Mélodie naturelle et rythme personnel. 

La partition des saisons se joue autour de nous. Chacun, plus ou moins inconsciemment, accompagnant l’orchestre de l’univers, tente de s’accorder de par son diapason de chair.

Chaque instrument, plus ou moins en avant, suivant le mouvement. En ses multiples partites fait tourner les solistes, use des plus diverses mélodies, et cela dans une somptueuse harmonie. Oui somptueuse, car quel don, quelle offrande pour le SON ! Chaque fibre vibrant pour garder le TON. Et l’homme dans tout cela ? C’est l’instrument plus qu’un instrument. Il est inscrit sur la grande portée ; Il est note sur les fils tissés par la mère, note modulable suivant l’octave de l’individualité, note, UNE note, aux variations sonores tout au moins indéfinies. Mais aussi chef d’orchestre, de son orchestre intérieur : Jouant ainsi à sa façon ce que lui inspire le dehors, dehors dont il est lui-même un des musiciens. Il est donc instrument, joueur et chef d’orchestre ;

Il est la flûte qui sonne de par le souffle du cosmos ; Son de vie et de mort, de centripète contraction et de fête de dilution, Son aux multiples couleurs de saisons. Il est cythare, vibrant au son de l’orchestre, résonnant en une liquide présence d’être. Il est le tambour que les forces du son viennent percuter ; pour qu’il vienne jouer, qu’il déploie des ondes de vitalité. Il est encore bien d’autres choses… Mais surtout il est en sa polarité, également le joueur ; sensible à la mélodie naturelle, il l’interprète à sa manière. Pouvant jouer la glace alors que la nature est au feu, faisant tel le jazzman d’une apparente assonance une complémentaire sonorité pour son ambiance. Ou s’exaltant de l’humeur printanière, en une fusion de son, en exprime le mystère.

LIRE
Les trois aspects de l’âme

Il est une note qui peut se jouer elle-même. Une note qui pour sonner juste doit savourer, déguster les effluves de la note primordiale. Pour ce faire, pour affiner son palais et qu’elle puisse connaître la saveur d’être, ce son profond s’est fait partition, jouée par les maîtres des saisons. Ainsi sur le chemin du développement de son goût, de sa sensibilité, la note exprime différemment ce que lui inspire cette résonnance subtile. Bien sûr il y a aussi le chemin de sa qualité de joueuse qui en est un autre… parmi tant d’autres…

Puissions-nous demeurer juste, par l’Amour, pour l’Amour, en l’Amour.

Mélodie naturelle et rythme personnel.

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Rejoindre la Communauté d'EzoOccult sur Facebook

Le Groupe Facebook a pour but de réunir les lecteurs du site et de la page afin d'échanger sur les sujets qui nous tiennent à coeur.

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à vous abonner à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires