Rituel opératif et général martiniste

EzoOccult > Sociétés Secrètes > Martinisme & Martinésisme > Rituel opératif et général martiniste
Article publié le 23 août 2006

Préliminaires :

1.Régime alimentaire : Le jour de l’opération, on devra observer une sobriété raisonnable. Il sera bon de dîner légèrement et de ne boire que de l’eau pure durant le repas. Proscrire, si possible, ce jour-là, le tabac et les excitants tels le café.

2.Régime sexuel : Il est bien évident que tous les excès devront être totalement prohibés dans les jours précédant l’Opération. Le nombre de ces jours en fonction de l’âge et du tempérament de l’opérant. Mais ce dernier ne devra avoir eu, si possible, aucune conjonction sexuelle depuis au moins vingt-quatre heures. Si l’opérant est une femme, elle ne devra jamais opérer durant la période de son impureté mensuelle.

3.Lieu de l’opération : L’idéal est assurément une pièce exclusivement consacrée à l’étude, la méditation et la prière, cabinet de travail, salon…

4.Vêtements : Le mieux est de revêtir l’aube de lin ou de toile blanche. C’est là le vêtement traditionnel. Elle sera complétée d’une cordelière de coton ou de soir, de couleur rouge, et devra faire deux fois le tour de la taille et retomber en deux brins sur la jambe gauche, d’une longueur de soixante centimètres au plus pour chaque brin. Ceux-ci seront terminés par un gland de même nature (soie ou coton). L’aube devra tomber à environ quatre doigts du sol.

On aura aux pieds des sandales de raphia en été, des chaussons de laine en hiver, intérieurement garnis d’une semelle isolante, en liège ou en caoutchouc.

La tête sera nue, les mains non gantées. On aura préalablement quitté tous les objets métalliques habituels : bagues, montres, clefs…

L’opérateur qui oeuvrera en vêtements de ville doit savoir qu’il se prive ainsi d’une part importante de son efficience dans les « plans » immédiats, et qu’il s’expose à être pénétré par des courants psychiques qui peuvent lui retirer une partie de sa puissance spirituelle.

5.Nappe d’Opération : Elle sera entièrement constituée d’une nappe de toile de lin ou de soie, rouge cramoisie, de forme carrée, aux dimension de la coudée pyramidale ou coudée sacrée de l’ancienne Égypte (ayant servi aux mesures lors de la construction du Temple de Salomon), soit Om, 635 de côté. Ce qui est, à peu près la section dorée du mètre.

Sur la nappe, au centre, et d’environ Om, 29 de diamètre, on fera broder, peindre, ou galonner, le Pentacle Martiniste Traditionnel, de couleur blanche et noire. On posera, en place, le Bijou de l’ordre, en métal doré, à côté du Flambeau central. Si la nappe est de toile ou de soie blanche, le Pentacle sera brodé en rouge et noir. La nappe sera ourlée sans aucune garniture.

6.Objets accessoires : On se procurera un chandelier de métal, assez haut, destiné à porter le flambeau central, qui sera posé le moment venu au centre du Pentacle. Il sera complété d’un second chandelier, plus petit, destiné à recevoir la bougie ordinaire avec laquelle il enflammera le flambeau central.

Les bougies utilisées seront de cire pure (cire d’abeille brute, ou cire liturgique, à 30% de cire d’abeille) que l’on trouve chez les marchands spécialisés.

L’encens sera de l’encens d’oliban, dit encore encens mâle, sous forme de larmes, que l’on abritera dans une boîte de métal ou une navette classique. On proscrira les encens dits d’église, pulvérisés et composés de résines fort diverses.

Le poignard (ou glaive) sera du type à garde cruciale, à lame plate à deux tranchants, pointue, droite ou flamboyante. Les ornements de la poignée ou de la garde et du pommeau, représenteront le Pentacle Martiniste, les emblèmes du Temple de Salomon. Il est préférable que la fusée soit en bois, en corne, ou si elle est en métal, recouverte d’une ligature isolante, en laine ou en soie.

L’autel sera érigé sur une table de bois face à l’orient réel. On y posera la nappe d’Opérations, le Pentacle convenablement orienté. L’encensoir sera posé à la droite du Pentacle, c’est-à-dire à la gauche de l’Opérant. Au centre du Pentacle, le Flambeau central. À droite de l’Opérant, la bougie ordinaire. Devant lui, le rituel.

7.Attitudes : L’Opérant opère debout. S’il peut le faire, il tiendra durant ses oraisons ses mains en coupe ouverte face au ciel, les coudes serrés contre le corps, et il lira le rituel posé devant lui. Si la place lui est mesurée, il tiendra le dit rituel posé devant lui, dans sa main droite et le chandelier avec la bougie ordinaire dans la main gauche.

8.Luminaire : On aura préalablement éteint tous les luminaires profanes, en particulier les lampes électriques. Il ne doit demeurer que deux luminaires du rituel, ceci en vertu d’une loi occulte qui fera venir une troisième « lumière » du fait de la présence des deux autres.

9.Généralités : L’Opérant devra faire entretenir l’aube et la cordelière dans un état de propreté parfaite. Elles ne devront pas être mélangées, lors du lavage, avec des linges souillés. Il y aura intérêt à opérer debout sur un tapis de laine assez épais, si petit soit-il.

En dehors du temps des opérations, les accessoires rituels seront enfermés, hors des mains profanes, à l’abri de toute souillure.

L’Opérant soit savoir que les textes utilisés en ce rituel sont des textes anciens du Martinisme traditionnel du 18ème siècle, ou des textes rituéliques provenant de cérémoniaires plus anciens. Comme tels, ils sont donc déjà vitalisés par l’usage. Ceux venant du Martinisme primitif ont eu pour auteur Martinez de Pasqually lui-même. C’est le cas de la plupart des oraisons, d’ailleurs.

10.Temps de l’Opération : Pâques étant, dans l’année, avec la commémoration de la Résurrection du Christ et de sa victoire sur la mort, l’image de la réintégration de l’Humanité toute entière et de sa Réssurection, il est utile d’opérer en tenant compte d’un cycle répercutant, par une sorte d’écho psychique et spirituel, dans l’invisible, cette commémoration solennelle.

C’est pourquoi l’époque mensuelle de cette Opération générale a été fixée au dimanche suivant chaque pleine lune (Pâques étant fixée au dimanche suivant la pleine lune de l’équinoxe de printemps.)

L’heure est déterminée ainsi : de vingt-trois heures à minuit, heure réelle.

On devra tenir compte de l’heure locale, qui, souvent, avance d’une heure sur l’heure réelle. En ce cas, l’Opération aura lieu de minuit à une heure du matin.

11.Tav tracés ( + ) au cours des Oraisons : Le signe + ou encore x était le Tav hébraïque cursif, dès avant notre ère et bien après, c’était le « signe des élus » dans l’Ancien Testament, avant que l’apocalypse en fasse mention à ce titre, et bien avant que les chrétiens n’en fassent le rappel de la passion du Christ. Dans ces textes (Ezechiel notamment), il est censé être tracé sur le front des dits Elus par l’ange de YHVH.

À ce titre, il peut être utilisé par tous les initiés de toute appartenance religieuse ou philosophique, car l’ancienne Égypte, les mystères d’Eleusis, de Dionysos, les Gnostiques, ont tous connu le Tav au même titre que l’Israël ancien et ses Kabbalistes. Il était tracé à l’huile d’onction sur le front du Pontife d’Israël à l’instant de son sacre.

Enfin, pour le chrétien, quelle que soit sa confession, il est le signe du salut, celui par lequel tous les démons sont mis en fuite et dispersés. Il rappelle le triomphe du Christ sur la Mort. Les chrétiens d’Afrique du nord, aux premiers siècles, le portaient peint et tatoué sur le front. Il était l’abréviation du Tétragramme divin et les Rabbins médiévaux, dans les flammes des bûchers, s’efforçaient de la visualiser flamboyant au centre de leur front, en une sorte de vision intérieure.

L’Opérant se bornera donc à le tracer, chaque fois, avec le pouce droit, au centre de son propre front. Il pourra également, autre formule, le tracer devant lui avec la flamme de la bougie ordinaire (qui le représente dans le rituel), soit en montant de bas en haut, soit en descendant de haut en bas pour la tige verticale du dit Tav. Ce qui consiste, en fait, à tracer dans l’espace un chiffre 4, droit ou inversé. Et l’on sait l’importance de ce glyphe pour le Martinisme de tradition. Droit, il symbolise la Réssurection. Inversé, il symbolise l’Incarnation.

Rituélie préliminaire :

Prière en revêtant l’aube et la cordelière : « Blanchis-moi, Seigneur, et purifie mon cœur, afin qu’étant lavé dans le sang de l’Agneau, je jouisse un jour des joies éternelles, mon âme enfin réconciliée. Daigne donc, O Seigneur Miséricordieux, éteindre en moi l’ardeur des passions mauvaises, afin que par la vertu de force et de pureté que tu fais demeurer en moi, je sois digne de ta Miséricorde. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

Prière en chaussant les sandales : « Heureux ceux qui sont intègres dans leurs voies, et qui marchent selon toi, Seigneur. Puissent donc mes actions être réglées ainsi que mes pas, afin que je conserve fidèlement tes ordonnances et tes commandements, O Dieu Tout Puissant. Et que les unes et les autres me conduisent victorieux, au terme de cette vie terrestre, dans la sphère primitive dont je suis sorti par ma faute. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

Prière en arborant le baudrier ou le sautoir de grade : « Accorde-moi, Seigneur des armées du ciel, de pouvoir toujours conserver dans l’honneur et la fidélité cet ornement précieux de ma réconciliation, et que, baudrier des combats vengeurs, il demeure par mes actes le symbole de Tes victoires. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

Prière en déroulant le Tapis Opératoire : « Dieu éternel, Sage et fort, daigne descendre en ce lieu : sanctifie-le par ta Présence et par ta Majesté, afin que la pureté, la chasteté et la plénitude de ta Loi y résident. Et fais, selon ta parole, que « en quelque lieu que ce soit, où sera faite commémoration de mon Nom, je viendrai à vous et je vous bénirai… » (Exode 20 : 21 ). Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

Prière en disposant le Flambeau central de l’Encensoir : « Que tout soit disposé selon ta parole, O Seigneur Tout-Puissant, Toi qui règle toutes choses avec mesure, nombre et poids, car la souveraine puissance est à Toi seul et tu demeures à toujours… » Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

Rituel :

La pièce est éclairée par une veilleuse, ou un très faible luminaire qu’on éteindra ensuite. L’Opérant se signe ( + ) debout face à l’autel et à l’Orient, et dit : « Maîtres vénérés qui avez franchi les Portes et accompli l’ultime voyage, mon appel s’élève vers vous. Puissions-nous nous unir, à cet instant et en ce lieu, avec tous nos frères, dispersés dans le vaste monde, de cœur et d’esprit avec tous les nôtres. Amen. »

L’Opérant allume une bougie ordinaire avec laquelle il allumera le flambeau central. Ce faisant, il dit : « Je te conjure, O Uriel, que j’invoque par ma parole, par tout ce qui est en ton pouvoir et au mien, pour que ton feu spirituel embrase la matière que je consacre à l’Éternel au sein des circonférences. Que le feu élémentaire qui y réside s’unisse au tien pour contribuer à la lumière spirituelle des hommes de désir, mes Frères, et qu’ils soient tous animés ainsi de ton feu de vie. Par Yehshouah notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant aspire légèrement la flamme de la bougie et dit : « O lumière pure, symbole du chef de mon âme, à qui l’Éternel a confié le soi de ma pensée, de ma volonté, de mon action et de ma parole, fais que par ton feu radieux, mon âme soit purgée de ses scories et que mes lèvres soient sanctifiées, afin que mes paroles que je vais prononcer opèrent pour la plus grande gloire de l’Éternel, pour mon instruction et pour l’édification de mes semblables. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant éteint la veilleuse primitive et allume maintenant le flambeau central à la flamme de la bougie ordinaire, et dit : « Je te purifie, O cire, et je te bénis ( + ) au nom de l’Éternel et par les puissances qui m’ont été mises par lui. Sois donc ordonnée et consacrée par ma parole et par mon intention pour le service auquel je te destine, et qui est de me faire retenir impression des choses qui me seront communiquées ici, par les Esprits que j’invoque, selon la puissance innée en moi aux origines. Sois donc juste et véridique à mes yeux comme le furent les lumières que les élus privilégiés du Créateur employèrent en leurs opérations, jointes en faveur de la régénération spirituelle des hommes, mes semblables. Pour la plus grande gloire de la pensée éternelle, pour la plus grande gloire de la volonté éternelle, pour la plus grande gloire de l’action éternelle. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant allume maintenant la braise de l’encensoir ou de la cassolette à la flamme de la bougie centrale en disant : « Je te purifie, O feu, et je te ( + ) bénis, je te sanctifie, au nom de l’Éternel, au nom de celui qui t’as créé, qui apparut à son serviteur Moise sous l’aspect d’un buisson ardent, afin que tu sois à même, comme jadis l’Autel des Parfums du Saint Temple de Jérusalem, de porte jusqu’au Trône du Dieu très haut, l’encens qui est dû à sa gloire et à sa bonté. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant attend un court instant et dit : « Viens, O Esprit saint, entoure le feu qui t’es consacré pour être ton trône rayonnant et dominant sur toutes les régions du Monde universel. Domine selon ma pensée, sur moi et sur mes Frères, éloigne de ces circonférences tout esprit de ténèbres, d’erreur et de confusion afin que ton âme puisse profiter du fruit des travaux que l’Ordre donne à ceux qui se rendent dignes d’être pénétrés par toi, O Saint-Esprit, qui vis et règne avec le Père et le Fils à jamais. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant dépose alors l’Encens sur les braises de l’encensoir et fait un premier tour autour de l’autel en disant : « O Eternel, que cet encens que je t’offre en ces circonférences soit une image véritable de la pureté de ma parole et de mon intention, pour Ta plus grande Gloire et Justice. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant dépose de nouveau de l’encens dans l’encensoir et fait un second tour autour de l’autel en disant : « O Eternel, que ce parfum que je t’offre en témoignage de la pureté de mon âme ait le même succès que celui que t’offrit Zorobabel au sein de Babylone pour la délivrance de restes d’Israël. Délivre-moi de la servitude des ténèbres qui m’environnent et me tiennent en privation de Ta Volonté et de Ta Science. Exauce ma prière, autant que ma parole et ma volonté seront conformes aux tiennes. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant dépose de nouveau de l’encens dans l’encensoir et fait un troisième tour autour de l’autel en disant : « O Eternel, que ma prière soit désormais le véritable parfum que je t’offrirai pour une éternité. Que ce parfum soit l’emblème de la ferveur avec laquelle je t’invoquerai pour ma réconciliation, afin que je sois ainsi sincèrement uni à celui à qui tu as donné le soin de me conduire, en l’établissant mon gardien. Voici donc que je l’invoque ce gardien secourable, au sein de ces circonférences, quoique je ne le vois pas de mes yeux de chair, pour qu’il soit mon conseil, mon guide, et mon appui en ce bas monde et dans l’autre, pour ta plus grande gloire et pour ma parfaite sanctification. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant dépose l’encensoir sur l’autel, reprenant face à l’orient et tend devant lui les mains ouvertes en coupe, coudes serrés au corps en disant : « O Eternel, Dieu Ineffable, Père sacré de toutes choses, Toi qui voit et qui embrasse tout, exauce la prière de ton serviteur prosterné devant toi. Accorde-moi le recueillement, la ferveur, la sincérité nécessaires pour les sentiments que je te veux exprimer. Sois-moi propice, O Père Ineffable, à moi et à toutes celles et à tous ceux pour qui je te viens supplier. Pour mes frères dans l’Ordre, pour mes parents, pour mes amis, pour mes ennemis, pour les vivants et pour les morts, toutes tes créatures, O Seigneur Miséricordieux. Exauce-moi donc, O mon Dieu, accorde-moi le don de te prier avec efficience. Voici que je m’abandonne à ta sainte garde. Prends donc pitié de moi, et que ta sainte volonté soit faite. Amen ( + ). Et vous mes Patrons, esprits dégagés des liens de la matière, vous qui jouissez désormais du fruit de vos vertus et dont j’ai le bonheur de porter les noms, je vous conjure par ce Nom que vous-même avez invoqué avec tant de ferveur, de confiance et de succès, je vous conjure de contribuer à mon éternel salut, je vous en conjure par votre sainte intercession et par votre protection auprès du Père de Miséricorde, auprès du Fils Rédempteur, auprès de l’Esprit Conservateur. Obtenez pour moi et pour tous mes frères les grâces de la divinité, ses faveurs, sa clémence, qui vous récompensent des combats que vous avez dû livrer en ce séjour où je me trouve encore. Faites que, par votre assistance salutaire, je vive et je meure comme vous, dans la Paix, dans la joie, dans la sainteté. Amen ( + ).

Et toi, O Esprit pur, mon gardien, chargé par l’Éternel de veiller sur moi pour ma réconciliation de mon être spirituel, je te conjure, par le Nom du Dieu de Miséricorde, de venir au secours de âme toutes les fois qu’elle sera en danger de succomber au mal, toutes les fois qu’elle t’appellera pars ses désirs, ses soupirs, et ses méditations, toutes les fois qu’elle aura faim et soif de conseils, d’instructions et d’intelligence. Aide-moi donc, O mon gardien, à obtenir l’assistance et la protection des Patrons que je viens d’invoquer, comme la soumission des Esprits qui me restent à évoquer en cette Opération. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant fait silence quelques instants et remet une assez forte quantité d’encens dans l’encensoir. Il va maintenant prier pour la diffusion de la doctrine Martiniste dans le monde entier : « Dieu tout Puissant et Eternel, qui a daigné révéler ta gloire à toutes les nations et as fait bénéficier nos Maîtres d’une révélation essentielle à notre salut commun, daigne donc Seigneur, perpétuer les Œuvres de ta Miséricorde afin que le message de nos maîtres, enfin répandu sur toute la terre en vue de la réintégration universelle de tous les êtres créés en leurs premières propriétés, vertus et puissances spirituelles et divines, pénètre tous les hommes de bonne volonté, et qu’ils persévèrent ainsi dans nos traditions et nos œuvres avec une foi ferme et ardente aussi bien que dans la confession de ton saint Nom. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant médite quelques instants et prie ensuite pour l’harmonie, la concorde et la fidélité des frères : « O Dieu, dispensateur unique de la paix, conservateur Tout-Puissant de toutes les choses que Tu as créées, nous te prions pour que nos frères et nos sœurs demeurent, pour un temps immémorial, fidèles à la mystique et aux œuvres qu’ils ont librement choisies et acceptées en entrant dans l’ordre, et que, par Ta Grâce, demeurant soumis à la hiérarchie et à la disciple du dit ordre, ils ne faillissent jamais à leur promesse. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant médite quelques instants et prie ensuite pour les dignitaires et les Maîtres de l’ordre : « Dieu Tout-Puissant et Éternel, nous t’implorons humblement, nous tous, tes serviteurs, pour que Tu daignes diriger et conduire les Maîtres et les dignitaires de notre ordre, protégeant leurs âmes et éclairant leurs esprits, afin qu’ils puissent, pour un temps immémorial, remplir dignement et efficacement les devoirs qu’ils ont acceptés. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant médite quelques instants et prie ensuite pour le triomphe de la Spiritualité Universelle : « Dieu Tout-Puissant et Éternel, qui as révélé Ta gloire à toutes les nations chrétiennes, daigne Seigneur, conserver les œuvres de Ta Miséricorde afin que Ton Église Universelle d’ici-bas, reflet de celle d’en haut, répandue par toute la Terre, persévère avec une foi ferme et indestructible dans la confession de ton saint Nom. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant médite quelques instants et prie ensuite pour la Paix du monde : « Dieu Éternel, par qui nos désirs deviennent saints, nos desseins droits, et nos œuvres justes, daigne, Seigneur Miséricordieux, accorder à Tes serviteurs cette paix que le monde ne peut leur donner, afin que nos cœurs soient soumis à Ta sainte volonté, et que, soustraits à la terreur de nos ennemis, nos jours demeurent tranquilles sous Ta protection et cette de Tes anges, promus à la conduite des nations. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant médite ensuite quelques instants et prie ensuite pour les fruits de la terre : « Dieu Tout-Puissant et Eternel, qui as créé toutes choses pour l’utilité du genre humain, daigne Seigneur, répandre tes bienfaits si nécessaires de ta bienveillance sur la surface de ce monde temporel afin que, nourris de tes dons et te rendant grâce, nous recherchions avec plus de confiance encore le Pain de la Vie Eternelle. À toutes tes créatures, O Seigneur Miséricordieux, hominales, animales, végétales, que par un effet providentiel de ta grâce, tu daignes accorder la nourriture quotidienne, et que d’elles toutes soient écartés les spectres de la famine, de la soif, de la misère et de la mort. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant prie maintenant pour les frères et les sœurs de l’ordre, leurs proches et tous les maîtres passés : « O Dieu Éternel, qui dispense le pardon et désire le salut des hommes, nous supplions ta sainte Clémence d’accorder aux frères et aux sœurs de l’ordre, à leurs parents et à leurs proches, comme aux maîtres passés qui tous ont quitté ce siècle, de partager avec Tes saints et tes anges, la béatitude éternelle par le retour à leurs célestes origines, et l’Unité originelle enfin reconquise. À toutes ces âmes, O Seigneur Miséricordieux, daigne pour un temps immémorial, accorder le repos éternel, et que la lumière qui ne s’éteint pas rayonne sur eux. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant remet une assez forte quantité d’encens dans l’encensoir, médite quelques instants et prie maintenant pour les âmes errantes : « Dieu Tout-Puissant et Eternel, qui a daigné sauver les fils d’Israël des attaques des serpents brûlants durant la longue errance de quarante années dans le désert, à la seule condition de lever les yeux avec confiance vers le serpent d’airain exposé aux regards de tous, daigne, en Ta Clémence, O Seigneur Miséricordieux, accorder aux âmes errantes perdues dans les ténèbres de l’au-delà, de se souvenir du nom du rédempteur, et d’échapper ainsi aux attaques et aux pièges des esprits démoniaques, acharnés à les perdre. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant médite quelques instants et prie maintenant pour la réillumination des âmes enténébrées par le matérialisme athée : « Dieu Tout-Puissant et Eternel, qui sauva les hommes et ne laissera périr aucune de Tes créatures, daigne Seigneur, regarder d’un œil favorable les âmes trompées par la ruse de Shaitan, notre adversaire, afin qu’ayant abandonné toute malice, ces âmes se repentent de leurs erreurs et retournent un jour en l’Unité de Ta sainte Vérité. Exauce donc, Seigneur Miséricordieux, la prière que je t’adresse pour que soit dissipé l’aveuglement des peuples qui ont oublié ton saint Nom, afin qu’ayant vu la lumière de Ta Vérité, qui est le Christ notre rédempteur, ces peuples soient arrachés aux ténèbres. O toi, Seigneur, qui ne recherches pas la mort des hommes, mais la vie même du pécheur, daigne, Seigneur, accueillir favorablement mes prières pour ces peuples. Délivre les nations égarées du culte des idoles, et réunis-les en ta sainte église, éternelle et universelle, loin de ce monde de douleur, et pour la plus grande gloire de Ton saint Nom. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant prie maintenant pour les malades, les affligés, et les prisonniers : « Dieu Tout-Puissant et Éternel, nous te supplions humblement d’accorder à tous les infirmes, les malades, les affligés et les prisonniers, la santé et la liberté, de sorte que, délivrés de la maladie et de la captivité, ils puissent venir rendre grâces à Ta Miséricorde, O Seigneur de toutes grâces. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant médite quelques instants et prie ensuite pour les chefs et les conducteurs des états chrétiens : « Dieu Tout-Puissant et Eternel, qui tient en tes mains tout pouvoir et toute autorité pour tous les royaumes de la terre, nous implorons humblement Ton saint Nom pour que tu daignes confirmer dans la paix et la véritable concorde les chefs des états chrétiens et que tu daignes leur inspirer la forte résolution de délivrer la terre entière du fléau de la discorde et de la guerre, aussi bien que des ravages des combats fratricides entre tous les hommes. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant médite quelques instants et prie ensuite pour les chefs et conducteurs des états non chrétiens : « Dieu Tout-Puissant et Éternel, qui tient entre tes mains tout pouvoir et l’autorité de tous les royaumes de la terre, nous implorons humblement Ton saint Nom pour que tu daignes inspirer aux chefs et aux conducteurs des états et des peuples non chrétiens, à défaut de la grâce actuelle d’une conversion à ta sainte loi et au culte de ton divin fils, le Christ notre seigneur, la faveur d’un comportement pacifique et digne, sage et éclairé, charitable et tolérant, et que l’ange que tu as daigné commettre à la conduite de chacun des peuples ou de ces nations, les maintiennent toujours dans le chemin de la Paix et de la Concorde et de la Tolérance, aussi bien que du respect de tes fidèles élus, O Seigneur Miséricordieux. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant médite quelques instants et prie ensuite pour le genre humain tout entier : « Dieu Eternel et Tout-Puissant, qui t’es servi de ton fils comme d’une pierre angulaire pour réunir les juifs et les gentils, s’élevant comme deux murs sur deux fondations opposées, et qui a réuni ces deux troupeaux contraires sous un même pasteur, le réparateur éternel, le Christ Jésus, fais donc, Seigneur, qu’en vue des pieux hommages que l’humanité te rendra un jour, toute entière, en ta sainte cité d’en-haut, tes créatures demeurent finalement unies, un jour proche, par le lien indissoluble de la charité, et ne permets point, Seigneur Miséricordieux, que la division des esprits et la perversité des cœurs, séparent ceux qui ne formaient, à l’origine, qu’une seule famille sous l’autorité d’un seul père, afin que, se retrouvant un jour dans le même temple céleste, tous demeurent alors sous en ta sainte garde. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant médite quelques instants et prie pour les esprits dégradés et déchus au sein du règne minéral : « Dieu Tout-Puissant, Eternel Créateur et conservateur de tous les êtres, voici que nous prions et te supplions pour tous les esprits déchus et dégradés, enfermés au sein de la nature minérale en conséquence de notre propre chute. À ces âmes, comme à toutes celles des autres règnes, daigne enfin, O Seigneur Miséricordieux, accorder la libération et le retour au Plérôme initial. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant médite quelques instants et prie ensuite pour les esprits dégradés et déchus au sein du règne végétal : « Dieu Tout-Puissant et Eternel créateur et conservateur de tous les êtres, voici que nous te prions et te supplions pour que nous te prions et te supplions pour tous les esprits, déchus et dégradés, enfermés au sein de la nature végétale en conséquence de notre propre chute. À ces âmes, comme à toutes celles des autres règnes, daigne enfin, O Seigneur Miséricordieux, accorder la libération et le retour au Plérôme initial. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant médite quelques instants et prie ensuite pour les esprits dégradés et déchus au sein du règne animal : « Dieu Tout-Puissant, éternel créateur et conservateur de tous les êtres, voici que nous te prions et te supplions pour que tous les esprits déchus et dégradés, enfermés au sein de la nature animale en conséquence de notre propre chute. À ces âmes comme à toutes celles des autres règnes, daigne enfin, O Seigneur Miséricordieux, accorder la libération et le retour au Plérôme initial, en les réintégrant au sein de l’Archétype. Par Yehshouah, notre Seigneur. Amen ( + ). »

L’Opérant observe alors une légère pause et verse une certaine quantité d’encens dans l’encensoir et s’apprête à prononcer l’exorcisme suivant ou l’exorcisme que lui permet son éventuel grade dans l’église gnostique apostolique universelle.

Commentaires Facebook

11 Commentaires to “Rituel opératif et général martiniste”

  1. alex dit :

    Bonjour Spartakus, J’ai lu avec intéret le rituel opératif et général martiniste, mais je ne me souviens pas l’avoir exécuté à l’époque ou j’étais martiniste à l’OMT.Nous cachait-on des choses ? J’ai tjs eu envie de vous poser des questions, car vous intervenez bcp sur des forums et des sites sur l’ésotérisme,la magie et les ordres initiatiques ; notament la Golden dawn et l’aurum solis. Je recherche dans ce sens-là en ce moment, que pourriez-vous me conseiller ?

    Fraternellement, Alex

  2. Sandrine dit :

    Bonjour, Il existe, sur http://www.baglis.tv, une conférence de Jean Pierre Bonnerot intitulée « La réintégration et les bases du martinisme » qui, je devrais vous intéresser.

  3. Spartakus FreeMann dit :

    Merci pour cette information Sandrine, mais Jean-Pierre a publié sur notre webzine certains textes portant sur la Gnose ou l’ésotérisme.

    Amitiés

    Spartakus

  4. marie rachel evelyne dit :

    Ce Rituel M… parait incomplet

    mre

  5. inconnu dit :

    Effectivement, ces rituels me semblent être ceux du sacramentaire du rose+croix d’Ambelain, plutôt qu’un véritable rite martiniste régulier.

    Il manque effectivement quelque chose : l’essentiel.

    C’est sûrement mieux comme ça…

  6. Spartakus FreeMann dit :

    Ces rituels proviennent des « papiers » d’ambelain, mais ils sont incomplets.

    Spartakus

  7. hiramhaiti dit :

    Je serais interessé aux rituels d’initiation de néophyte de la Golden dawn. J’habite en Haiti et je ne les trouve pas en librairie. Je vous serais très reconaissant de m’indiquer un lien pour les telecharger en Francais

    Hiramhaiti

  8. patricius dit :

    comment retrouver ces rituels?

  9. tiram dit :

    Il s’agit d’une grande partie du rituel martiniste dit « de Pleine lune » qui s’appuie sur le Sacramentaire du Rose+Croix de Robert Ambelain( Aurifer). Encore faut-il pour l’animer porter correction aux erreurs volontaires classiques de l’auteur ……

  10. Jacquot Alain dit :

    Bonjour
    Je découvre votre site
    Comme Alex je ne me souviens pas de ce rituel
    SI Sâr GABAON

Laissez un commentaire