Liber Al Vel Legis [Paraphrase de la Stèle de la Révélation].

Là-haut, l’azur gemmé est

La splendeur nue de Nuit ;

Elle ploie dans l’extase pour embrasser

Les ardeurs secrètes d’Hadit.

Le globe ailé, le bleu étoilé

Sont miens, Ankh-af-na-khonsu.

Je suis le Seigneur de Thèbes, et moi

Le porte-parole inspiré de Mentu ;

Pour moi dévoile le ciel voilé,

Ankh-af-na-khonsu qui s’est tué,

Dont les paroles sont vérité. j’invoque, je salue

Ta présence, ô Râ-Hoor-Khuit !

Unité profondément révélée

J’adore la puissance de Ton souffle,

Suprême et terrible Dieu,

Qui fait trembler devant toi

Et les dieux et la mort : —

Moi, je t’adore !

Apparais sur le trône de Râ !

Ouvre les voies du Khu !

Éclaire les voies du Ka !

Les voies du Khabs pénêtrent

Pour me troubler ou m’apaiser !

Aum ! que cela me comble !

La Lumière est mienne ; ses rayons

Me consument : j’ai fait une porte secrète

En la Maison de Râ et de Tum,

De Khephrâ et d’Ahathoor.

Je suis ton Thébain, ô Mentu,

Le prophète Ankh-af-na-Khonsu !

Avec Bes-na-Maut je frappe ma poitrine ;

Avec la sage Ta-Nech je tisse mon charme.

Manifeste ta splendeur stellaire, Nuit !

Invite-moi en ta Maison pour y demeurer,

Serpent ailé de lumière, Hadit !

Demeure avec moi, Râ-Hoor-Khuit !

Paraphrase du recto de la Stèle de la Révélation

Paroles de Mentu par le

Frère qui dit la vérité

Qui fut le maître de Thèbes

depuis sa naissance :

Mon coeur, coeur de ma mère !

LIRE
Dogme de la Kabbale

Ô coeur que j’avais sur terre !

Ne te dresse pas contre moi comme

Témoin !

Ne t’oppose pas à moi, juge, dans ma

Quête !

Liber Al Vel Legis [Paraphrase de la Stèle de la Révélation]
Liber Al Vel Legis

Tombe de de Néfertari, épouse de Ramsès II : Harakleti et Amentit, vers -1298-1235.

Ne m’accuse pas d’inaptitude

Devant le Puissant Dieu, le terrible

Seigneur de l’Ouest !

Car j’ai attaché l’un à l’autre

Par un charme qui entoure leur mystique

Grandeur.

La terre et l’Ouest merveilleux,

Quand je prospérais, ô terre, sur

Ton sein !

Le mort Ankh-af-na-Khonsu

Dit de sa voix de vérité et de

Sérénité :

Toi dont le bras est unique !

Toi qui scintille dans la

Lune !

Je te lie au

Charme qui se tisse ;

Je t’attire avec la mélodie houleuse.

Le mort Ankh-af-na-Khonsu

À quitté les foules dans

L’obscurité

A rejoint les habitants de la

Lumière,

Ouvrant le Duat, les demeures des étoiles,

Recevant leurs clés

Le mort Ankh-af-na-Khonsu

Est entré dans la

Nuit,

Son plaisir sur terre d’accomplir

Parmi les vivants.

Plus sur le sujet :

Liber Al Vel Legis [Paraphrase de la Stèle de la Révélation]. Traduction OTO, Oasis sous les Étoiles, 1997, copyright Équinoxe Vol. I No. 3, mars 1997.

Image by Albert Dezetter from Pixabay

Rejoindre la Communauté d'EzoOccult sur Facebook

Le Groupe Facebook a pour but de réunir les lecteurs du site et de la page afin d'échanger sur les sujets qui nous tiennent à coeur.

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à vous abonner à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires