Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 13 juillet 2019

Biographie de Giuliano Kremmerz par HermEros. 

Cette biographie fut rédigée par l’avocat Giacomo Borracci : elle aurait dû être publiée dans l’encyclopédie italienne Treccani par l’intermédiaire du professeur Vinci Verginelli, mais ne finit par paraître que dans la réédition de l’Avviamento alla Scienza dei Magi réalisée par le Cercle Virgiliano en 1991.

Giuliano Kremmerz, pseudonyme de Ciro Formisano (né à Portici en 1861 et mort à Beausoleil en 1930).

Il fut une autorité en études hermétiques en Italie entre la fin du siècle dernier et le début du siècle actuel : fondateur d’une École d’Hermétisme appliqué à la médecine.

Outre que dans différents travaux publiés dans les revues Luce e Ombra, O Thanatos, Mondo Occulto, il a exposé sa doctrine dans ces ouvrages principaux :

  • Mondo Secreto [Monde Secret]. Revue d’études hermétiques, publiée par Detken de Naples en 1897-98-99. Ses disciples firent une réimpression hors commerce de l’Avviamento alla Scienza dei Magi [Acheminement à la Science des Mages], tiré dudit Mondo Secreto.
  • La Porta Ermetica [La Porte Hermétique]. Un petit volume où sont expliquées les finalités de l’École Hermétique, publié par la revue Luce e Ombra.
  • Commentarium. Revue d’hermétisme publiée dans les années 1910-1911 à Bari.
  • Dialoghi sull’Ermetismo [Dialogues sur l’Hermétisme] – hors commerce. Publiés en 1928, où l’on lit une exposition des problèmes relatifs à la médecine.

En peu de mots, la théorie de Kremmerz est la suivante : dans l’homme normal, l’organisme consomme, dans l’exercice de ses activités, une énergie produite par l’assimilation et l’élaboration, qui se produisent en lui-même, du magnétisme terrestre périodiquement absorbé. Ce qui se charge de l’exercice de l’énergie vitale est l’âme ou psyché ou, pour être plus précis, ce que les modernes chercheurs de métapsychique appellent l’inconscient ou le corps astral des anciens mages et hermétistes. Celui-ci, dans son état normal, pourvoit à l’absorption du magnétisme terrestre, veille à la transformation de cette énergie absorbée de la terre en magnétisme propre ou énergie vitale, s’occupe du fonctionnement et de la conservation de l’organisme. Et tout cela se produit automatiquement, si bien que nous avons le sentiment de vivre, mais nous ne nous rendons pas compte de la façon dont chaque fonction conservatrice de notre vitalité s’exerce.

LIRE  Qu'est-ce que la Théosophie ?

Il se peut néanmoins qu’un état anormal se détermine, c’est-à-dire un déséquilibre magnétique qui dépend de la disproportion entre la consommation de l’énergie vitale ou magnétisme individuel et l’élaboration du magnétisme terrestre absorbé.

Ce déséquilibre est ce qui représente l’état morbide ou maladie. Dans cet état anormal de l’organisme, l’inconscient est contraint d’imposer au corps le moindre gaspillage d’énergie (nécessité du repos) et de veiller par l’effort (état fébrile) à l’élaboration de l’énergie nécessaire à rétablir l’équilibre (si bien que, par exemple, pour cicatriser une lésion du corps des millions de cellules, appelées à se rassembler des différentes parties du corps, accourent automatiquement mais intelligemment).

Si l’énergie élaborée réussit à compenser la consommation et à combler le vide, l’équilibre est rétabli et la santé ou état normal réapparaît ; si en revanche le déséquilibre s’accentue et que l’énergie s’épuise, la mort survient comme déséquilibre suprême.

Par rapport à ces phénomènes vitaux, Kremmerz se demande : est-il possible de constituer une source à laquelle un organisme malade puisse puiser l’énergie qu’il n’arrive pas à élaborer en mesure suffisante dans son propre organisme, pour rétablir l’équilibre ? À cette question Kremmerz répond lui-même affirmativement, en appliquant les enseignements transmis sous le voile de pratiques magiques et d’étranges hiéroglyphes des anciens peuples chaldéens, égyptiens, arabes etc. Il enseigne à son tour que l’on peut former une chaîne d’âmes en prière qui, à des heures déterminées du jour, par la récitation de prières déterminées, se mettent dans la condition de disposer d’une partie minimale de l’énergie vitale qu’elles ont élaborée et dont elles peuvent se refournir instamment, et de la canaliser dans le courant d’énergie que les malades attirent vers eux en demandant l’aide à cette chaîne d’âmes, afin que la transmission et la transfusion dans le malade de l’énergie collective devienne un fait réel et détermine l’équilibre désiré.

LIRE  Le Rite des Enfants de la Terre

Cet enseignement, dispensé et illustré par Kremmerz dans tous ses écrits sous une forme littéraire enjouée et originale, paraît avoir trouvé une application et avoir obtenu des succès dans les expériences faites par ses disciples.

Giuliano Kremmerz

Par HermEros. Pour plus d’informations, consulter le blog J.M. Kremm-Erz :  © pour la traduction : HermEros – J.M. Kremm-Erz blog