La TAZ de Hakim Bey – Z.A.T.

La TAZ de Hakim Bey

Édité pour la première fois en 1985, la TAZ de Hakim Bey, Temporary Autonomous Zone, a été partiellement traduit en français par Christine Tréguier et publié aux Éditions de l’Éclat, en 1997. Conformément à la volonté de l’auteur qui a décidé que son ouvrage devait être « librement piraté et reproduit », cette version est librement disponible en ligne. On la trouve par exemple sur le site internet des Éditions de l’Éclat : http://www.lyber-eclat.net/lyber/taz.html

Cependant, cette traduction française ne porte en réalité que sur la troisième et dernière partie de l’ouvrage, « la Zone Autonome Temporaire ». Il est possible que la traductrice et/ou l’éditeur français ait préféré offrir au public des textes à coloration philosophique et politique, en laissant de côté les passages plus mystiques ou fantaisistes, c’est-à-dire les deux premiers tiers du livre.

Nous avons déjà traduit certains de ses textes manquants. Ils sont disponibles sur ce site et/ou dans l’anthologie Anarchisme Ontologique, paru chez Lulu en 2008. Il nous a semblé qu’il était temps de terminer cette tâche et d’offrir aux lecteurs francophones une version enfin complète du recueil de la TAZ / ZAT.

Notre traduction des chapitres se trouvant dans la version des Éditions de l’Éclat est par ailleurs légèrement différente de celle effectuée par Christine Tréguier.

La TAZ / ZAT se compose donc de trois sections qui correspondent à trois œuvres différentes, publiées à des époques différentes :

La première section est la reproduction fidèle d’un fanzine intitulé Chaos : journal de l’anarchisme ontologique, publié en 1985.

La seconde section est un ensemble de textes, de lettres et de communiqués publiés dans différents magazines, dont Chaos de Biroco (qui deviendra Kaos afin de se différencier de la revue Chaos international de Ray Sherwin), dans les années 1986-1988. La TAZ de Bey plonge ainsi une partie de ses racines dans le mouvement de la Chaos Magick et il n’est donc pas anodin d’y retrouver des références au chaos, qu’Hakim Bey associe à Tiamat, aux fractales, à Hésiode… Chaos qu’il décrit comme une force « primordiale et infinie, inerte et spontanée, une unité-de-l’être indifférenciée originelle ». La conception beyenne du Chaos est intimement associée à l’anarchisme ontologique ainsi qu’il l’explique dans un document non daté : « si je voulais m’amuser, j’appellerais ce rien, les Abysses… ou même dieu, si seulement cela ne compliquait pas le propos. Mon terme favori est « anarchisme ontologique » – signifiant que l’être lui-même est dans un état de chaos et que la vie est libre de générer ses propres ordres spontanés… la générosité de l’être est le devenir. »

L’anarchisme ontologique de Bey est basé sur la croyance même que le Chaos définit la réalité et qu’une expérience directe de celle-ci, au travers de l’Éros ou des psychédéliques, constitue déjà un état altéré de conscience détenant un pouvoir incommensurable. La sorcellerie, selon Bey, est un des accès à ce pouvoir ainsi qu’il l’explique : « la sorcellerie ne brise aucune loi de la nature, car il n’y a aucune Loi Naturelle, seulement la spontanéité de la natura naturans, le tao ».

La TAZ de Hakim Bey

La TAZ de Hakim Bey

On retrouve encore cette identité de la pensée de Bey et de la Chaos Magick dans la mise en avant de la philosophie de Nietzsche et de sa « volonté de puissance comme disparition ».

La troisième section est à proprement parler la TAZ, ou la Zone Autonome Temporaire, qui présente un développement des idées sous-jacentes à l’anarchisme ontologique.

La genèse de la ZAT, en tant que corpus intégral, est donc une lente maturation représentée par ces trois sections. Mais qui mieux que Bey lui-même peut l’expliquer ?

« La véritable genèse fut ma rencontre avec le mouvement communal américain, mes expériences dans les années 1960 dans des lieux comme la commune de Timothy Leary à Millbrook. Et bien sûr, la critique principale de cette activité fut qu’elle ne perdura pas. Mais ces choses tendent à être très éphémères – c’est un miracle si une commune sécularisée dure en Amérique plus de 10 ans. (…) De nombreuses communes ont échoué en partie parce qu’elles étaient tellement anarchistes qu’elles n’avaient aucun leader, et à la fin personne pour faire la vaisselle. Le mouvement perdura jusque dans les années 1980. J’avais des amis impliqués dans les communautés intentionnelles, et je m’y suis impliqué à mon tour. (…) Les gens s’amusent pendant un an, un an et demi, et ensuite lorsque les problèmes surviennent, c’est là que tout part en couille. Après avoir réfléchi à ce problème, il m’est apparu qu’en fait, ce n’était pas une mauvaise chose que ces choses ne durent pas.

(…)

Et donc, j’ai commencé à m’interroger sur le comment nous aurions pu goûter une vie révolutionnaire sans une révolution, car il était évident que cela n’était pas prêt d’arriver, cette nouvelle Zone autonome Temporaire semblait la seule réponse possible à cet état de fait. Il n’y a pas eu un moment unique dans la genèse, en réalité, mais une série de petits moments au travers de l’histoire américaine – en ce comprises les années 1960 que j’avais vécu moi-même – qui culminèrent dans cette œuvre théorique.

(…)

Je n’ai jamais prétendu avoir inventé la TAZ. J’ai juste remarqué qu’elle existait. Elle a toujours existé. Pour une raison ou une autre, la plupart des gens doivent croire que ce qu’ils font maintenant va durer pour toujours afin de puiser l’enthousiasme pour faire quelque chose. La seule chose qui a changé c’est de penser que le temporaire lui-même est un bien possible, plutôt qu’un obstacle. Un dîner est une Zone Autonome Temporaire. Personne ne vous dit quoi faire lors d’un dîner. Personne ne donne d’ordres. Personne ne collecte des taxes. C’est une expérience de l’offrande et de la réception du don, de remplier le corps et de vider l’esprit, d’avoir d’agréables conversations, du bon vin, etc. C’est déjà une TAZ, mais vous devez le conceptualiser de cette manière afin que cela devienne tel. C’est une affaire de conscience. Mais une fois que vous avez pris conscience de cela, les formes de l’organisation commencent à s’ouvrir. Vous voyez alors les différentes formes d’organisation que cela peut prendre. Cela peut être n’importe quoi, du pique-nique au bord de la rivière à la communauté destinée à durer 2 ou 3 ans. Où cela a-t-il réellement lieu ? Et bien, je dois dire que le moment exact de la fin de cette décade est, selon moi, celui qui a le moins d’énergie dans le cours de l’histoire. Peut-être que je deviens vieux, mais je sens qu’il est aujourd’hui difficile de trouver une bonne TAZ. Et c’est aujourd’hui la chose la plus importante que jamais de la faire. Une raison est que le communisme n’existe plus. Nous vivons dans le monde du triomphe du capital. Et dans ce monde, il semblerait que la TAZ soit, peut-être, la dernière forme révolutionnaire possible. J’espère que ce n’est pas vrai, mais cela se peut. » (interview de Hans Ulrich Obrist, E-flux magazine).

Traduction française de La TAZ de Hakim Bey par Spartakus FreeMann, 2014

Nous vous proposons ici les 125 premières pages du livre… Bonne lecture !

Vous pouvez vous procurerLa TAZ de Hakim Bey sur Amazon.

Le Savoir est une Arme

La TAZ de Hakim Bey

Pin It on Pinterest

Shares
Share This