Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 9 mai 2019

Dernière partie de la série d’articles de Ben Rowe avec Référence de Magie Enochienne : Annexes.

ANNEXE A : Le sigil d’Ameth et ses Noms Saints

Magie Enochienne : Annexes

L’anneau extérieur du sigil contient 40 paires de lettres et de nombres. Ceux-ci ont été présentés dans l’ordre à Dee et Kelly, dans la plupart des cas, la présentation de la lettre a été précédée par une expression latine commençant par cette lettre. Toutes les lettres ensemble ont été comptées comme le plus grand nom de dieu.

La somme des nombres est 440 ; l’archange Michael a complété la présentation de l’anneau externe en montrant un nombre ‘1’, entourée par beaucoup de cercles concentriques.

Additionner ce 1 apporte le total des nombres présentés à 441, qui est la numération du mot « ameth », Aleph-Mem-Tav, selon la guématrie hébraïque. Sept des lettres sont en majuscules, indiquant les premières lettres de certains noms angéliques cachés. Pour trouver les noms de ces anges, Dee a été chargé d’utiliser les nombres liés à chaque lettre. Là où le nombre était au-dessus de la lettre, il devait compter plusieurs lettres dans le sens des aiguilles d’une montre pour trouver la prochaine lettre des noms ; là où le nombre était au-dessous de la lettre, il devait compter dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Chaque nom se termine quand il a atteint une des six lettres sans nombre.

Ainsi, sept noms ont été produits : Thaaoth, Galaas, Gethog, Horlon (le deuxième ‘o’ est en fait une Omega minuscule), Innon, Aaoth, Galethog.

Dee a été chargé d’ôter le premier ‘a’ du double ‘a’ dans les deux premiers noms, pour produire les noms « Thaoth » et « galas ». Quand ceci est fait, les sept noms comportent quarante lettres, le même nombre que le nombre de lettres dans l’anneau externe du sigil.

De ces sept noms, l’ange Uriel a indiqué : « chaque lettre contient un ange d’éclat (ou plutôt de Lumière) : comprenant les 7 puissances intérieures de Dieu, connues de lui seulement : un LIEN suffisant pour pousser toutes les créatures à la vie ou à la mort, ou toute autre chose contenue en ce monde. »

Aucune mention n’est faite des lettres restantes dans l’anneau externe, non utilisées pour former ces noms.

Seul le dernier de ces noms apparaît manifestement dans le sigil, dans les arcs immédiatement à l’intérieur de l’anneau externe. À chaque lettre de « Galethog », une croix a été apposée pour produire un ensemble de sigil comme des images :

galethog

Ces sigils ont été placés, un à chaque arc, dans le sens contraire des aiguilles d’une montre autour du sigil d’Ameth. De ces sigils Uriel dit : « Ces sept lettres sont les 7 sièges du seul et éternel DIEU. Ses 7 anges secrets procèdent de chaque lettre et croix ainsi formées : se référant en substance [c.-à-d., essentiellement] au PÈRE : dans la forme, au FILS : et vers l’intérieur au SAINT-ESPRIT ».

Les lettres dans l’heptagone le plus à l’extérieur, juste à l’intérieur des arcs, sont dérivées des noms des « sept anges qui se tiennent avant la présence de Dieu » énumérés dans les trois livres de la Philosophie occulte d’Agrippa. Les noms de ces anges sont écrits verticalement dans une grille 7×7 ; dans le carré final est placée une croix, représentant la terre, ainsi :

Magie Enochienne : Annexes heptagone anges

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

L’heptagone est rempli en lisant les rangées horizontalement de gauche à droite, en appliquant une rangée à chaque segment de l’heptagone, allant dans le sens des aiguilles d’une montre. Suivant leur procédé habituel, les anges ont présenté les lettres des rangées d’abord, et ont montré seulement après comment ces rangées ont formé les noms des anges. Tous les noms divins et angéliques restants dans le sigil sont dérivés, par divers moyens, des noms des archanges planétaires traditionnels, lesquels sont écrits à l’intérieur et autour du pentagramme au centre du sigil. Comme avec la table ci-dessus, la dérivation a seulement été démontrée après que les noms aient été présentés ; ceci a servi à démontrer que les anges travaillaient à partir de la connaissance non disponible pour Dee et Kelly, et sont donc plus que des fragments de l’imagination des magiciens.

Les noms des archanges planétaires ont été façonnés en une tablette de 7×7, en les écrivant diagonalement du coin gauche supérieur dans l’ordre cabalistique standard commençant par l’archange de Saturne. Le ‘L’ final de chaque nom a été remplacé dans la tablette par des nombres, habituellement apposés à la lettre précédente :

Magie Enochienne : Annexes heptagone archanges

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Les 7 noms entre l’heptagone externe et l’heptagramme sont des « noms de Dieux, non connus des anges ; ne pouvant être ni prononcé ni lu par l’homme ». Ils sont dérivés de cette.tablette en lisant les rangées de gauche à droite, et sont placés dans l’ordre dans le sens des aiguilles d’une montre autour du sigil. Du point de vue des Anges, la dérivation montrée ici est l’inverse de la vérité. Plutôt que les anges planétaires produisant ces noms de dieux, « ces noms, produisent 7 anges : les 7 anges et gouverneurs dans les cieux à côté de nous ». Ainsi le sigil, de son anneau externe à son centre, représente une descente de puissance de Dieu au monde.

LIRE  Rituel de Magie Sexuelle version Enochienne

Entre ces noms de Dieux et les archanges planétaires dans le sigil se tiennent quatre grades additionnels d’être. Quoiqu’ils soient en dehors des archanges (et donc vraisemblablement supérieur à eux) il semble qu’ils sont d’une manière quelconque les « enfants » des archanges : « Chaque lettre des noms de l’ange, produit 7 filles. Chaque fille produit sa fille, qui est 7. Chaque fille de fille produit un fils. Chaque fils en lui-même, est 7. Chaque fils a son fils, et son fils est 7 ».

Les noms dans ces groupes sont dérivés de la tablette en prenant les lettres diagonalement comme montré dans les diagrammes ci-dessous :

Magie Enochienne : Annexes lamen heptarchique veritable

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

ANNEXE B : Les 7 insignes de la Création.

Merci à MM. Clay Holden et à John Dee Publication Project pour la numérisation de l’enregistrement original.

insigne venus

Insigne de Vénus

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Magie Enochienne Annexes insigne soleil

Insigne du Soleil

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

insigne mars

Insigne de Mars

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Magie Enochienne Annexes insigne_jupiter

Insigne de Jupiter

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

insigne mercure

Insigne de Mercure

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

insigne saturne

Insigne de Saturne

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Magie Enochienne Annexes insigne lune

Insigne de la Lune

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

ANNEXE C : Les 7 tables dont les noms des 49 “de bons anges” sont dérivés.

Référence de Magie Enochienne, seconde partie grande table 01

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

La disposition des 7 Tables

Notez que le nom de chaque ange forme une spirale extérieure dans cette disposition. Le cercle entourant les tables a été décrit comme « très lumineux, avec rien en lui ». Trente lettres dans les deuxièmes et troisièmes tables ci-dessous sont absentes dans les originaux, dus aux dommages. Les versions montrées sont reconstruites à partir de l’information contenue ailleurs dans les enregistrements, et ne sont probablement pas identiques en tous points aux originaux.

[NDT : Ces images sont extraites du site Mathematics, Science and Magick. L’auteur de l’article a ajouté des couleurs couleurs planétaires pour plus de commodité : Vert-Vénus, jaune-Soleil, rouge-Mars, bleu-Jupiter, orange-Mercure, noir-Saturne,gris-Lune]

table 01

1 ère table

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

table 02

2 ème table

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

table 03

3 ème table

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

table 04

4 ème table

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

table 05

5 ème table

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

table 06

6 ème table

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Magie Enochienne : Annexes table 07

7 ème table

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

ANNEXE D : Formation des noms des « ministres heptarchiques des heures ».

formation ministres

Modèles pour la formation des ministres de chaque roi des « des heures »

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Les noms des ministres pour cinq des rois heptarchiques sont constitués en choisissant certaines lettres sur six des sept secteurs de la Tabula Bonorum, commençant par le secteur réglementé par le Roi Bobogel et allant dans le sens des aiguilles d’une montre autour de la table. Aucun nom n’est formé du premier secteur, où règne le Roi Baligon (c’est-à-dire Carmara). La ligne verte dans l’illustration au-dessus montre comment le premier ministre de chacun de ces rois est formé ; les mêmes lignes sont appliquées aux cinq prochains secteurs pour former les noms des autres ministres du roi.

Dans le cas des Rois Baligon et Bnapsen différentes méthodes sont employées. Pour Baligon, les noms des sept rois sont énumérés dans leur ordre sur la Tabula Bonorum. Ignorant le ‘B’ initial de leurs noms, des lignes sont tracées en bas des colonnes pour produire les noms des ministres. C’est identique à la méthode employée pour obtenir les lettres sur le bord de la Table Sainte de la pratique, ainsi les noms des ministres apparaissent également sur cette bordure.

Dans le cas de Bnapsen, seulement une partie des noms des ministres dérive de la Tabula Bonorum. Les noms des rois sont énumérés dans l’ordre commençant par Bobogel ; le nom du quarante-neuvième et dernier ange, Bamnode, est substitué à Baligon. Alors des diagonales sont dessinées comme montré dans l’illustration pour obtenir les noms partiels. Des lettres d’une certaine source non spécifiée (probablement juste des lettres aléatoires) sont utilisées pour compléter les noms d’une longueur de sept lettres chacun. Puisque le pouvoir sur les « mauvais esprits » est donné à Bnapsen, je spécule que les lettres qui ne sont pas de la Tabula Bonorum présentent un élément du chaos qui permet au Roi Saint d’établir le contact avec les mauvais êtres qu’il commande.

ANNEXE E : La table de 12 x 7 dans ses deux formes.

premiere forme

La première forme

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

La table est formée à partir des noms des rois et des princes heptarchiques, sans leur lettre initiale ‘B’. Chaque rangée contient le roi et le prince d’un jour particulier, commençant par dimanche et suivant dans l’ordre autour de la Tabula Bonorum. Les noms sont écrits de droite à gauche.

Les carrés au centre dont le contour est tracé en rouge s’appellent « le coeur ». Les cases entourant le coeur s’appellent la « chair ». Les deux colonnes sur chaque extrémité s’appellent « la peau ».

LIRE  La Monade Hiéroglyphique de John Dee

Le lamen heptarchique est formé à partir de cette tablette par la transposition des lettres. Les lettres de la chair sont placées dans le carré externe du lamen. Les lettres du cœur sont placées dans les coins du carré intérieur. Les lettres de la peau remplissent le diamant central.

Magie Enochienne : Annexes seconde forme

La seconde forme

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Une deuxième version de cette table utilise les mêmes noms, mais les écrit de gauche à droite. Les noms des rois et des princes sont écrits dans l’ordre numéral dans lequel ils apparaissent dans la Tabula Bonorum, plutôt que de les grouper par le jour sur lequel ils règnent.

Cette version de la table est utilisée pour former les lettres trouvées sur la Table Sainte de la pratique. Le coeur est extrait et tourné de quatre-vingt-dix degrés dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, pour former la tablette 3 x 4 au centre de la Table Sainte. Les lettres autour du bord de la Table Sainte sont trouvées en lisant les lettres le long des colonnes de cette table du côté droit vers la gauche. Les lettres sont appliquées à la Table Sainte, 21 à un côté, commençant au coin droit supérieur et allant dans le sens contraire des aiguilles d’une montre.

Les six colonnes du côté gauche de cette version forment également les noms des « ministres des heures » pour le roi Baligon/Carmara.

Bibliographie

Manuscrits de Dee

Sloane ms. 3191. Le livre de Dee sur la magie cérémonielle, consiste en des extraits et des compilations de conversations angéliques. Contient trois livres : 49 Claves Angelicae Anno Cracoviae 1584, Liber Scientiae Auxillii et Victoriae Terrestris, et Heptarchia Mystica.

Sloane ms. 3188. Mysteriorum Libri Quinti. Contient les enregistrements des sessions scrying pour la période de décembre 1581 à mai 1583, divisé en cinq livres. Ces journaux intimes sont l’information brute fournie à Dee et Kelly au sujet de la magie Heptarchique, et les commencements du Liber loagaeth.

Sloane ms. 3189. Liber Mysteriorum Sextus et Sanctus. Contient la majeure partie du Liber Loagaeth, se composant de 49 tables double-face des lettres et des nombres.

Cotton Appendice XLVI, parts 1 & 2. Contient treize « livres », couvrant les actions de mai 1583 à septembre 1585, plus le matériel additionnel des périodes postérieures. Ces enregistrements sont l’information brute fournie aux invocations angéliques, la Grande Table, et le Liber Scientiae.

D’autres manuscrits parfois cités sont des copies ou des extraits des manuscrits ci-dessus :

Versions éditées des journaux intimes de Dee.

Casaubon, Meric., D.D., Relation véritable et fidèle de ce qui s’est passé pendant plusieurs années entre DR John dee et quelques esprits, Magickal Childe, 1992, New York, NY.  Un fac-similé de l’édition 1659 originale, produit par Clay Holden. Contient la majeure partie du matériel de l’Appendice XLVI de Cotton, avec une longue introduction de Casaubon qui cherche à montrer que Dee et Kelly sont entré en contact avec de mauvais esprits. Les premières conventions anglaises de manuscrit dactylographié et parlé rendent ce travail difficile à lire parfois. Contient en outre une section « perdue » des journaux intimes trouvés par Clay Holden.

Peterson, Joseph, Ed., Mysteriorum Libri Quinti, Magnum Opus Hermetic Sourceworks n° 20. 1985, Magnum Opus Hermetic Sourceworks, Felindenys, Wales. An edition of sloane ms. 3188 in modern typescript, with annotations by Elias Ashmole and the editor. Une édition de Sloane 3188 en manuscrit dactylographié moderne, avec des annotations d’Elias Aschmole et de l’éditeur.

James, Geoffrey, L’Évocation Enochienne du Dr John Dee, Heptangle Books, 1989, Gillette, NJ. [ Réimprimé par Llewellyn, 1994 sous: La Magie Enochienne du Dr John Dee ] en grande partie une version de Sloane. 3191 en manuscrit dactylographié moderne. Les traductions de James du latin ont été critiquées, comme l’ont été certains passages en anglais de son édition.

Turner, Robert (ed) : L’Heptarchia Mystica de John Dee, Magnum Opus Hermetic Sourceworks n° 17: Edinburgh 1983, 81 p. collation de deux copies en : Sloane 3191 et Additionnel MS 36,674.

Turner, Robert (ed) : L’Heptarchia Mystica de John Dee, avec un article contribuant de Robin E. Cousins; traductions latines par Christopher Upton, illustré par Charles H. Cattell ; Wellingborough, Northamptonshire : Aquarian Press 1986, ISBN: 0-85030-470-9 (pbk). 2ème édition agrandie de : Magnum Opus Hermetic Sourceworks n°17. La source standard Heptarchique en anglais, avec le commentaire essentiel sur le Sigillum dei Aemeth et la Table Sainte.

Turner, Robert. Magie Elisabéthaine : L’Art et le Mage, avant-propos par colin Wilson; avec la contribution matérielle de Patricia Shore Turner and Robin E Cousins; illustré par Charles H. Cattell et Jane o’Reilly, traductions du latin par Christopher Upton, Shaftesbury: Element books, 1989, ill., cartes, bibliographie. Une excellente distillation de la même période. Le matériel de Robin Cousins sur les endroits géographiques régis par les parties du Liber Scientiae est une ressource unique.

Le système magique énochien de Golden Dawn

Regardie, Israel, The Golden Dawn, Llewellyn Publications, 1971, St Paul, MN. Réimprimé à intervalles réguliers. Contient des descriptions détaillées du système magique énochien élaboré de la GD.

LIRE  Au sujet de John Dee

Zalewski, Pat. Golden Dawn Enochian Magic, Llewellyn Publications 1990, St Paul, MN. Contient le matériel additionnel au concernant le système de GD, y compris l’extension de la méthode « pyramide » de GD pour couvrir les anges de l’heptarchie.

Zalewski, Chris. Enochian Chess, Llewllyn, 1992, St Paul, MN. La méthode de divination de GD dérivé du matériel Enochien.

Hyatt, Christopher S., Ph.d. The enochian World of Aleister Crowley (magie sexuelle Enochienne) Falcon Press, 1993 ISBN: 0-56184-029-7. Une autre description du système de GD, avec des additions et des prolongements des travaux d’Aleister Crowley.

Autre matériel relié à la magie énochienne et heptarchique

Crowley, Aleister. Liber LXXXIX vel Chanock, édité dans diverses compilations de ses travaux courts. La courte description de Crowley du système de GD de la magie Enochienne. Il omet beaucoup de bases.

Crowley, Aleister. The vision and the voice, Sangreal Foundation, 1972, Dallas, TX., et d’autres éditions. L’enregistrement magique des explorations des 30 Aethyrs du Liber Scientiae par Crowley. Avec une introduction par Regardie Israel et vastes commentaires par Crowley.

Denning, Melita, and Phillips, Osborne. Mysteria Magica, Llewellyn Publications, 1992, St Paul, MN. Volume V. Décrit le système d’Aurum Solis pour l’utilisation des ministres des 91 parties du Liber scientiae.

James, Geoffrey, Enochian Evocation: les Véritables Appels, Gnostica Magazine, sept. 1978, Llewellyn publications, St Paul, MN.

Laycock, Donald C. The complete enochian dictionary, Askin Publishers, 1978, london, england, UK. Réimprimé par weiser 1994 ] récemment réimprimé en livre broché.

MacLean, Adam. Traité sur la Magie Angélique, phanes 1990. Le GD s’est fondé presque exclusivement sur un méli-mélo éclectique qui a été compilé presque pendant 2 siècles après la mort de Dee appelé « Traité sur la Magie Angélique ». C’était cette ressource qui éclaircie les confusions de Regardie Israel quant au pourquoi Aleister Crowley (qui a employé les clefs en tant que des moyens de pathworking) fit certaines associations numérologiques dans son compte rendu de l’expérience. Transcript, in toto, of Harley 6482.

MacLean, Adam. Angelic magic, une partie de son Magnum Opus Hermetic Sourceworks Series, une édition limitée en Angleterre, contient une copie du MSS. De Rudds (8/95 rmcg) : Le même que le « traité sur… » ci-dessus. Magnum Opus Hermetic Sourceworks #15.

Rowe, Benjamin. Enochian temples, black moon publishing, cincinnati, OH, 1988. Un petit livret décrivant la méthode de Rowe pour créer un temple astral tridimensionnel à partir des tablettes élémentaires. Les matériaux relatifs sont disponibles sous forme de manuscrit, ou par l’intermédiaire du Web.

Vinci, Leo. Gmicalzoma ! An enochian Dictionary, regency press, london & new york, 1976. Un autre dictionnaire approfondi des mots angéliques.

Vestibule de la honte

Shueler, Gerald. Enochian magick, Advanced guide to enochian magick, Enochian yoga, Enochian tarot, Enochian physics, etc… Tous édités par Llexellyn Publications, St Paul, MN.

Les deux premiers travaux « énochiens » de Schueler sont précipités et non-savants, ce sont des assemblages du matériel de la GD (la plupart du temps par l’intermédiaire de la présentation insatisfaisante d’Aleister Crowley dans le Liber LXXXIX vel Chanock et de son livre La vision et la voix), couplés aux produits de l’imagination prolifique de Schueler. Robert Turner a décrété l’existence de ces volumes « lamentable », et j’en conviens sans réserve. Ces 2 livres consistent presque entièrement en erreurs, idées fausses, fabrications ; les lecteurs feront bien mieux d’aller outre les sources de Schueler que d’essayer d’extraire quoi que ce soit d’utile. Ses livres postérieurs sont presque entièrement les produits de sa propre imagination, et ont au moins l’avantage de venir d’une source simple. Les lecteurs ont eu des avis ; considérablement variables quant à leur utilité. Son tarot énochien vaut la peine d’être acheté pour le travail artistique de Sallie Ann Glassman, indépendamment de son propre avis sur sa conception. La physique Enochienne est distinguée par le fait qu’il ait le plus bas contenu en information, de n’importe quel livre de sa taille édité en ce siècle. Dans les chapitres qui ne sont pas des adaptations d’Aleister Crowley, le contenu de l’information approche le zéro.

Tyson, Donald. Tetragrammaton : le secret pour évoquer les puissances angéliques et la clef à l’apocalypse. 1995, llwellyn publications, st Paul, MN. Tyson combine le matériel énochien avec le millénarisme fondamentaliste et la fiction d’horreur Lovecraftienne, pour peindre un tableau des appels angéliques comme moyens par lesquels l’apocalypse sera provoquée. Dans le processus, il déforme des faits pour convenir à sa thèse, interprète sélectivement les appels, et écarte gaiement les parties contraires de l’enregistrement en disant « ce n’est pas ce qui a été prévu ». Beaucoup de ses « analyses » des appels sont sur le modèle perfectionné de Kenneth Grant. C’est-à-dire qu’il saisit n’importe quelle association qui semble soutenir son idée, la prenant hors du contexte selon les besoins, et négligeant des choses mineures telles que des anachronismes, logique non sequitur, etc.

La suite des articles :

Référence de Magie Enochienne par Ben Rowe [1]

Référence de Magie Enochienne par Ben Rowe [2]

Référence de Magie Enochienne par Ben Rowe [3]

Référence de Magie Enochienne : Annexes par Ben Rowe.

Visiter le site COMSELHA : le site francophone de la Magie Enochienne.