Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 27 décembre 2015


Par Amorgen Dubhart

La mouvance néo-païenne en Europe est constituée d’une multitude de courants dont les orientations politiques viennent principalement de deux directions opposées. De même dans le monde occulte en général, il y a toujours une coloration politique sous-jacente, hélas celle-ci est bien souvent nauséabonde.

Sans rentrer dans le détail, la franc-maçonnerie n’est plus en France qu’un moyen de remplir son carnet d’adresses, les ordres néo-templiers sont devenus des sectes… Bien souvent la Tradition initiatique est confisquée par des notables embourgeoisés aux idées réactionnaires et rassies. Guénon, n’est rien d’autre qu’un catholique antidémocrate, Evola un fasciste… Pour plus de renseignements et une réflexion intéressante sur les dérives de l’ésotérisme occidental, je vous conseille la lecture de l’essai d’A.R.Konïgstein : L’erreur fasciste, ésotérisme et politique aux éditions des Gouttelettes de Rosée.

Avec la publication en France d’ouvrages anglo-américains, le développement d’internet et la facilité accrue d’accéder à l’information, le courant originel wiccan anglo-saxon a commencé plus récemment à se développer en France. Bien souvent, par le biais de découvertes individuelles, non structurées en coven, cercles, etc.

Aux États-Unis, une étude sociologique révèle que le wiccan est de classe moyenne, plutôt urbain, cultivé, il a fait des études secondaires, et il est plutôt de gauche… Si à l’origine la Wicca de Gardner ne semble pas avoir eu de coloration politique, son développement en Angleterre et aux USA s’est accompagné d’une prise de conscience écologique et féministe dans un premier temps, puis plus radicale avec entre autres la naissance du mouvement initié par Starhawk : the Reclaiming tradition.

La Wicca, tradition d’origine moderne, religion initiatique et éthique de vie, ne contient aucun des relents fascisants, racistes et passéistes de certains cénacles néo-païens actuels. Par nature solitaire, rebelle, écologiste, féministe, la Wicca ne dérive que lorsque des gourous en puissance fondent un coven ou une pseudo-tradition, pour assouvir leur volonté de puissance ou leurs appétits sexuels…c’est le revers de la médaille d’une tradition non structurée et non hiérarchique (si ce n’est au sein d’un coven).

LIRE  Une Messe Noire chez les adorateurs du Prince des Ténèbres

Pour ma part, la Wicca est incompatible avec de quelconques fantasmes de race blanche, d’élitisme occulte, ou de nombrilisation de l’égo. J’assume mes idées démocratiques, voire libertaires, écologistes, féministes et humanistes.

Le combat anti-mondialisation, le combat contre la déshumanisation du monde, contre l’exploitation sans conscience de nos ressources naturelles, contre l’uniformisation des idées, contre le flicage quotidien, contre la prolifération d’entités économiques tentaculaires me paraît être un champ d’action idéal pour un wiccan moderne. L’adoration des petites fleurs, me paraît bien fade quand la Déesse est bafouée, violée, dépecée sans vergogne… L’âge de l’innocence est révolue.

Le développement des consensus mous des théories new-age, friandises douceâtres destinées à nous faire oublier que nous ne sommes plus rien, les dérives puantes de la Tradition, les groupuscules nazillons infiltrés dans les cercles rocks, les nostalgies dangereuses des régionalismes/nationalismes voilà les dangers contre lesquels se battre pour exister, pour donner corps au rêve wiccan d’un monde libre peuplé d’individus libres et entiers.

La Déesse n’a pas besoin d’adorateurs, elle a besoin de guerriers…

« … Conservez intacte la pureté de vos idéaux, Et tendez-y toujours. Arpentez votre chemin Sans être arrêtés ou détournés par le mal … » (extrait de « La Charge de la Déesse »).

Quelque soit l’origine de votre engagement wiccan, quelque soit votre « tradition » wiccane, vivez là entiers, sans nostalgie passéiste d’un monde « primitif » idéal, mais en guerrier dans un monde moderne, c’est le combat qui donnera sens à votre idéal, inscrit dans votre quotidien. Et pour cela nul besoin de l’érudition de l’initié, quelque soit votre état d’avancement sur le chemin, le combat vous apprendra autant que les heures passées sur les grimoires…aux obstacles que vous rencontrez, opposez l’allégresse du cœur et l’amour de la Déesse.

LIRE  N'ayez pas peur de la magie noire

« Je suis la généreuse, la gracieuse Déesse

Qui offre à tous les cœurs le présent de la joie.

Sur la Terre, j’enseigne l’éternité de l’esprit,

Par delà la mort, j’offre la paix, la liberté, et les retrouvailles avec ceux qui vous ont précédé.

Je refuse les sacrifices de toutes les espèces,

Car je suis la Mère.

Tous les êtres vivants naissent de moi

Et j’inonde cette terre de mon Amour… » (extrait de « La Charge de la Déesse »).

Amorgen Dubhart : ce texte est un extrait de « Macadam Witch », mon livre regroupant textes, rituels, poèmes, et pistes de travail. « Macadam Witch » est disponible en téléchargement sur le site Esoterika.