Par Maurice BARRES Si l’on ignore la platitude, l’anarchie et le vague de la vie que fait à ses internes un collège français, on ne comprendra pas la puissance que prit, sur l’auteur de cette notice, la beauté lyrique, quand elle lui fut proposée par un de ses camarades du lycée de Nancy, Stanislas de Guaita. […]