Sur Lilith EzoOccult

Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 23 janvier 2016


Le poème de Lilith

Mon dernier homme je l’ai noyé dans la noirceur de ma chevelure.

Il tendait ses mains avec désespoir alors qu’il sombrait dans l’océan sombre.

J’ai chanté mon chant de sirène, il est venu, il est mort.

Au commencement, il n’y avait que moi, Dieu et Adam

J’ai refusé de servir Sa volonté !

J’ai refusé se me soumettre aux cieux de l’Eden,

J’ai refusé de me baigner avec les animaux,

J’ai refusé de me mettre sur dos et de me faire sauter,

Alors je suis partie dormir avec les Démons,

J’ai voyagé au travers du miroir, au travers de la nuit,

Je me suis enfuie avec les oiseaux de la nuit,

Je vole avec eux afin de m’emparer des corps des bébés.

Lorsque je me glisse nue sous tes draps,

Sois attentif à ne pas perdre tes esprits.

Sorcière je suis,

Je séduis vos maris,

Je tue vos nouveaux-nés,

Je conduits vos filles dans la nuit.

Vous m’accusez de ces mauvais sorts

J’ai été bannie de l’Eden pour avoir prononcé le Nom,

Alors, je vis au travers des autres,

Mon intimité est chaude, fière, humide,

Je me marie à l’adultère,

Je conçois dans le meurtre,

J’aime alors que vous interdisez à vos filles de faire pareil,

Le péché est ma vie,

Le péché est ma Voie en ce monde.

Cela signifie-t-il que je doive être exorcisée ?

Exorcisée par vos amulettes et vos prières puériles ?

Les trois anges ne peuvent rien faire que ma volonté libre n’accepte.

LIRE
Aryos : Les stigmates d'Hécate

Je produis tant de Ténèbres afin de combattre la lumière de ce monde

Regardez dans mes yeux !

Me voyez-vous ?

Voyez-vous au travers de moi ?

Voyez-vous ?

Moi, je vous vois !

Essayez de me bannir à nouveau,

Essayez de conserver vos bien-aimés loin de moi,

Essayez de me fermer les portes,

Les fenêtres sont votre vanité,

Votre honte,

Vos envies de pureté dans un corps de chair et de sang.

J’étais la Première.

J’ai possédé le Premier Homme.

J’ai dansé avec la Cause Première.

Mon dernier homme je l’ai avalé en entier,

Et il rit avec grande joie dans mon estomac.

Déjà le prochain s’avance les yeux pleins de concupiscence.

La danse continue.

Au suivant !

Le poème de Lilith, NHS sous les Perles de Minuit… Août 2004 e.v.