Kabbale et sectes

EzoOccult > Kabbale > Etudes Kabbalistiques > Kabbale et sectes
Article publié le 6 avr 2001

Par Spartakus

Bonjour,

En guise d’ouverture de ce site de Kabbale [NDA : Ce billet a d’abord été publié sur Kabbale en Ligne], nous désirons, au vu de l’actualité, dire quelques mots sur le lien qui est fait entre la Kabbale et les sectes.

Tout d’abord, la Kabbale est un mouvement mystique, pratique et méditatif, faisant partie du Judaïsme. En ce sens, ceux qui décident d’en suivre les voies doivent se plier à une certaine forme de pensée dont le religieux ne peut être omis. La Kabbale existe depuis des siècles, plus d’un millénaire en tout cas, sous diverses formes, écoles, groupes, allant des plus mystiques aux plus messianiques. Au cours des siècles, la Kabbale s’est teintée de gnose, de christianisme (avec Knorr von Rosenroth ou Reuschlin) et même d’occultisme (avec Eliphas Levi ou Papus), les écoles de Kabbale actuelles défendent des visions bien particulières allant du messianisme juif au mercantilisme des Centres de la Kabbale en passant par l’effort de prosélitysme des Bneï Baruch. Tenter de figer la Kabbale dans une définition sectaire serait une erreur et si, le caractère intrinsèque de la Kabbale, qui ne se dispense que de « maîtres » à « disciples », exclut tout recours au sectarisme commun, il est facile pour l’homme de la rue d’y déceler une forme de tentative de récupération sectaire.

Les événements qui défrayent la chronique et dont lesquels les Centres de la Kabbale semblent être l’objet, ceux-ci ne doivent pas faire oublier que la Kabbale est autre chose que la recherche de la richesse, du pouvoir et des biens matériels de ce monde. La Kabbale se veut éclatement du sens, une lecture aux éclats comme dirait M.-A. Ouaknin, et non une forme de domination de l’homme par l’homme.

Bien sûr, la Kabbale défendue et propagée par les Rabbis ou rabbins hébreux est religieuse, judaïque et donc emplie de règles strictes dérivées de la Torah. Cela fait-il du judaïsme une secte ? Non, mais de certains mouvements identitaires ou extrémistes sans doute. Ne pas mettre les oeufs dans le même panier donc. Et, nous, en tant que goyim (non-juifs), si nous respectons – tant que faire se peut – les règles de base des préceptes de la Torah, en aucun ne voulons-nous devenir des zombies de la Kabbale, mais au contraire des hommes dans le véritable sens donné par la Torah : ha-Adam !

Ainsi, vous qui nous lisez et vous qui cherchez dans la Kabbale une forme de spiritualité que le monde moderne vous refuse, ne soyez pas honteux de votre choix, mais restez vigilants face aux « produits » que l’on trouve actuellement sur les rivages de la Kabbale.

Spartakus FreeMann – 27 Heshvan 5766.

Illustration extraite du forum Nous ne sommes pas seuls.

Commentaires Facebook

Tags: ,

Laissez un commentaire