Al Sîmîya : La Magie des Lettres Arabes

EzoOccult > Mystique & Religions > Al Sîmîya : La Magie des Lettres Arabes
Article publié le 27 oct 2005
Nounouhi AbdelMalik

Références en bas d'article.

Par Spartakus FreeMann

Avertissement : le présent travail est celui d’un amateur, non d’un universitaire versé dans les finesses de l’arabe. En ce sens, nous recommandons au lecteur de vérifier chaque lettre arabe afin de contrôler toute erreur typographique qui aurait pu s’y glisser. Nous demandons également au lecteur de tenir compte que ce travail renferme des Noms divins, sous diverses formes, et qu’il appartient de les traiter comme il se doit.

La science des lettres peut revêtir différentes appellations : ’ilm al-hurûf, ’ilm al-bast, jafr, zâ’irja, al-sîmîya… Le terme al-sîmîya, qui est construit sur la même base que al-kîmîya, signifie « science opérative des lettres » et constitue une science de la transmutation de la parole. Il semblerait également que le mot sîmîya dérive du grec « sêmeion », le signe. L’origine de ce courant reste obscur mais il semble qu’on le retrouve principalement dans le Soufisme où des auteurs comme Al-Bunî et Ibn Al-Arabi en décrivent les processus dans leurs oeuvres. Selon eux, la science des lettres permet à l’homme de se transmuter par la lecture et la recherche du sens caché de chaque lettre. Le texte agit donc comme inducteur d’un changement chez le lecteur par le sens profond de l’association de lettres. Le travail est ésotérique dans le sens où il prend place dans le coeur de l’homme et comme le dit Al-Buni : « Ne croyez pas que vous percevrez le mystère des lettres en vous servant de la raison discursive, vous y arriverez par la vision intuitive et la grâce divine ».

Comme l’écrit Pierre Lory : « La sîmîya ne représente donc pas un effort de spéculation purement intellectuel ou poétique sur la situation de l’homme dans le monde. Elle recherche d’abord le déchiffrement du sens que nous sommes, et non seulement du sens que nous lisons » (La science des lettres en Islam, édition Dervy).

Celui qui pratique la science des lettres cherche à découvrir un sens sous le sens apparent du texte et « Le savoir de ce praticien a deux finalités : tout d’abord, une recherche ésotérique, visant d’une part à atteindre le sens caché (bâtin) d’ouvrages réputés en être lourds – dont, naturellement, le Coran – et, d’autre part, à accéder au versant caché du monde ou à la connaissance de la science cachée des anges, etc. – selon la question posée – au moyen d’un système divinatoire original, hybride entre la géomancie et la science des lettres ; ces deux voies lui permettent de prédire des événements (d’ordre politique, économique, religieux ou personnel) concernant l’avenir de la communauté ou celui du monde. Ensuite, des opérations magiques, par la sîmîya’, la science ésotérique (ou la magie) des lettres, dans son intention bienfaisante » Chroniques yéménites 1997, Les sciences occultes au Yémen, Anne Regourd.

allah

Principes

Selon la science sacrée, les lettres englobent tout le savoir, la lettre adjoint au chiffre le sens particulier de chaque élément de la création. Comme l’a formulé Al-Buni : « Sache que les secrets de Dieu et les objets de sa science, les réalités subtiles et denses, les entités d’en haut, celles d’en bas et celles des mondes angéliques intermédiaires sont de deux catégories : il y a les nombres et les lettres. Les secrets des lettres sont dans les nombres, les épiphanies des nombres sont dans les entités spirituelles. Les lettres relèvent du cercle des réalités matérielles et intermédiaires » (Shams al-mâ’ârif, Le Caire). La sîmîya est par là une science des chiffres sous forme de lettres, chaque lettre de l’alphabet arabe représentant une valeur numérique spécifique : ا alif = 1, ب bâ = 2, ج jîm = 3, د dâl = 4, … A partir de la lettre ي yâ nous entrons dans l’ordre des dizaines, avec le ق qâf dans celui des centaines.

A ا 1 y ي 10 q ق 100

b ب 2 k ك 20 r ر 200

j ج 3 l ل 30 s ص 300

d د 4 m م 40 t ط 400

h ه 5 n ن 50 th ث 500

w و 6 s س 60 kh خ 600

z ز 7 ayn ء 70 dh ذ 700

h ح 8 f ف 80 z ظ 800

t ت 9 d ض 90 gh غ 900

sh ش 1000

Comme nous pouvons le voir, ce système est en parallèle avec celui de l’hébreu ou de l’araméen.

Selon les auteurs de la sîmîya, il existe un lien intime entre les lettres elles-mêmes en relation avec leur valeur numérique. Ainsi, les lettres b ب, k ك et r ر sont liées car toutes trois possèdent le 2 comme racine de leur valeur (2, 20 et 200). Il existe, en outre, des carrés magiques correspondant à chacune des lettres et possédant un principe particulier en relation avec les valeurs numériques des lettres.

La sîmîya est une science universelle visant à rendre compte de tout ce qui se manifeste ou peut se manifester dans les différents niveaux de l’existence : de l’universel au particulier. La sîmîya est aussi un langage à part entière, qui se suffit à lui-même pour expliquer le monde. La sîmîya est un raccourci qui permet de faire l’économie de la philosophie du vocabulaire et des longues dissertations intellectuelles.

L’alphabet arabe comprend ainsi 28 lettres, Vingt-huit est un chiffre riche au sein de l’arithmologie par son rapport avec le septainaire : union du 4 et du 3. Vingt-huit est, en outre, le nombre triangulaire de 7 : 7+6+5+4+3+2+1 = 28, et un nombre parfait (14+7+4+2+1=28). Vingt-huit est à la base un chiffre lunaire qui a influencé le calendrier hébreu aussi bien qu’arabe et il est à la base de la division du temps et de l’espace dans le monde sémitique : 7 planète, 7 sphères célestes, 28 mansions lunaires, 4 points cardinaux, 7 jours de la semaines, … Chaque élément – terre, air, eau, feu- a son propre groupe de lettres : alif est feu, bâ est air, jîm est eau dâ est terre, et ainsi de suite. Ainsi, 7 lettres sont de l’élément feu, 7 sont de l’élément eau, 7 sont de l’élément terre et 7 sont de l’élément air. Le sîmîya opère en outre une division des 28 lettres en deux groupes : les 14 lettres lumineuses et les 14 lettres ténébreuses.

Les procédés de l’al-sîmîya sont souvent très proches des autres procédés basés sur l’utilisation des lettres, et plus particulièrement sur le système de la Guématria de la Kabbale hébraïque : isopséphie (hisâb al-jumal), codes de translation, réduction des lettres en chiffres, … Le but ultime pour les Soufis qui utilisent ce système est, en définitive, de découvrir le Nom Suprême de Dieu (îsm Allâh al-a’zam) qui couronne les 99 Noms de Dieu qui furent utilisés afin qu’Allâh puisse créer notre monde. Selon Ibn Arâbi en effet, la connaissance de Dieu ne peut être qu’incomplète dans la connaissance du centième Nom de Dieu, car celui qui acquiert cette connaissance a alors le pouvoir sur toutes choses ici-bas. Mais surtout, il découvre au travers du Nom Suprême de Dieu son propre nom et ainsi il acquiert la connaissance de lui-même qui rend alors inutile toute autre connaissance, qui rend inutile la parole elle-même comme le dit Shurawardi « Celui qui ne parle pas, c’est que toute sa personne est devenue langage ; c’est seulement par ce mutisme qu’il peut exprimer son état profond ».

Le Shams al-ma’ârif (Soleil des Connaissances) de Al-Bunî

Au commencement du monde apparut le Alif ا qui engendra la bâ ب et de leur relation, naquit le lâm ل et les autres lettres de l’alphabet, soit 29 lettres si l’on inclut le lâm-alif لا. En se combinant les lettres formèrent le premier Nom divin Allâh puis les 99 Sublimes Noms. « Le alif est une lettre rectrice, les autres lettres ont été engendrées par lui. Il est leur ange. Il est l’équivalent de l’Intelligence, de la Science, du Trône, de la Tablette… La totalité des significations des lettres est contenue dans le alif qui est une synthèse des synthèses, les lettres contenant en elles la science » (Al-Bunî, p. 59). Et plus loin Al.Bunî d’ajouter : « Le Prophète Muhammad a dit : l’existence toute entière fut instaurée par les noms ésotériques de Dieu, puis par ses Noms exotériques sacrés. Les noms ésotériques non vocalisés (soit les 14 lettres lumineuses) sont la racine de toute chose dans le monde d’ici-bas comme dans l’autre, ils sont le trésor du mystère de Dieu et de sa science. D’eux dérivent tous les Noms exotériques. Ils déterminent toute chose ; Dieu les a constitués « la Mère du Livre » ».

Al-Bunî entreprend ensuite de développer le rôle d’outil que les lettres revêtent dans le domaine des correspondances universelles. Les lettres sont classées tout d’abord selon la catégorie propre du ilm ha-huruf : lettres lumineuses et lettres ténébreuses. Ensuite, par la relation avec d’autres systèmes, dont l’astrologie, les lettres sont classées en fonction des maisons lunaires, des constellations du Zodiaque, des heures du jour et de la nuit, des astres… Les lettres sont divisées en quatre groupes (soit 7 lettres chaudes, froides, humides et sèches).

Al-Bunî répartit ensuite les lettres selon les différentes sphères : « A Saturne correspond dans le monde des entités spirituelles la lettre jîm ج. Celle-ci, numériquement, vaut 3 en elle-même et 53 après décomposition isopséphique, le م mim valant 40, le ي yâ 10 et le jîm ج 3. Cette lettre est ainsi elle-même décomposée en 3 autres. Dans le monde des entités subtiles inférieures, Saturne correspond au sâd ص, soit le nom 90, qui renvoie, dans les unités à 5 soit la lettre hâ ه. Les carrés magiques en relevant auront donc des côtés de 5 cases » (Al-Bunî p. 5).

Bien que des auteurs comme Al-Bunî recherchaient une forme de sainteté ou d’élévation spirituelle par l’utilisation de la magie des lettres et au travers d’une transmutation intime du coeur et de l’âme grâce à la puissance des lettres et à la connaissance des secrets des Noms Divins, il apparaît qu’ils faisaient utilisation de procédés magiques comme les talismans en vue d’acquérir une forme de pouvoir, de barakah, devant conduire celui qui les utilise vers une sphère supérieure de la conscience. Ainsi, n’est-il pas étonnant de voir un subtil mélange de spiritualité pure, de cosmosophie basée sur la puissance des lettres, et des formes de magies plus matérielles comme l’utilisation des oracles ou des talismans.

Pour le pratiquant de ses systèmes, l’important reste l’acquisition de la connaissance qui doit mener à la sainteté. La purification du coeur est un progrès plus qu’une vertu, un progrès dans la connaissance ésotérique des lettres qui permet au pratiquant de poursuivre son chemin par l’ouverture de portes dissimulées aux profanes. Nous sommes donc devant une vision gnostique dans laquelle la connaissance ne s’acquiert pas seulement par l’étude mais par la voie de la révélation venant des mondes supérieurs, et donc de Dieu Lui-même.

Selon Al-Bunî la progression spirituelle peut se résumer en ces quelques traits :

les saints « comprennent le sens caché des 99 Noms Divins par don de grâce et d’inspiration, ce que nul autre ne peut connaître par la spéculation ou la raison discursive ». Ils connaissent les 99 Noms ésotériques présents derrière les 99 Noms exotériques, c’est-à-dire qu’ils possèdent la science des 14 lettres lumineuses.

Les saints on le privilège de connaître le Nom Suprême de Dieu qui marque le stade ultime de la connaissance ésotérique. Le saint qui y est parvenu peut voler dans les airs, marcher sur les eaux, diriger la volonté des hommes…

A ce sujet, Pierre Lory écrit : « Le pouvoir magique du soufi-théurge n’est donc ni acquis par l’apprentissage personnel, ni dérobé à Dieu ou cédé par Lui par l’effet de procédés magiques : il est une particule du pouvoir absolu de Dieu, un prolongement ou un reflet sur terre de son action créatrice ».

« La basmala est à toi ce que le kûn (sois !) est à Dieu »

talisman

 

La Za’irajah

Une branche de la science de la magie des lettres est la technique de la Za’irajah ou oracle des lettres dont le but est d’obtenir des réponses à des questions au moyen des lettres. Le système repose sur un long poème et fait intervenir les lettres, l’astrologie et la magie afin de découvrir une réponse adéquate à la question posée selon un processus particulier. Selon ce système, une question peut avoir 360 réponses selon l’ascendant de celui pose sa question.

Les opérations se rapportant aux questions reposent sur 7 principes : (1) la valeur numérique des lettres (2) la rétention du résultat de la division par douze de leurs cycles (3) la connaissance du degré de l’ascendant (4) le gouverneur du signe du zodiaque (5) la connaissance du cycle principal qui est un (6) le résultat de l’ascendant du cycle principal (7) le résultat de la multiplication de l’ascendant et du cycle par le gouverneur du signe du zodiaque.

L’opération se déroule en trois cycles multipliés par quatre, ce qui donne douze cycles. Ces cycles sont suivis par des « résultats » qui peuvent être de un à six. On dispose les lettres de la question sur les degrés du signe du zodiaque correspondant et ainsi que du signe qui lui fait face ( par exemple le Sagittaire et les Gémaux). On applique ensuite les Sept principes ainsi que diverses opérations afin d’obtenir une réponse par des tirages successifs de lettres à partir de celles placées dans le Zodiaque.

Une autre méthode afin de découvrir une réponse à une question posée est la suivante.

« Sachez – que Dieu nous renforce par Son esprit – que la science des lettres est une science importante. Les érudits qui la connaissent parviennent à obtenir la connaissance de choses qu’ils ne seraient pas capables d’obtenir par l’aide de toute autre science en ce monde. La pratique de la science des lettres requiert deux conditions. Par son aide, l’érudit peut découvrir les secrets de la création et l’oeuvre secrète de la nature. Ainsi, il apprend les deux philosophies soeurs qui sont la magie des lettres et l’alchimie. Le voile de l’inconnu est alors levé pour lui. Il apprend le contenu du secret enclos dans le coeur. Un certain nombre de personnes dans le Maghgreb étaient censées détenir la connaissance de la magie des lettres. Ils ont produit des choses admirables et extraordinaires et furent actifs en ce monde de l’existence par l’aide de Dieu. Si une personne désire connaître la puissance de chacune des lettres de l’alphabet, elle doit chercher le nombre qui appartient à chacune de ces lettres. Ce degré, qui est le degré de l’harmonie des lettres, constitue la puissance que la lettre elle-même possède par rapport au monde sensible. Le nombre est ensuite multiplié par lui-même. Le résultat est la puissance qu’une lettre particulière possède dans le monde spirituel. C’est la « corde » de cette lettre. Ceci ne peut être fait avec les lettres qui possèdent des points diacritiques. Cela ne peut s’opérer qu’avec celles qui n’en ont point, car les lettres avec des points diacritiques ont des degrés de signification qui seront expliqués plus tard.

On doit savoir que la forme de chaque lettre possède une forme correspondante dans le monde d’en haut, dans le Trône Divin. Ces formes peuvent être mouvantes ou immobiles, hautes ou basses, comme cela est indiqué dans les Za’irajahs.

On doit savoir que les puissances des lettres tombent sous trois catégories. La première est la moins importante. C’est la puissance qui est manifestée lorsque les lettres sont écrites. Une telle lettre est écrite dans un monde spirituel qui appartient à cette lettre particulière. Chaque fois que la lettre produit une puissance psychique et une concentration de l’esprit, les puissances de la lettre exercent une influence sur le monde matériel.

La seconde catégorie est la puissance des lettres dans le domaine de la pensée. C’est le résultat de l’activation de la spiritualité des lettres. C’est une puissance parmi la haute spiritualité, et une puissance dans le monde matériel.

La troisième catégorie est celle qui cause l’intériorisation de la puissance psychique et sa concentration par l’émergence des lettres dans le monde de l’existence. Avant qu’une lettre ne soit prononcée, elle se forme dans l’âme. Après qu’elle soit prononcée, c’est une forme parmi les lettres, et une puissance dans le verbe.

La nature des lettres est la même que celle attribuée à toutes choses créées : chaud et sec, chaud et froid, froid et humide, froid et sec. Ceci est le secret de l’ogdoade. Le chaud combine l’air et le feu. Les deux sont représentés par les lettres alif ا, h ه, t ت, m م, fف, sh ش, dh ذ, j ج, z ز, k ك, s س, q ق, th ث et z ظ. Le froid combine la terre et l’eau : d د, h ح, l ل, ayn ء, r ر, kh خ, gh غ, b ب, w و, y ي, n ن, s ص, t ط et d ض. L’humidité combine l’air et l’eau : j, z, k, s, q, th, z, d, h, l, ayn, r, kh et gh. Le sec combine le feu et la terre : alif, h, t, m, f, sh, dh, b, w, y, n, s, t et d. Voilé la relation et l’interpénétration des lettres représentant la nature et l’interpénétration du monde intérieur des lettres dans le monde d’en haut et ici-bas, au travers des quatre éléments primordiaux.

Si l’on désire connaître la réponse à une question, on doit déterminer l’ascendant de celui qui pose la question ou l’ascendant de la question. Ensuite, les lettres des quatre cardinaux de l’horoscope – un, cinq, sept et 10 – doivent être épelées selon leur ordre, et les nombres des puissances et des cordes doivent être trouvées. On additionne, on établit les proportions et l’on ouvre ainsi la question. Ainsi, on découvrira ce que l’on cherche, soit clairement soir implicitement.

Si l’on veut découvrir les puissances des lettres de l’ascendant, avec celles du nom du questionneur et de la question, on doit additionner la valeur numérique des lettres selon le « grand calcul ».

Par exemple, si l’ascendant est Aries (al-hamal), on écrit h ه m م l ل. La valeur de h ه est 8, qui peut être divisé par 1, 2, 4 et 8. Donc d د, b ب, alif ا. La valeur numérique de m م est 40, qui peut être divisé par 2, 4, 8, 10 et 20. Donc ك ي ح د ب. La valeur numérique de l ل est de 30 qui peut être divisé par 2, 3, 5, 6 et 10. On fait de même avec toutes les lettres de la question. Les cordes sont découvertes par la division du carré de chaque lettre par sa plus petite valeur. Chaque corde est alors placée en opposé de sa lettre. Ensuite, la relation élémentale sont découvertes… »

يللي

Sources :

Ibn Khaldûn, al-Muqaddima, chap. « al-sîmiyâ ».

Pierre Lory, « Magie et religion dans l’œuvre de Muhyî al-Dîn al-Bûnî », Horizons Maghrébins, n° 7/8 (1986), pp. 4-15, en particulier p. 7.

Pierre Lory, La science des lettres en Islam, Dervy (2005).

E. Doutte, Magie et religion dans l’Afrique du Nord.

Illustration d’Abd El Malik Nounouhi, sur le site Calligraphie arabe.

Commentaires Facebook

Tags:

46 Commentaires to “Al Sîmîya : La Magie des Lettres Arabes”

  1. hamid dit :

    Dans l’introduction à Tafsir al-Qurtubi, celui-ci rapporte que Ali ibn Abi Talib a dit que le prophète (Paix sur Lui) a dévoilé que dans « Bismillah… » se cache en effet le nom suprême de Dieu dans Ism, dans la 1ere lettre b=baha

    voir le lien suivant dans 3e chapitre avant la fin malheureusement en Anglais : http://bewley.virtualave.net/ulum4.html

    Un Architecte perse a aussi découvert ce Nom, au 15e siècle : voir le lien suivant http://iahab-news.blogspot.com/2007/05/nouvelle-incroyable.html

    J’ai découvert que dans la bible, ce nom « baha » ou « Gloire » revient dans plusieurs passage comme nom nouveau à la fin des temps sous Gloire de Dieu.

    Les indiens hoppis aux Etats Unis ont une prophétie qui donne ce Nom :

    Dans leurs prophéties les Hopis disent qu’il y aura une religion qui arrivera. C’est peut-être vrai, et elle amènera l’unité, et peut-être pas. Si elle n’apporte pas l’unité, une deuxième religion viendra, et le peuple de cette religion est connu en langue Hopi sous le nom de Bahani, le peuple de Baha. « « Ni » signifie le « peuple de ».

  2. zakimohamed dit :

    Chez nous en afrique c’est quelque chose qui est tres developpe mais il ya une difference en ce qui concerne les lettre et nombre au mali a(segou) famille sosso a b j d h w z h to(9)ya q l m n sô(60) ah(70) fa dah(90) kah ra sa(300) ta(400)sah kah za zoh gah sha

  3. ben rochd dit :

    la Trilettrelogie Universelle, une science ésotérique récemment découverte. Cette science dévoile la dimension mystique des lettres de l’alphabet latin et s’apparente àla Kabbale de l’hébreu et à la « Simya » de l’arabe. Sa dénomination composée provient de trois notions :

    « Trilogie » – « Lettres » – « Universelle »

    Les « Lettres » d’abord. C’est le thème principal de cette science dont l’objet est l’étude métaphysique des lettres de l’alphabet latin. Elle s’intéresse aux « lettres » non pas en leur qualité d’éléments entrant dans la composition de l’écriture, mais en tant qu’ensemble de symboles ésotériques présentant une vue d’ensemble complète et cohérente sur l’univers. La notion« Trilogie » quant à elle, provient ici du point de départ de cette science et de son essence. Prenant comme point de départ les trois premières lettres de l’alphabet « a b c » et développant leurs significations mystiques, cette science montre que le « secret » de ces trois lettres reflète en fait le « mystère dela Création ». La dénomination Trilettrelogie Universelle de cette science provient enfin de sa vocation universelle. Son universalisme, elle le doit d’abord à l’universalisme des lettres latines, lesquelles interviennent dans l’écriture de la plupart les langues occidentales. Il provient ensuite de sa capacité de dévoiler ce que l’on peut appeler le « code secret » de l’alphabet latin, lequel peut être comparé aux « codes secrets » des alphabets des langues sémites, l’arabe et l’hébreu notamment. La Trilettrelogie Universelle est en mesure, dans son ultime phase, de nous permettre – par la comparaison entre les codes secrets des lettres de l’alphabet latin et ceux de l’alphabet sémite – de retrouver « la langue universelle », « la langue perdue » selon l’expression de René Guénon, la « Sourania » ou « langue solaire ». Les circonstances qui ont été à l’origine de la découverte de cette science ont eu comme point de départ une expérience exceptionnelle que l’auteur a vécue et qui font l’objet d’un récit séparé. Auteur : ben rochd http://www.trilettrelogie.fr.tc/

  4. bams001 dit :

    Je voudrais savoir si les valeurs des lettres sont fondés par le coran ou par les adith. Sinon d’ou vient la valeur numerique des lettre. Cest lorigine qui me pose probleme. Merci

  5. tintin dit :

    La Foi Baha’ie est née au début du 19eS. Son fondateur est Mirza Hussayn Ali Nuri dit Baha’u’llah. Son message est un message d’unité. Les croyants sont appelé Baha’i, le « I » en persan désigne l’apartenance, comme le « ni » en Hopi. La révélation fait l’équivalent d’une centaine d’ouvrages. Pour plus de renseignement : http://www.bahai.fr/. bonne journée à vous.

  6. Rohani dit :

    Salam, je souhaiterais apporter une précision au sujet la Simiya n’a rien à voir avec Ilm El Harf ou Kabbala islamique tirée des 99 Attributs sacrés d’ALLAH exalté (La Kabballa Hébreue est basée elle sur les 72 Noms Sacrés). La Simiya, ou Khanqatira, est une pratique magique mais non Mystique, seule une branche dérive de Ilm El Harf. Il faut savoir que le Idn ou autorisation spirituelle initiatique est le Secret même du rite, plus que le contenu en lui même qui est lui une méthodologie. Tels les cheikhs de Zaouia soufies qui donnent le Idn a leur « mourids » (celui qui reçoit le « wird ») ou disciples, le Spécialiste érudit du Ilm El Harf ou Faqih (érudit) est initié par un Maitre. Il ne suffit pas d’avoir accès à une documentation et de reproduire les Pantacles talismaniques pour obtenir un effet physique apparent. La personne non initiée à ces pratiques, donc sans Cheikh est dominée alors par le Jinn shaytani soufli (du bas monde) qui eux causent des effets physiques tels des effets secondaires. Pour que les Ro7ani 3oulwi ou êtres celestes lumineux élevées activent un « sirr » (secret), la condition du dévoument total à ALLAH est obligatoire, ainsi que l’autorisation spirituelle (Idn) du Cheikh. Le barême d’évaluation de ce monde caché est en opposition avec les « pouvoirs et forces spirituelles » maitrisées. Un Cheikh n’est pas celui qui cherche la notoriété et célébrité, pas de Limousine ou Tapis rouge (souvent dù à la mentalité tribale des disciples qui veulent élevé tel ou tel clan). Un disciple à qui l’on donne le Idn est sincère et ne cherche pas l’ingérance par la science du 7arf dans le programme prédestiné d’ALLAH sauf avec le Idn (par exemple suite à la Istikharat ou consultation). Il faut aussi savoir que lorsque le canon frappe, il y a un recul, autrement dit : le fait d’utiliser un pouvoir d’ingérance ou Hikma, il faut en payer une taxe (maladie, conflit, pauvreté, épreuves, situation matérielle difficile…etc.). Alors que la majorité des gens cherchent justement la Hikma pour avoir le pouvoir, le spirituel pour l’autorité qui en dégage, l’argent, l’amour… et sombrent dans le culte des Jin et du Satanique et autre magie noire. El Ilm el Harf Nourani (Science des Lettres Lumineuses) passe par le dépouillement matériel, la dévotion, l’Amour de Dieu et de son prochain… les vertus pour atteindre la sainteté ou Wilaya. Si le coeur n’est pas pur, le retour du bâton est imparable. Attention donc aux néophytes de ne pas jouer les apprentis sorciers, et d’écouter leur coeur sur la raison qui les intéressent à étudier les secrets occultes. Le cheikh bénéficie de secret qu’il invoque en tant que culte de Dieu uniquement, pour l’amour de Dieu. Il en résulte l’exaucement des voeux, ou istijabat, mais ces voeux sont nobles et dignes, plein de Sagesses. Wa salam si vous voulez échangez des idées ou connaissances sur le sujet, mail : vinrob68@yahoo.com

  7. mohamed houdi dit :

    explique moi parce quel est le role des 4point cardineau nord sud ouest est

    • Hawawini Robert dit :

      A mohamed houdi…
      Les repères des 4 points cardinaux permettent l’entrée de l’homme dans la vie. Chaque point cardinal est associé à une des 4 lettres d’Allah. 4 est le nombre de la lettre dal qui est comme 1/2 carré auquel il manque l’autre demie qu’il nous appartient de trouver. Incarnés sur la terre et orientés par les 4 points cardinaux, nous avons fait la moitié, matérielle, du chemin ; il nous reste à faire l’autre moitié, spirituelle. C’est comme la lettre noun. Elle est écrite avec un demi cercle en bas, matériel, surmonté d’un point. Il manque la moitié supérieure, céleste, du cercle, qu’il nous appartient de trouver, afin de réaliser le cercle complet avec le point au milieu « el haq ».

  8. emtir dit :

    Je voudrais savoir si une personne connait ce genre de travail mystique est comment faire disparaître cela en lisant le coran ou en partant cher un imame s v p répondez se qui connait. Merci.

  9. Dr Issa Cisse dit :

    Le Divin Nom mystique qui se trouve dans le Ba de la Basmala a pour poids mystique 7752 et celui qui le voit est non seulement absous de ses péchés mais il est absous éternellement de l’enfer.Vous remarquerez que ce Nom est une caractéristique de Latif le Subtil en ce sens que 77+52=129 qui est le poids mystique de Latif. Lam =30, Ta=9, Fa=80, Ya=10. Latif est le Seigneur des Noms Divins. Mon email est. raskarnak@yahoo.fr pour ceux qui souhaitent partager et échanger à ce sujet.

    • PRABO dit :

      je connais ce nom et comment i l se compose pensez vous qu’il n’existe pas de talsam superieur à celui là je suis pret à echanger mais dans un cadre exclusivement secret que nous aurons l’occasion de definir

  10. SVP! Je veux avoir des informations sur moi. Je suis: GUEDENON Claver , 23 fevrier 1989. merci bien

  11. Diabate Mamadou dit :

    Bon soir
    Je suis emerveillé par ce que vous faites
    ca nous enrichie et nous incite à parfaire
    nos connaissance dans cette science, qu’est
    la science des lettres et des nombres
    J’aimerais avoir des informations sur moi
    Bien à vous codialement Diabaté

  12. Sonia dit :

    Savez-vous quelle est la signification de la lettre chin, est-ce le destin personnel ?

    • Robert dit :

      Bonjour Sonia,

      Voici ce que je sais de la lettre shîne. Sa valeur est 300, le plan universel, de finalisation, de la série 3 (gîm), 30 (lam), 300 (shîne). Elle réalise donc la finalisation de notre relation trinitaire avec Allah, cad des trois composantes de l’homme : 1. corps (gism) matériel et sensitif, 2. âme (nèfèss) raisonnable et cognitive, 3. esprit (roh), divin. La graphie de shîne est d’ailleurs explicite : les trois pointes sont surmontés par trois points qui traduisent cette trilogie.
      Vous constaterez que sîne, de valeur 60, a la même forme sans les trois points au-dessus. Sîne représente la colonne vertébrale, le rail sur lequel se meut le souffle, carrefour incontournable de tout travail sur soi. Sîne est donc en quelques sortes le support à partir duquel le travail de finalisation en shîne doit se faire. Sîne est pour cela incomplète, cad sans les trois points, puisqu’il lui reste le travail à faire.
      Revenons à shîne… Quand la conscience a intégré cette lettre, elle a finit son travail d’intégration d’Allah. Sa lumière fond dans le corps, dans toutes ces cellules, pour transformer la conscience en unique conscience spirituelle. Le corps est alors débarrassé de toutes ses composantes matérielles et mentales de gism et nèfèss. Il ne reste plus qu’un corps de lumière. C’est la plus haute et la plus noble entreprise humaine à réaliser. Le Christ et Mohammed (psl) ont chacun vécu cet épisode-ci, au moins transitoirement, pour le reste, on ne sait pas. Inutile de vous dire qu’aucun humain actuel n’en est à ce niveau et probablement que, s’il y en avait, il ne s’en vanterait pas. En dehors des constructions intellectuelles, il y a des choses que l’humanité n’est pas encore prête à entendre.

  13. Boubakari Iliassou dit :

    Assalou Aleikoum cher fréres

    Que vous soyez beni pour les efforts que vous fournissez pour aidez les musulmanns ou non musulman a en apprendre plus sur l’islam.
    Pour ma part je suis musulman originaire du Cameroun , je voudrais savoir s’il est possible d’avoir le poid mystique des 99 noms d’Allah (soubhanahou wata ala) et aussi celui de mon nom par la meme occasion.
    Merci infiniment quelques soit votre reponse que dieu continu a nous guider vers la lumiére. Amin

  14. kone moustapha dit :

    asalamualeykoum ya cheick,baraka llahou fihi,je suis tres interesse par le degre d’erudition de votre blog,je vous souhaite une bonne continuation,pour ma part je me presente je suis kone moustapha de nationalite ivoirienne et je suis etudiant en licence 2 de marketing publicite a l’universite musulmane de cote d’ivoire.je suis musulman et je dois avouer que je m’interesse beaucoup a la spiritualite depuis 3ans environ,depuis ma rencontre avec un marabout.je tiens a preciser que ce dernier est un maitre specialise dans les sciences traditionnelles coraniques et qui est egalement expert en geomancie.moi meme j’etudie la geomancie avec lui et nous nous interessons beaucoup a l’astrologie.mais j’ai toujours ete attire par la science des lettres car j’ai l’intime conviction que le secret de toutes les connaissances se trouve dans le coran al majid.je voudrais donc avoir une franche correspondance avec vous pour comprendre dans la moindre detail cette science divine.je vous en remercie d’avance.kone moustapha votre serviteur.qu’ALLAH vous rettribue au centuple. ALLAHOUMA AMIN.et bon maulud

  15. Issouf Togola dit :

    Je suis tres emerveille par vos approches de la chose esoterique,voudrais-je avoir de plus amples informations sur les carres magiques.Merci et à bientot.

  16. Négadi dit :

    Bonjour Spartakus!
    Je viens tout-juste de découvrir cette page; c’est très intéressant. Je m’intéresse aussi aux « 14 Lettres Lumineuses » ainsi qu’aux 29 « Code-de-Lettres ». J’ai une « théorie »! Il me faut cependant attendre avant de pouvoir l’écrire quelque part, de sérieux et sûr (existe-t-il des Editeurs dans ce domaine?).(Pour le moment il n’y a que des bribes » sur mon site-internet.)
    Tidjani

  17. Fouad Oodian dit :

    Visiter mon site ou lisez mon livre ‘Spiritual and Scientific Research on Arabic Lettters and Numbers’ qui avait ete publie cet annee en Amerique par le RoseDog Books publication vous aurez une idee en plus sur les lettres Arabe et leurs valeurs numerique.

  18. allan074 dit :

    trop bien ce sujet car la science de l’alphabet arabe na pas de limite. tout n’est pas dit dans les livres.
    prenant comme exemple le alif (a)la première lettre son corps est (أ)
    son âme est le (1) dans le cœur supérieur (111) dans l’inférieur.
    (19) dans l’âme supérieur (1761) dans l’âme inférieur,est (2553) dans le azme ou la volonté.
    pour ce qui est de la valeur numérique de l’alphabet arabe il existe deux école orientale et magrébine qui se différencie exemple.
    orientale le (ش=300) magrébine le (ش =1000).

  19. Lalia dit :

    Bonsoir je n’ai pas bien compris a quoi peut servir la magie et la numérisation des lettres arabes et quelle pouvoirs peut on en tirais et pourquoi l’associer a la
    Religion musulmane sachant que celle ci rejette toutes
    Forme de magie !

  20. Fouad Oodian dit :

    Tres beau, Chaque élément – terre, air, eau, feu- a son propre groupe de lettres : alif est feu, bâ est air, jîm est eau dâ est terre, et ainsi de suite. Ainsi, 7 lettres sont de l’élément feu, 7 sont de l’élément eau, 7 sont de l’élément terre et 7 sont de l’élément air. mais une lettres peut etre a la fois appartenir par exemple, au element eau et aussi a d’autre elements. Lisez mon livre ‘Spiritual and Scientific Research on Arabic Letters and Numbers’ publie par la RoseDog books Publication en Amerique pour savoir un peu plus sur les lttres Arabique.

  21. Hawawini Robert dit :

    La spiritualité est d’abord un travail intérieur, ensuite un discours extérieur. Il n’y a aucune magie ni aucun secret ni aucun mystère dans aucun écrit ni aucun objet extérieur. Le secret de la vie et de la mort se trouve à l’intérieur de soi ; on y accède par un travail spécifique basé sur l’attention au présent, par le souffle et/ou le mantra-zikr.
    La science des lettres est très belle, mais elle reste une insuffisante connaissance extérieure de la lumière mentale, tant que les sens n’ont pas été tournés vers l’intérieur pour se connecter avec la lumière spirituelle.

  22. moutawakil dit :

    salam je suis vraiment emerveille par cette science qui est tte nouvelle pour moi, j aimerais m y interesser comment dois je proceder?donner moi vos mails afin d echanger avec vous sur les noms de DIEU et sur la haute spiritualite. voici mon mail::::::tramadou@yahoo.fr

    massalam et a tres bientot

  23. Midq dit :

    bonjour,

    j’ai besoin d’aide. j’écris sans chercher à le faire le symbole « Jim » ; je n’y reflechis pas mais c’est tout le temps cette lettre qui revient et aucune autre.

    Merci à vous

    ct, malika

  24. Hawawini Robert dit :

    Bonsoir Malika,
    Je ne comprends pas pourquoi vous avez besoin d’aide pour le simple fait que vous écrivez le symbole, je suppose que vous parlez de la lettre, jim ?
    On peut vous donner quelques indications sur le sens de cette lettre, mais en quoi cela constitue-t-il une aide ?
    Merci de nous éclairer un peut plus sur votre demande.

    • Malika dit :

      bonsoir,
      le fait d’écrire de façon très obsédante la lettre djim me pousse à m’interroger.

      l’écriture, le symbole et le sens sont pour moi très importante car je l’écris sans y réfléchir, c’est une lettre qui vient du coeur.

      Merci pour vos commentaires.

    • malika dit :

      bonsoir,
      j’écris ce symbole en automatique et c’est toujours ce symbole qui revient.

      • Hawawini Robert dit :

        Il y a deux aspects, chère Malika, dans votre demande : l’interrogation sur le lettre gîm et votre automatisme à répéter son écriture. On peut donner des indications sur la lettre, pas sur votre automatisme, car on n’est pas à votre place ; il n’y a que vous qui pouvez répondre sur cet aspect-ci.

  25. Hawawini Robert dit :

    Excusez-moi d’avance Malika si je parais intrusif, mais Malika, kalima… ça vous dit quelque chose ?

  26. Sakinat dit :

    Bonjour à tous,

    J’ai une question qui reste sans réponses malgré mes recherches.
    Peut-être pourrez vous m’aider ?

    Je voudrais savoir l’origine de la « ilm al huruf » ou science des Lettres.
    C’est à dire, sur quoi se basent les personnes qui disent que « alif=1″, « ba=2″, « ta=9″, etc. ?

    J’espère que ma question est suffisamment claire et bien formulée.
    Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à demander les précisions nécessaires.

    D’avance merci.

    • Hawawini Robert dit :

      Chère Sakinat,

      A vrai dire, je ne me suis pas intéressé à cette question historique. Du point de vue de la recherche intérieure, ésotérique, dont la science des lettres n’est que l’aspect exotérique ; l’histoire collective, celle des autres finalement, n’est d’aucune utilité. Ce n’est pas avec la science des lettres qu’on perce quelque chose de son propre mystère, mais l’inverse. Ai-je été clair ?

      • Sakinat dit :

        Robert,

        Merci d’avoir pris le temps de me répondre.
        Vous avez été clair, je suis assez de votre avis d’ailleurs.

        Mais cependant je maintiens ma question et ma recherche à titre informatif, donc, si vous avez des éléments ou des pistes de réponses à me communiquer, je vous en serez très reconnaissante.

        Cordialement
        Sakinat

        • Hawawini Robert dit :

          Non, Sakinat, je n’ai pas d’infos historiques ; mais à vrai dire, si d’autres en ont, je me ferai un plaisir de les lire.
          Personnellement, j’irai même jusqu’à dire qu’il n’y a peut être pas d’histoire ou que cette histoire est volontairement occultée ou sans importance, afin de nous permettre de rester dans le présent.
          Je crois que ce sont des choses qui ont dues « descendre » de Dieu directement dans l’esprit des anciens, qui avaient du atteindre des niveaux ultimes d’intériorité dans leurs pratiques internes.

  27. ladji Seydou dit :

    Robert,

    Dans son ouvrage , « Jesus , vu par un musulman » Mr AMADOU HAMPATE BA , indique que son maître, TIERNO BOKAR , fonde sa science des lettres arabes attachées à des nombres aux 3 premiers versets de la sourate « AL FAJR » (Chap 89 ST CORAN). Il bâtit un enneagramme qui lui permet d’attribuer des nombres aux différentes lettres arabes.

    Il y a, je pense une part d’arbitraire, ou d’inspiration divine, que les différences entre les écoles maghrebine et orientale évoquées par un frère démontrent bien.

    Un hadith attribué à ABOU HOUREIRA (Radiyallahou anhou): « J’ai réçu deux temoignages de Rassoul (BDSL).Le premier est celui que je vous ai transmis. Si je vous divulgue le second, vous me trancheriez sûrement la gorge »

    Purifions nos intentions. Les méthodes sont toutes bonnes dès qu’elles nous permettent de rencontrer ALLAH le coeur Sain.

  28. Robert dit :

    Bonjour Ladji Seydou,
    J’ai relu la soura Elfagr en entier et je n’ai vu aucune allusion claire qui permette de fonder une science des lettres. Le seule chose qui me paraît plausible est le verset 3 parlant du pair et de l’impair, mais c’est suffisamment vague pour en faire l’interprétation qu’on veut. Il doit bien avoir des signes plus explicites dans d’autres sourat. Je pense, par exemple, à la soura 24, où il est dit qu’Allah propose des paraboles aux hommes. Pourriez-vous m’expliquer comment Mr Hampate Ba en est arrivé à cette fondation par la soura Elfagr ?
    Je ne crois pas qu’on puisse rencontrer Allah uniquement par le raisonnement discursif. Penser qu’on peut voir son Seigneur par l’unique étude des lettres, sans technique de travail intérieur basée sur le souffle et le zikr par exemple, est illusoire. Mais ce n’est que mon propre point de vue bien sûr et il n’est valable que pour moi. Je suis à l’écoute de toute expérience sur le sujet.

    • diakité sabah ahmed dit :

      Mr robert lisez bien al boukary-mouslim – abou daoud- tyrmizi et autre le Prophète SAW à dit: Allah lui a enseigner la grammaire Universel et lui a donner la somme des paroles.

  29. Shems Dine dit :

    Bonsoir a tous, en réponse a sakinat et robert , sur la valeur numérique des lettres arabes. je vous invites a lire un ouvrage très intéressant mais qui est tres difficile a trouver et relativement cher :  » La voie des lettres : Tradition cachées en Islam et Israël » de Jean Canteins….vous y trouverez la réponse a votre question. cdlt

    • Robert dit :

      Bonjour Shems Dine,
      Effectivement le prix du livre conseillé est excessivement excessif !
      Je ne suis ni spécialiste du saint qoran ni spécialiste de ‘alm et horouf, simplement un curieux de base qui fait des découvertes personnelles. J’entends la puissance de la spiritualité islamique, au-delà de l’image dévalorisée donnée par les médias et pas du tout contredite par la communauté musulmane, malheureusement.
      Ceci dit, je réitère ce que j’ai dit dans ces pages, à savoir, que sans travail intérieur, sans connaissance profonde de soi, toutes ces constructions peuvent être intellectuelles et stériles. Il ne s’agit pas des lettres apparentes que nous écrivons et lisons sur des feuilles. Celles-ci font partie de la lumière mentale, constamment plafonnée par sa part d’ombre, là où l’ange et le diable peuvent se confondre dans la conscience humaine. Il s’agit des lettres intérieures, cachées, construisant notre corps et présidant à son fonctionnement, élevant notre conscience jusqu’à la lumière incréé de Dieu qui ne contient aucune par d’ombre, là où les ténèbres du diable sont dissoutes part un tsunami spirituel auquel rien ne résiste.

  30. [...] Al Sîmîya : La Magie des Lettres Arabes « Mystique & Religions [...]

  31. Rakotomalala dit :

    Bonjour à tous,
    la magie et les pouvoirs mystiques. Les pouvoirs mystiques sont liés par la création, avec dans notre monde, dans notre univers et avec les anges et Dieu.
    Le pouvoir mystique (magie) est une connaissance de maitriser, et de utiliser pour trouver ou pour avoir un acte de miracle. Exemple, utiliser le nom du Dieu peut vous donner un miracle.

    Utiliser ce nom n’est pas uniquement le prononcer. C’est aussi de savoir le prononcer, de savoir utiliser à QUEL moment, à quel endroit, pour quel problème, POUR QUELS règles, quel conditions, pourquoi,….etc.

    Si non, le miracle sera nul.

  32. […] Al Sîmîya : La Magie des Lettres Arabes « Mystique & Religions […]

Laissez un commentaire