Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 5 janvier 2016

Par Constant Chevillon

Dieu a donné à l’homme l’intelligence, c’est-à-dire la faculté de comprendre, d’analyser et de synthétiser, mais il ne lui a pas donné la science. Pour parvenir à la science, il faut mettre la volonté au service de l’intellect, il faut conquérir la vérité par un effort personnel.

C’est pourquoi la parole de Dieu se perçoit par étapes ; à première vue, dans son sens immédiatement intelligible, elle contient la seule vérité susceptible d’être saisie par les hommes les plus instruits de l’époque où elle a retenti. Jésus, le porte-parole de Dieu, a parlé le plus souvent en paraboles pour se mettre à la portée de ses auditeurs. À ses apôtres, il a parlé autrement et nous en avons un faible écho dans l’Evangile de Jean. Il leur a dit aussi : « J’aurais encore beaucoup de choses à vous annoncer, mais vous ne sauriez les porter maintenant. Lorsque l’Esprit de Vérité sera venu, il vous guidera ».

L’Esprit de vérité est venu à diverses reprises. Il est venu au Cénacle et les apôtres ont appris à clamer sur les toits la vérité du moment. Il est venu sur la route de Damas et Paul fut illuminé pour écrire ses épîtres. Il est venu influencer les génies créateurs de la science. À chacune de ses descentes dans le monde, nous avons compris la vérité sous un angle nouveau et toujours plus large. Le sens des écritures a dépouillé plusieurs de ses voiles. Il en reste encore à soulever ; ils tomberont un à un lorsque notre œil sera harmonisé avec une plus grande lumière. Ainsi se crée la Gnose, de proche en proche, sous l’influx de l’Esprit qui choisit ses prophètes parmi les hommes dont la volonté sait briser les obstacles.

Extrait de Méditations Initiatiques par C. Chevillon, édition Paul Derain – Lyon, 1953.

Damian, Jésus Christ et l'apôtre Saint-Jean, XIVe siècle.

Damian, Jésus Christ et l’apôtre Saint-Jean, XIVe siècle.