification des fautes ;

Et, aussi longtemps que la nourriture & la boisson seront transmutées en nous journellement en une substance spirituelle, je crois au Miracle de la Messe.

Je confesse un Baptême, par lequel nous accomplissons le Miracle de l’Incarnation.

Et je confesse ma vie une, individuelle & éternelle qui fut & est & qui sera.

AMEN.

Homélie et/ou méditation silencieuse

C : Que la Charis suprême, impensable et ineffable, remplisse votre homme intérieur et répande en vous sa gnose, comme si elle semait le grain de sénevé dans une bonne terre

Liturgie eucharistique

Le célébrant et les fidèles s’assoient. Le célébrant apporte le calice et la patène à l’autel, accompagné de l’assistante portant un cierge allumé. Le célébrant, ayant déposé le calice et la patène sur l’autel, s’incline et découvre la patène et le calice.

Prière eucharistique

C : Nous Te rendons grâce et nous célébrons l’eucharistie, Père, au nom de ton Fils Jésus Christ, pour tous Tes enfants dispersés dans le Kénôme :

qu’ils quittent l’amertume du monde pour la douceur de Dieu,

le charnel pour le spirituel,

le physique pour l’angélique,

le visible pour l’invisible,

la créature pour le Plérôme,

le monde pour l’Éon,

l’esclavage pour l’état de fils,

et parviennent à la pleine connaissance de Tes mystères.

Éclaire leur intelligence, qu’ils accomplissent Ta volonté par le Nom de Jésus le Christ ; et ils accompliront Ta volonté, maintenant et toujours, étant parfaits en toute grâce et toute pureté.

Gloire à Toi dans Ton Fils et Ton Monogène, Jésus le Christ, maintenant et toujours ✛.

T : Amen !

La Paix

C : Soyez dans la joie et que votre joie soit parfaite ! Je vous donne un commandement nouveau : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés », dit le Seigneur.

Le célébrant transmet au fidèle à sa droite le baiser de paix et chacun, en le transmettant à son tour, échange les vœux :

V : Que la Paix soit toujours avec toi,

R : Et avec ton esprit.

Prière de consécration

C : Quelle louange, quelle parole d’offrande, quelle Action de grâces pourrions-nous prononcer en rompant ce pain, sinon de Te nommer, toi seul, JÉSUS ?

Le célébrant étend les mains sur le pain et le calice.

Nous glorifions Ton nom de FILS qui a été dit par Toi.

Nous Te glorifions comme la PORTE qui donne l’accès !

Nous Te glorifions comme la RÉSURRECTION révélée par Toi pour nous !

Nous Te glorifions comme le CHEMIN !

Nous Te glorifions comme la SEMENCE, comme le LOGOS, la GRÂCE, la FOI, le SEL, la PERLE INDICIBLE, le TRÉSOR, la CHARRUE, le FILET, la GRANDEUR, le DIADÈME, comme Celui qui à cause de nous a été appelé FILS DE L‘HOMME, comme la VÉRITÉ, le REPOS, la CONNAISSANCE, la PUISSANCE, le COMMANDEMENT, la CONFIANCE, la LIBERTÉ, le REFUGE trouvé en toi !

Car Tu es, Seigneur, la RACINE DE L’IMMORTALITÉ, la SOURCE DE L’INCORRUPTIBILITÉ et le FONDEMENT DES ÉONS, Toi qui reçois tous ces noms à cause de nous afin qu’en usant d’eux pour T’appeler, nous connaissions Ta grandeur, invisible pour nous dans le présent, mais visible seulement pour les purs, qui se forment dans Ton Homme unique !

C : Prions ensemble.

Notre Père qui es aux cieux

Que ton Nom soit sanctifié

Que ton Règne vienne

Que ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel

Donne-nous aujourd’hui notre pain suressentiel

Remets-nous nos dettes comme nous les remettons aussi à nos débiteurs

Et ne nous soumets pas à l’illusion, mais délivre-nous de l’Archonte.

Car c’est à toi qu’appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire,

pour les Éons des Éons.

Amen.

(Clochette)

Le célébrant poursuit : Venez à la table sainte les bénis de mon Père !

Bénis et sanctifie cette oblation terrestre pour en faire une offrande digne de Toi et afin que le pain que nous ✛ rompons soit une communion au Corps du Seigneur et le calice que nous ✛ bénissons soit une communion au Sang du Seigneur.

Jésus, qui nous a jugés dignes de communier à l’eucharistie de Ton saint corps et à Ton sang, voici que nous osons nous approcher de Ton eucharistie et invoquer Ton saint nom. Viens et donne-nous participation à Toi.

Viens, don du Très Haut,

Viens, miséricorde parfaite,

Viens, Esprit Paraclet,

Viens, toi qui connais les mystères de l’Elu,

Viens, toi qui révèles les secrets et qui fais connaître les choses ineffables, sainte colombe qui enfante les deux jumeaux,

Viens, mère secrète,

Viens et communie avec nous en cette eucharistie que nous célébrons en ton nom et dans cette agape où sommes réunis à ton invitation.

C : Qu’il soit ainsi fait ici selon la pensée et les intentions de Jésus-Christ lorsque la veille de Sa Passion, (il prend le pain) Il prit le pain dans Ses mains saintes et vénérables, et (il élève les yeux au ciel) les yeux élevés au ciel, vers Vous, Dieu Son Père tout-puissant, (il incline la tête) Vous rendant grâces, Il le ✛ bénit , le rompit (il rompt le pain), et le donna à Ses disciples en disant :

Prenez et mangez-en tous : CECI EST MON CORPS.

Inclinaison, élévation et inclinaison. Il donne alors le pain rompu au premier fidèle à sa droite. Celui-ci rompt une parcelle qu’il avale et donne le pain au fidèle à sa droite, et ainsi de suite.

C : De même, après le repas (il prend le calice des deux mains), prenant aussi ce précieux Graal dans Ses mains saintes et vénérables (il incline de nouveau la tête), Vous rendant grâces de nouveau, Il le (tenant le calice de la main gauche, il le signe de la droite) bénit ✛, et le donna à Ses disciples en disant : Prenez et buvez-en tous :

CECI EST LE CALICE DE MON SANG, LE SANG DE L’ALLIANCE NOUVELLE ET ÉTERNELLE, MYSTÈRE DE FOI, QUI SERA VERSÉ POUR VOUS ET POUR UNE MULTITUDE EN RÉMISSION DES PÉCHÉS.

À voix basse : Chaque fois que vous ferez ceci, vous le ferez en mémoire de Moi. Inclinaison, élévation et inclinaison.

Il donne le calice au premier fidèle à sa droite qui boit, puis passe le calice au fidèle à sa droite… Le calice étant revenu au célébrant, celui-ci dit :

C : Que moi aussi je reçoive avec vous la paix et la semence de lumière, bien-aimés !

Il boit alors ce qui reste dans le calice. Ensuite, il verse de l’eau dans le calice afin de le purifier convenablement et il boit.

C : Vous avez reçu le sceau, procurez-vous la vie éternelle.

Prière d’Action de grâce

Le célébrant et l’assemblée entonnent alors la prière d’Action de grâce :

Rendons grâces au Seigneur !

Nous glorifions Ton nom, qui nous détourne de l’égarement et de l’illusion cruelle !

Nous Te glorifions, Toi qui nous as fait voir de nos yeux ce que nous avons vu !

Nous rendons témoignage à Ta bonté qui s’est révélée de diverses façons !

Nous louons, Seigneur, Ton nom excellent qui a convaincu d’erreur ceux que Tu as convaincus d’erreur !

Nous Te rendons grâces, Seigneur Jésus-Christ, car nous avons confiance en Ton amour qui est immuable !

Nous Te rendons grâces, à Toi qui as désiré que notre nature soit sauvée !

Nous Te rendons grâces, à Toi qui nous as donné la conviction irrécusable que Tu es le seul Dieu, maintenant et toujours !

Nous, Tes serviteurs à bon droit rassemblés et restaurés, nous Te rendons grâces, ô Saint, toi qui règne dans le Plérôme, maintenant et toujours !

Tous : Amen !

Hymne

C : Salut, salut royaume

D’éternelle clarté.

Salut, salut Plérome

De la Divinité !

Abîme, ô mer immense

Où se meut la substance ;

Mystère de Silence,

D’Amour et de beauté !

Bénédiction

Le célébrant étend les bras sur les fidèles.

C : Le Christ Jésus soit avec vous pour toujours. « N’imposez aucune règle, hormis celle dont je fus le Témoin. N’ajoutez pas de lois à celles de celui qui a donné la Loi, afin de ne pas en devenir les esclaves ».

La paix soit avec vous, bien-aimés, au nom du Père Inconnu ✛, du Logos Monogène ✛ et de l’Esprit Paraclet ✛ !

Tous : Amen !

Messe gnostique de l’Eglise Gnostique Chaote, Tau Heliogabale (Heliogabale.org)

Commentaires Facebook