Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 11 février 2017

Très à la mode depuis la fin des années 90, le Reiki est une méthode de soin, que ses adeptes rangent dans les thérapies énergétiques, aux côtés d’autres disciplines, telles que le magnétisme, la lithothérapie, la sophrologie, etc., tandis que les esprits chagrins l’évacuent volontiers dans la poubelle des « pseudosciences ». Si le principe en est simple, puisque le soin se fait par imposition des mains, différentes manières d’appréhender le reiki cohabitent, au point que les méthodes et les idéologies sont sujettes à de vifs débats entre ses adeptes. Pour y voir plus clair, nous sommes allés discuter avec Matthieu qui a ouvert son cabinet en 2015, dans la région d’Amiens, et propose sur son site Reiki Picardie : La Boîte à Reiki, des soins, mais également des initiations à diverses harmonisations énergétiques.

*

Melmothia : Bonjour Matthieu, et merci d’avoir accepté cette entrevue. Pour commencer, pourrais-tu nous expliquer comment tu es tombé dans le chaudron ?

Matthieu : Bonjour Melmothia, et merci pour cette entrevue. Contrairement à certaines personnes qui se réclament d’un don de naissance, d’une longue famille de sorciers ou d’énergéticiens, de pères en fils, etc., je n’ai rien de tout ça… Mais j’ai la chance d’avoir une famille plutôt ouverte (mes parents font de la sophro depuis de nombreuses années, par exemple, et pratiquent aussi depuis peu la lithothérapie pour eux-mêmes), ce qui m’a permis d’aborder ces domaines sans à priori. Pour différentes raisons, durant de nombreuses années, je n’ai pas approfondi le domaine spirituel. Je me documentais, mais sans la volonté ni l’opportunité vraiment de pratiquer. Puis un jour, j’ai eu la chance d’avoir un enfant. Et comme beaucoup de jeunes parents, j’ai acheté le fameux collier d’ambre réputé soulager les maux de dents. Puis une autre pierre. Puis une autre. Et encore une autre. Il y avait un excellent magasin de pierre sur Amiens (hélas fermé depuis). J’ai arpenté des forums qui traitaient de lithothérapie, mais également d’autres domaines, et c’est ainsi que j’ai entendu parler du Reiki. Quelqu’un proposait « d’ouvrir le canal à distance » afin de pouvoir utiliser les énergies du reiki. J’ai sauté sur l’occasion. Puis en effectuant mes propres recherches j’ai pu développer mes compétences « à la carte ». Chaque praticien reiki a son propre parcours et ses outils de prédilection.

Melmothia : Le reiki est souvent présenté comme « l’énergie vitale », « l’énergie universelle », « le souffle de vie », etc., des notions finalement plutôt vagues.  

Matthieu : Oui. Dans le domaine des « thérapies » alternatives, beaucoup cherchent à mettre le reiki dans des cases précises. Pour commencer, il existe plusieurs versions de la découverte du reiki par Mikao Usui. Il existe aussi des milliers (sans exagérer) de systèmes énergétiques. C’est très vaste. On peut décider de ne parler que des systèmes réputés les plus proches du reiki Usui, mais il existe aussi plusieurs variantes… Komyo Reiki, Reiki Tibétain, Usui Teate, etc. Avec une base aussi hétérogène (une telle diversité n’est pas mauvaise, bien au contraire), difficile de ne pas être vague. Certains disent que le reiki est aussi appelé Prana, Chi, Mana, force de vie, etc.

Melmothia : Oui c’est vaste… Donc, selon toi, le Reiki serait une énergie universelle, la fameuse « énergie de vie », se déclinant en plusieurs couleurs, mais toujours identique en essence, comme la lumière traversant un prisme, plutôt qu’une énergie parmi d’autres ?

Matthieu : J’ai tendance à penser cela. L’énergie est réputée être universelle. Les différents symboles du reiki Usui permettent d’utiliser cette énergie de diverses manières, comme les différentes couleurs d’un prisme.

Melmothia : La majorité des soignants insiste sur la nécessité d’une approche holistique du corps, mais également la « guérison sur tous les plans » : physique, émotionnel, spirituel, tout en affirmant haut et fort que le Reiki est dépouillé de toute attache religieuse. Or, cette insistance sur la dimension « spirituelle » a conduit le Reiki à tomber dans l’escarcelle du courant New Age qui prétend en faire une autoroute vers le ciel, tandis que d’autres le dénoncent comme une pratique dangereuse, voire sectaire. Selon toi, que faut-il entendre par « spirituel » dans le contexte du Reiki ? Et comment intègres-tu cette dimension dans ton approche ?

Matthieu : il existe des praticiens très douteux. Qui vont convaincre quelqu’un d’arrêter un traitement médical. Heureusement ces praticiens sont rares. Fuyez-les comme la peste. Le reiki n’est rattaché à aucun courant religieux. N’importe qui peut pratiquer le Reiki, qu’il soit Chrétien, Musulman Bouddhiste, athée…

De plus, on peut très bien suivre une formation de reiki à quelques euros, et n’utiliser que celle-là, et s’en contenter pour son usage personnel ou pour aider autrui, et le faire le restant de sa vie, l’adapter à sa manière, sans rendre de compte à son professeur. Une fois initié on le reste à vie. Il n’est pas besoin de rester auprès de son enseignant pour continuer à pratiquer. Ne laissez personne avoir d’ascendant spirituel malsain. Votre enseignant a simplement appris à utiliser ce système avant vous, vous pouvez parfaitement le dépasser.

Le reiki est spirituel, il permet de se développer spirituellement, et agit sur les corps « spirituels ». Comment est-ce que j’intègre la dimension spirituelle dans mon approche ? J’intègre le moins de croyance possible, tout simplement, pour rester le plus neutre possible. J’utilise les notions les plus répandues sur les chakras. Je ne fais pas appel aux anges, aux créatures de la nature, etc., mais si quelqu’un souhaite une séance avec ce type d’énergie, il est toujours possible de le faire.

Melmothia : Ton but est donc de procurer le maximum de liberté, spirituelle et personnelle, à tes patients comme à tes initiés ?

 Matthieu : oui

Melmothia : En matière de « guérison », que peut-on attendre du Reiki ?

Matthieu : Si quelqu’un veut guérir les gens, qu’il suive une formation de médecin. Si quelqu’un veut aider les gens à aller mieux en complément d’un traitement (qu’il ne faut jamais abandonner, le reiki ne remplacera jamais un médecin), aller mieux lui-même, faire du développement personnel, chercher à évoluer dans le domaine énergétique, mieux se connaître, etc., le Reiki est parfaitement adapté. Son champ d’application est extrêmement vaste. Le Reiki aidera la personne à aller mieux, il va stimuler ses capacités d’autoguérison. Il pourra aussi aider à diminuer la douleur. D’autres reiki ont été créés spécialement pour cibler un problème en particulier (que ce soit agir sur les chakras, soigner les dents, les états dépressifs, le dos, aider à perdre du poids ou arrêter de fumer, etc.). J’ai déjà réussi à couper le feu. Plusieurs fois, j’ai aidé l’un de mes proches atteint de parkinson à supporter plus facilement sa maladie pendant plusieurs jours. Le reiki a permis une diminution, voire disparition des tremblements pendant quelques heures suite à la séance par exemple). Une autre fois, une amie avait un parasite énergétique squattant chez elle, la séance de reiki a permis de dégager l’entité. Etc.

Entretien avec Matthieu – Reiki picardie 4

Melmothia : On lit souvent que le Reiki possède son « intelligence propre » qui lui permettrait de se diriger là où le patient en a besoin, et que cette énergie ne peut faire aucun tort. Qu’en penses-tu ?

Matthieu : le reiki est une énergie « intelligente ». Elle va en effet se diriger là où elle sera le plus utile, là où le corps en manque le plus. Mais aucun tort ? Il faut nuancer quelque peu… Ma conjointe ayant quelques soucis cardiaques, j’évite d’utiliser le reiki directement sur son cœur, notamment le symbole dit « de pouvoir » qui tend à lui provoquer des douleurs. En revanche, un autre symbole, le symbole de « mental », qui apaise, ne lui fera absolument pas mal. C’est pour ça qu’il est préférable de bien s’entretenir avec la personne avant la séance. Sans oublier les crises de guérison, pas forcément agréables. Et une dernière anecdote me vient… Une amie avait décidé d’envoyer du reiki dans son passé (plus précisément pour en atténuer effets psychologiques négatifs sur son présent). Eh bien, lorsqu’elle s’occupait des périodes les plus sombres de son passé, elle pensait rupture, idées noires, etc. On est loin ici de l’énergie « fluffy » inoffensive… Les crises de guérison sont nécessaires, mais rarement agréables. Ce genre de vécu douloureux reste heureusement rare. La majorité du temps, en effet l’énergie ne fait aucun mal. Par prudence, on peut envoyer du reiki à la situation plutôt que directement sur le malade.

Melmothia : Dans le même ordre d’idée, quelles sont les contre-indications pour un soin et/ou une initiation ? 

Matthieu : En tant que « patient », vous n’avez pas grand-chose à faire. Vous détendre, ne pas boire d’alcool avant la séance. Ensuite vous vous allongez sur la table de massage si je suis présent, ou dans votre lit ou canapé si j’opère à distance, et vous me laissez faire. Vous restez habillé. Pendant ce temps, j’appelle les énergies, je place mes mains à différents endroits, pour que l’énergie agisse au mieux. Vous devez simplement vous détendre, lâcher prise, afin que tout se passe au mieux.

Concernant les initiations… N’importe qui peut recevoir une initiation. Dans la majorité de mes systèmes, il n’y a pas de prérequis, sinon c’est précisé sur le site. Si vous choisissez une initiation, je vous envoie le manuel, et vous me dites quand vous êtes prêt, on se met d’accord pour une journée, et je vous prépare une chi ball disponible ce jour-là. Pour l’appeler, vous aurez une phrase toute simple à prononcer, après vous être détendu un maximum. (D’ailleurs si vous vous endormez pendant l’initiation ce n’est pas grave, vous aurez d’autant plus lâché prise et laissé travailler les énergies). Ça dure environ une demi-heure. Ne buvez pas d’alcool les heures précédant ou suivant l’initiation. Une fois initié, buvez évidemment beaucoup d’eau. Et vous avez ensuite la possibilité d’utiliser les énergies du système. Utilisez les énergies quotidiennement durant les 21 jours qui suivent si possible, en « auto traitement » si le système le permet. Je vous donnerai les protocoles d’auto traitement si vous le désirez. Plus vous pratiquerez, plus vous serez à l’aise, plus vous serez efficace.
En tant que praticien… pour commencer, il ne faut jamais soigner quelqu’un sans son accord. Il convient d’éviter aussi l’alcool, car le reiki a tendance à déshydrater (ce qui est normal vu la chaleur qu’un praticien peut dégager lors de la séance). Éviter les drogues est aussi à mes yeux une évidence. Et comme je l’ai déjà dit, il faut savoir si une personne a des soucis de santé particuliers pour éviter de la faire souffrir pendant la séance. Et l’hygiène ! Un minimum de propreté sera le bienvenu.

Melmothia : Combien de séances faut-il compter pour espérer une amélioration ?

Matthieu : les bienfaits peuvent se ressentir dès la première séance, et c’est parfois suffisant. En général, 3 à 5 séances espacées d’une dizaine de jours suffisent. Un bon praticien doit aussi toujours assurer un suivi décent et fournir une bonne écoute. C’est à mon sens indissociable des séances de soin.

Melmothia : Un autre thème souvent évoqué dans l’univers du Reiki est l’autoguérison. De nombreux adeptes affirment que l’énergie Reiki ne fait qu’inciter le patient à se guérir lui-même. Qu’en penses-tu ?

Matthieu : je suis plutôt d’accord avec ça. On ne guérit pas, on aide la personne qui reçoit la séance à aller mieux. On recharge ses batteries, afin qu’il ou elle combatte la maladie dans les meilleures conditions. Cependant, le reiki n’est pas qu’une méthode de soin. L’énergie reiki peut être utilisée pour autre chose qu’aider quelqu’un à guérir. Charger des cristaux et les programmer, par exemple. Purifier une pièce. Méditer sur l’énergie. Et plein d’autres utilisations.

Melmothia : les approches dites « spirituelles » de la guérison tendent à hiérarchiser le corps, l’esprit et l’âme, ce qui conduit parfois à culpabiliser le patient en renvoyant la maladie à sa charge : « tu es malade parce que tu n’as pas résolu tes problèmes de karma, de névroses, etc. ». Quelle est ta position là-dessus ?

Matthieu : il faut arrêter de culpabiliser les gens qui vont mal. Certes, l’« Autosabotage » existe. S’enfermer dans ses habitudes est assez fréquent. Les mauvaises habitudes alimentaires, par exemple, qui posent des problèmes de santé. Les mauvaises postures au travail qui abîment le dos et conduisent à une mauvaise circulation des énergies. Les déséquilibres énergétiques contribuent à affaiblir la personne qui tombe alors malade… Mais nier l’influence des virus, des maladies est aberrant ! … on ne pratique pas le reiki pour cracher au visage de la science. Si l’on met de côté certains abus, la science a fait des découvertes indispensables pour bien vivre.

Melmothia : Selon toi, est-il nécessaire d’adopter une hygiène de vie particulière (physique et/ ou morale) pour pratiquer ou recevoir le Reiki ?

Matthieu : Le reiki est une pratique assez « cool ». Nul besoin de jeûner ni d’avoir une hygiène de vie parfaite. Mais un minimum d’hygiène de vie quand même. Alcoolisme et reiki ne sont pas du tout compatibles. Un comportement toxique est également à proscrire.

Et le reiki transforme. Le reiki fait évoluer, se poser des questions, dès qu’on pratique suffisamment. Et changer de mode de vie parfois.

Melmothia : Tu as ouvert ton cabinet, et le site internet associé, en 2015. Quels types de soins et d’initiations propose Reiki-Picardie ?

Matthieu : Concernant les séances reiki, je propose de petits coups de pouce énergétique à base de cristaux ou de chi ball, qui ne me prennent que quelques instants à réaliser et qui sont, par conséquent, offerts gracieusement à ceux qui veulent tenter l’expérience (c’est gratuit, mais vous pouvez toujours faire un don, que ce soit à moi ou à une association) je propose également des soins payants : des séances plus classiques d’une demie heure ou d’une heure, à distance ou en présence. Et concernant les initiations, j’ai un panel assez large, du classique Reiki Usui à divers types d’harmonisations, comportant un ou plusieurs degrés, comme l’initiation aux cristaux éthériques, à l’énergie de Ganesh, aux chiens noirs gardiens des carrefours, ou alors l’initiation aux anges, à l’énergie de Lémurie, etc. Je m’efforce d’appliquer des tarifs raisonnables, afin d’offrir à chacun la possibilité de se créer un panel de pratiques « à la carte ».

Melmothia : C’est quoi une Chi Ball ?

Matthieu : Une sorte de « boule d’énergie », que je programme pour une personne en particulier et pour une durée précise, et que je remplis avec de l’énergie reiki pour une séance « express » ou avec l’énergie d’une initiation que la personne appelle donc pour être initiée, à l’aide d’une formule simple.

Melmothia : Parmi ces différentes harmonisations, quelles sont tes préférées ?

Matthieu : Depuis quasiment mes débuts en reiki, les cristaux éthériques. C’est très souple, très adaptable, et aussi efficace que rapide. Ça me convient très bien. Je booste parfois les cristaux avec le reiki qui me semble le plus adapté à la situation. J’utilise aussi très souvent l’énergie « lumière de lemuria », qui a fait ses preuves. Et il y a certaines harmonisations que j’utilise plus rarement.

Entrevue avec Matthieu – Reiki picardie 2

Melmothia : Quelle est la différence entre « initiation » et « harmonisation » ? Et à quoi correspond « l’initiation » dans le Reiki ?

Matthieu : La frontière est assez floue… Souvent c’est la même chose. Mais « initiation » a un côté un peu trop solennel. Le terme « harmonisation » est à privilégier, car lors d’une harmonisation à un système, le champ énergétique de la personne se rééquilibre, se purifie, est plus harmonieux. Par habitude, j’ai quand même le réflexe de dire « initiation ».

Melmothia : Quels sont les effets d’une initiation/ harmonisation Reiki ? Certains rapportent avoir vécu une période de remise en question, d’autres une « crise » ou au contraire, un mieux-être immédiat. Et, d’un point de vue personnel – en dehors des soins que l’on peut désirer prodiguer -, que peut-on en attendre ?

Matthieu : deux personnes différentes réagiront différemment. Lors de l’initiation, déjà, les ressentis pourront différer. Une personne pourra être complément groggy, par exemple, tandis que l’autre aura eu un ressenti plus discret (et parfois pas de ressenti du tout). La remise en question, les changements personnels, arrivent rarement lors de l’initiation, mais se produiront lors de la pratique d’un système. À mesure que la personne assimilera le système et l’appliquera, elle changera. Bien que cela arrive rarement, des effets immédiats peuvent se produire. Par exemple, je connais quelqu’un qui a le syndrome de Raynault (les extrémités des membres qui chauffent plus difficilement). Le niveau 1 de reiki lui a permis d’activer le chakra des mains, qui chauffent alors un peu plus, et très fréquemment.

Melmothia : Comment toutes ces disciplines s’articulent ? Il semble que la première forme de Reiki connue fut celle qui est attribuée à Mikao Usui. Doit-on considérer ces harmonisations, de plus en plus nombreuses, comme des rejetons de ce Reiki Usui originel ou comme tout à fait autre chose ?

Matthieu : De nombreux systèmes, la majorité en fait, n’ont rien à voir avec Usui. Mais pour asseoir leur légitimité, les fondateurs de ces systèmes vont prétendre à une filiation remontant jusqu’à lui, ou alors vont prétendre être entrés en contact avec Usui pour créer le système… Si l’on met de côté cette plus-value un peu artificielle, ces systèmes peuvent être néanmoins valables. Il faut toujours prendre les informations avec des pincettes. Je n’ai pour le moment créé aucun système énergétique, donc je ne peux en dire plus.

Melmothia : Est-il nécessaire d’être initié au Reiki pour bénéficier des harmonisations que tu proposes ?

Matthieu : Rarement. Le reiki kundalini nécessite d’être niveau 1 de reiki, mais la plupart des harmonisations que je propose n’ont pas de prérequis. Évidemment, quelqu’un d’initié au reiki, donc ayant l’habitude de travailler avec les énergies, aura plus de facilité. Mais ce n’est pas obligatoire.

Melmothia : Un sujet qui fâche beaucoup dans le milieu du Reiki : de nombreux adeptes prétendent que les initiations Reiki ne peuvent pas se faire à distance. Que leur répondrais-tu ? 

Matthieu : j’ai été initié au reiki à distance, et je pratique le reiki. J’ai reçu des initiations reiki qui nécessitaient d’être initié au niveau 1 de reiki et qui se sont très bien déroulées… comme quoi, à distance ça fonctionne.

Melmothia : Quels conseils donnerais-tu aux personnes qui désirent être initiées ? Et comment choisir son enseignant Reiki ?

Matthieu : Tout d’abord de se renseigner un peu sur son enseignant, si possible. L’idéal est de pouvoir le rencontrer avant, voir si le courant passe. Pourquoi ne pas recevoir une séance, par exemple ? Certains enseignants font des ateliers découverte et échange autour du reiki, pour quelques euros (j’en connais un qui organise des après-midi « découverte du reiki » pour 5 euros, c’est-à-dire de quoi couvrir ses frais d’organisation)… Et certains enseignants proposent des facilités de paiement, ou des tarifs réduits selon certaines conditions. Tout le monde ne peut pas se permettre de payer une initiation plein tarif.

Melmothia : Est-ce que tu utilises des techniques complémentaires, telles que des pierres ? Des grilles ? Des prières ?… Et d’autres approches, telles que la méditation, le Chi Qonq, etc. ?

Matthieu : J’ai pratiqué le yoga pendant plus d’un an. Je n’ai pas gagné énormément de souplesse (et c’est un euphémisme !), mais énergétiquement cette pratique m’a bien aidé. Je pense essayer un jour le Chi Qong, si j’en ai l’opportunité. J’utilise souvent des pierres. La grille de cristaux est un outil effectivement puissant, que j’utilise assez régulièrement, à ma manière. Les pierres et le reiki se complètent très bien. Pas de prière en revanche, mais de la méditation sur les énergies. De plus, j’ai développé quelques techniques personnelles, comme ma version des chi ball, par exemple, pour envoyer plus facilement l’énergie ou pour préparer les initiations.

Melmothia : Ferais-tu un lien entre Reiki et ésotérisme, ou magie ? Certains disent que l’initiation Reiki les a conduits à vivre certains phénomènes paranormaux et médiumniques. Et sinon, peut-on envoyer du Reiki à des entités ?

Matthieu : L’énergie du reiki est universelle, donc elle peut être utilisée en théorie de multiples façons. Mais l’utiliser en ésotérisme ou en magie ne participe pas de la tradition reiki… je n’ai pas exploré cette voie, cependant je sais que certains le font.

Si vous voulez accompagner un proche récemment décédé, lui envoyer du reiki afin que la transition se passe au mieux, faites-le, avec prudence. Ne vous amusez pas à parcourir les cimetières et à envoyer du reiki sur toutes les tombes, ce ne serait pas prudent… je ne l’ai jamais fait et je ne compte pas le faire… je n’ai pas envie de passer mes journées à purifier mon environnement, suite à ce genre d’expériences.

Envoyer du reiki à des entités, pourquoi pas ? Si vous avez une profonde affinité avec une entité en particulier, cela peut faire office d’offrande. Mais là encore une extrême prudence est de mise, car cela ne fait pas partie du reiki traditionnel. J’ai déjà envoyé du reiki à une entité et tout s’est bien passé, mais c’était vraiment à titre exceptionnel. N’oubliez pas, purifiez-vous !

Melmothia : Quelles techniques de purification conseillerais-tu, d’une façon générale ?

Matthieu : On n’y pense pas toujours, mais bien aérer la maison, faire circuler l’air, les énergies stagnantes, aide beaucoup. Faire brûler de la sauge, de l’encens, permet d’entretenir le lieu de vie, le rendre plus agréable au niveau des énergies. Il y a des réflexes de purifications personnelles, l’utilisation de pierres comme la labradorite pour absorber les énergies négatives lors des séances (en plus, cette pierre aide à activer le chakra des mains), le nettoyage à sec à accomplir avant chaque séance. Si on souhaite aller plus loin, on a l’embarras du choix. Il existe plusieurs systèmes très valables, utilisez celui avec lequel vous avez le plus d’affinité. Plus on a d’affinité avec un système, plus on l’utilise, plus il est efficace.

Entrevue avec Matthieu – Reiki picardie 3

Le site Internet de Reiki Picardie

La Page Face Book de Reiki Picardie

Entretien avec Matthieu – Reiki picardie, 2017.