Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 31 mai 2019

Référence de Magie Enochienne, seconde partie, l’article ici présenté est de Ben Rowe et a été traduit par Muriel Liviero, avec mise en forme et corrections de V. Lauvergne. La seconde correction est du Philalethe.

Troisième période : Enochienne

La troisième section du travail est la seule partie qu’on appelle proprement Enochienne. Ce nom n’a pas été réellement employé par Dee et Kelly ; ils l’ont appelé le système « angélique ». L’étiquette d’« Enochienne » dérive du mythe d’origine que les anges ont fourni pour cette partie de la magie.

Selon le mythe, cette magie a été donnée au patriarche Enoch par Dieu, et constituait le moyen par lequel Enoch faisait ses miracles. La magie a été préservée, la période de l’ascension d’Enoch passée, mais dans les générations postérieures, des personnes indignes ont commencé à se servir d’elle. Dieu a donc causé la perte des livres, et de mauvais esprits furent envoyés pour répandre de faux systèmes magiques parmi le peuple (d’une manière amusante, ces faux systèmes sont basés sur l’utilisation des sigils ou « caractères », comme la plupart des autres systèmes magiques de l’époque de Dee, ou comme la magie du « chaos » moderne) Les prières ardentes et prolongées de Dee ont finalement eut pour effet de radoucir Dieu, pour à nouveau révéler la magie. On ne sait pas quand l’étiquette a été appliquée pour la première fois au système. L’usage moderne commun provient apparemment de son utilisation par la Golden Dawn. Les anges subissaient une contrainte de temps en fournissant la magie angélique. Le travail a commencé le 10 avril 1584, et devait être accompli avant août de cette même année. Dans tout le travail, il y avait interférence constante des « mauvais » esprits, cherchant à convaincre Dee et Kelly (Kelly la plupart du temps) d’abandonner. Kelly est également tombée de nouveau dans ses vieilles habitudes de magie démoniaque, incitant des tensions entre lui et les anges jusqu’à ce qu’il se repentisse.

À la différence de l’Heptarchia et du Liber Loagaeth, les morceaux du système Enochien ont apparemment été présentés d’une manière aléatoire. Cependant, l’ordre de présentation sert à confirmer que les anges fonctionnaient à partir d’une connaissance non disponible à Dee et Kelly. Dans l’ordre chronologique, les sections données étaient :

– La Table de Dieu, parfois appelé Tablette de Nalvage.

– Les quatre premières Invocations, fournies en arrière une lettre à la fois, et leurs traductions.

– Les 5 premières des 18 Invocations, fournis en avant, sans traductions.

– Les noms des 91 parties de la terre du Liber Scientae, avec le nombre de leurs ministres et le nombre du Roi Zodiacal contrôlant chacun.

– La relation des parties aux régions de la terre.

– Les quatre Tablettes élémentaires ou Tableaux d’Enoch.

– Les traductions des invocations précédemment donnés, et les spécifications de l’ordre correct des invocations.

– L’invocation des 30 Ayres ou Aethyrs.

– Les noms des Aethyrs.

Les traductions des 5 premières des 18 invocations n’ont été données que six semaines après les versions angéliques. La consistance de ces traductions – c’est-à-dire, les mêmes mots donnaient la même signification dans différentes invocations – sert au moins à établir que les significations n’ont pas été inventées sur place.

Les noms des parties sont dérivés des Tablettes élémentaires, et leurs sigils doivent être trouvés en reliant les lettres de leurs noms sur les Tablettes. Les sigils ont été montrés dessinés sur la grille de la tablette avant que les lettres pour la tablette aient été données. L’ordre dans lequel les noms, sigils, et tablettes ont été donnés reflète la méthode de confirmation employée pour la magie Heptarchique.

Les travaux ont été terminés le 13 juillet 1584, avec la livraison de la partie finale de l’invocation des Aethyrs, et des noms des Aethyrs. Après ça, c’était comme si une lumière s’était éteinte à l’intérieur de Dee et Kelly ; après avoir atteint un certain pinacle de l’accomplissement, ils étaient abattus, épuisés, et tombèrent dans un royaume plus prosaïque. En effet, depuis l’enregistrement il semblait presque comme si les événements des trois précédentes années ne s’étaient jamais produits. D’autres soucis occupent toute leur attention ; leur travail visionnaire n’est pas lié avec ce qui est survenu avant, et a une qualité hésitante. Il n’y a aucune indication qu’ils n’aient jamais fait plus avec la magie angélique.

Les anges qui étaient le pilier central de la révélation de la magie n’ont jamais été revus. La magie elle-même figure seulement dans les enregistrements à trois occasions supplémentaires : quand les enregistrements sont détruits, quand ils sont miraculeusement reconstitués, et quand Kelly reçoit la « Tabula recensa ».

La Tablette de Dieu

Le premier morceau de la magie angélique présenté était une petite tablette. Il n’était pas nommé dans l’enregistrement, mais sur la base de son contenu, il serait approprié de l’appeler « Tablette de Dieu ». Aucune utilisation spécifique de cette tablette n’est donnée, mais sa taille et la description de sa nature suggèrent que ce pourrait être un lamen à utiliser avec la magie qui suit.

Référence de Magie Enochienne, seconde partie tablette de dieu

La Tablette de Dieu

Le tableau se compose d’une partie intérieure de 6 colonnes x 6 lignes, entourée par quatre noms de quatre lettres chacun écrit dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Chaque coin de la partie intérieure contient les lettres « IAD », un mot angélique signifiant « Dieu ». La partie intérieure est divisée en quatre tableaux de 3×3, appelés les « continents » par l’ange. Nalvage, chacun de ces derniers contient trois mots angéliques, écrits diagonalement, lesquels décrivent la nature de cette section en une devise. La lecture des lignes horizontales de la section donne les noms de trois groupes d’anges.

Ben Rowe 2

Zalewski commute les choeurs des continents inférieurs gauches et supérieurs droits. Les « devises » pour ces deux continents suggèrent une connexion avec les positions originales des tablettes élémentaires dans la Grande table (décrit ci-dessous). La Tablette du feu était dans le coin inférieur gauche, qui convient à la « puissance-en-mouvement ». La terre était dans le coin supérieur droit, et la terre est traditionnellement le royaume où des résultats et événements se produisent au final. La relation dans les deux autres continents est légèrement plus abstraite ; L’air en coin supérieur gauche est l’élément le plus proche du ciel dans la structure du monde ; L’eau en coin inférieur droit est traditionnellement reliée avec la mort et la douleur par les signes aqueux des Poissons et du Scorpion.

LIRE  La Genèse de l’Enochien et Le Liber Primus de John Dee

Les quatre noms entourant cette partie intérieure sont reliés à l’aspect du fils de la divinité. Ces noms ont les mêmes significations que le troisième choeurs des continents, mais les épellations sont sans rapport. Avec les 4 « I » dans les coins des continents, elles forment un anneau autour de la partie externe du Tableau.

Nalvage dit de ce Tableau :

« Sa substance est attribuée à Dieu le père.

Le premier mouvement circulaire, la circonférence, Dieu le fils, le doigt du père, et celui qui fait mouvoir toutes choses

L’ordre et la cohésion de l’ensemble des pièces dans leur proportion parfaite et, Dieu le Saint Esprit. Vois, dans le commencement et la fin de toutes les choses. »

La « substance » est employée ici dans les sens philosophiques de l’« essence » et de « quelque chose considérée comme un ensemble continu ». La continuité ininterrompue de Dieu le père est exprimée dans la dualité du fils (l’anneau externe du Tableau) et du Saint Esprit (les continents intérieurs). L’arrangement des continents reflète (ou est reflété dans) les positions des tablettes élémentaires dans la Grande table, de la même manière que Binah « contient » les sephiroth inférieures de la cabale. Ainsi, cette tablette peut représenter la Triade Supernal non-manifeste de laquelle les éléments manifestes de la magie angélique ont émané.

Les 48 Appels

Les 48 Appels sont une série d’invocations dans un langage inconnu, lequel est appelé « Angélique » dans l’enregistrement de Dee. Le langage Angélique a l’apparence d’un vrai langage, bien que les échantillons existants ne soient pas suffisants pour en déduire une grammaire complète. Cette langue est similaire à l’Anglais dans le positionnement des sujets, verbes et objets. Mais en diffère par son manque de prépositions, possessifs, et articles. En règle générale, les mots de la langue angélique ne semblent avoir de rapport avec ceux d’aucune langue connue, bien qu’il y ait (si superficielle) des ressemblances occasionnelles dans la frappe. Par exemple, « christeos » en langage angélique, qui signifie « que cela soit » contre « christeos » en Grec. Le mot angélique « babalon », qui signifie « mauvais » contre « Babylon ».

Dix-neuf appels ont été donnés à Dee et Kelly. L’appel final a trente variations, faisant un total de 48 appels. Le but des appels est suffisamment décrit par Nalvage :

« Cet art même celui-ci, qui est livré à vous comme une doctrine infaillible, contenant en lui les eaux qui sillonnent beaucoup de portes : même au-dessus de la Porte de l’Innocence, où on vous enseigne à découvrir la dignité et la corruption de la nature et aussi à être des participants dans le Jugement Secret de la Toute-Puissance pour être rendu manifeste et pour être mis en exécution.

À cette fin, je dois vous instruire et vous informer, en accord avec la doctrine qui vous a été livrée et est contenue dans les 49 Tables. Dans 49 voix, ou appels : qui sont les clefs naturelles pour ouvrir ces, non pas 49 mais 48 (l’une ne devant pas être ouverte) portes de compréhension ; par lesquelles vous devriez acquérir la connaissance pour mouvoir chaque porte, et pour appeler autant que vous voulez, ou que vous pensez qu’il est nécessaire, ce qui peut très bien, véritablement, et sagement ouvrir à vous les secrets de leurs villes, et vous faire comprendre parfaitement ce qui est contenu dans les Tableaux »

Colin Low a suggéré que les portes mentionnées ci-dessus sont connectées avec les « Portes de Compréhension » trouvées dans quelques textes Yetziratique, et avec les 50 Portes mentionnées dans le Liber Al vel Legis de Thelema.

Il est certain qu’il y a en quelque sorte un rapport entre les appels et les tablettes élémentaires, mais la nature exacte du lien n’est en fait qu’une spéculation.

Le 19ème appel, intitulé « l’Appel de l’Aethyrs », est explicitement associé aux 30 Aethyrs du Liber Scientae, ses termes font clairement de lui une invocation pour les 91 « parties de la terre » dans ce livre. Suivant la citation ci-dessus, les Appels restants sont supposés être connectés avec les hiérarchies des Tablettes élémentaires, mais leur formulation est trop « poétique » et ambiguë pour que des associations spécifiques soient faites avec certitudes. Bien que confirmant l’ordre correct de ces Appels l’ange Ilemese a déclaré que chaque appel a sa propre Table, mais n’énonce pas ce que sont ces Tables.

Les expériences de plusieurs magiciens semblent établir que les premiers et deuxièmes appels définissent d’une certaine manière les pôles dans lesquels les appels restants fonctionnent. Le premier appel produit habituellement une manifestation générique de l’esprit, une.attraction générale vers des niveaux plus élevés. L’enregistrement implique d’une manière vague qu’il doit être employé en appelant les rois élémentaires et leurs ministres, les seniors, probablement en combinant d’autres appels. Le deuxième appel est plus étrange. Il ne semble pas définir un pôle « matériel » en tant que tel ; il définit plutôt un cadre ou une forme globale dans laquelle les puissances du système peuvent être versées et contenues.

La supposition habituelle des magiciens postérieurs (qui n’est pas acceptée universellement) est que les Appels restants se réfèrent aux « Angles Mineurs » à l’intérieur des Tablettes. La méthode de la Golden Dawn pour l’association des Appels avec les tablettes et les Angles Mineurs est devenu le « standard » accepté. Donald Tyson a récemment proposé une méthode alternative qui a reçu un certain attention.

Une vision alternative des Appels est qu’ils sont parallèles, mais séparés des tablettes. C’est-à-dire qu’ils devraient être utilisés par eux-mêmes, sans les noms divins contenus dans les tablettes. Il y a certainement une preuve dans le texte des Appels comme quoi ils représentent l’« histoire » continue d’un processus créateur, commençant par Dieu dans le premier appel, et finissant avec l’établissement de la puissance de Dieu « au centre de la Terre » dans le dix-huitième appel.

Une autre alternative a été suggérée, dans laquelle les Appels sont en fait connectés avec les 49 « feuillets » du Liber Loagaeth. cette vision des choses prétend que la Grande Table ne peut être subdivisée de façon à produire 48 ou 49 tablettes ou de plus petits tableaux, alors que le Loagaeth est plus clairement connecté avec ces nombres. Cependant, le lien défini entre le 19ème Appel et les Aethyrs, et les parties, est un fort argument contre cette position (pour le texte complet des Appels en langue angélique et en anglais, voir les Appels Enochiens édités séparément).

LIRE  Référence de Magie Enochienne par Ben Rowe [1]

Référence de Magie Enochienne, seconde partie grande table 01

Le Grand Tableau présenté en 1584.

La Grande table

La Grande Table est une large grille de lettres, de 25 cases en largeur et de 27 en hauteur. Deux versions majeures de la Table existent. La première a été produite pendant le travail de Dee en 1584. Trois ans après, Kelly (travaillant seul) a reçu une Table révisé maintenant appelé le « Tabula Recensa ».

La Table est une « carte » magique du monde, incluant tous les niveaux d’existence qui ne font pas partie du royaume divin transcendantal. Il est divisé intérieurement selon un système ordonné pour produire une hiérarchie des noms divins et angéliques régissant divers aspects de l’existence. Une méthode indépendante de division, dans laquelle il est séparé en 91 régions différentes, présente les sigils des « Parties de la Terre » montrée dans le Liber Scientae.

La première division dans le Grand Tableau le coupe en quatre tablettes élémentaires, 12 cases en largeur et 13 en hauteur. Ces tablettes sont séparées par une croix avec des bras d’un carré de large, appelé la Croix de l’Union, ou Croix Noire (appelée ainsi seulement parce qu’elle a été ombragée en encre noire dans la version de Dee). Les quatre tablettes sont associées aux quatre éléments traditionnels, suivant les mêmes positions que les « continents » dans la Tablette de Dieu. (le Tabula Recensa change les positions des tablettes dans le Tableau.)

Chaque tablette a une division interne en quatre Angles mineurs, séparés par une « Grande Croix ». La grande croix a un bras vertical large de 2 cases, et un bras horizontal large d’une case.

L’horizontal s’appelle la « Ligne du Saint Esprit » et contient les trois plus grands noms de Dieu dans la tablette, constitués en divisant ses douze lettres en groupes de trois, quatre, et cinq.lettres. On dit que le bras vertical considéré comme un ensemble représente Dieu le père. Lorsqu’il est considéré comme deux colonnes, il représente Dieu comme père et fils.

Les huit lettres centrales de la grande croix sont prises en spirale interne dans le sens des aiguilles d’une montre pour former les deux noms du Roi Elémentaire qui règlement la tablette. Chacun de ces noms utilise seulement une des deux lettres les plus centrales. Dee disait qu’un de ces noms était pour les travaux bienfaisants, l’autre pour des travaux avec intention nuisible. Quand les lettres de la Grande Croix sont lues de l’extérieur à partir du centre le long de chaque bras, elles forment les noms de six Seniors en sept lettres. La grande croix est associée avec les niveaux de la divinité manifeste, des régions mathématiques ou planétaires qui s’étendent au-dessus de la terre mais à l’intérieur du royaume divin transcendantal dans la cosmologie médiévale. Cabalistiquement elles se relient à la deuxième triade de sephiroth dans l’Arbre de Vie, et avec l’âme humaine qui provient de là. Le roi et les Seniors sont généralement considérés de nature planétaire, on dit que la puissance des seniors est la « connaissance de toutes les affaires humaines ».

Les Angles mineurs sont des grilles de cinq colonnes de large et six rangées de haut. La colonne centrale forme un nom de Dieu en six lettres ; la deuxième rangée à partir du dessus forme un nom de Dieu en cinq lettres. Les quatre rangées au-dessous (en ignorant la colonne centrale) forment quatre noms angéliques réglementés par ces noms de Dieu. Aujourd’hui on se réfère habituellement à eux en utilisant l’étiquette de la Golden Dawn, sous le nom des anges « Servant » (« Serviteur »).

Les quatre cases de la rangée supérieure (en ignorant encore la colonne centrale) forment quatre noms angéliques qui ne sont pas réglementés par les noms de Dieu de la Croix de Calvaire. Au lieu de cela, un nom de Dieu différent est constitué en ajoutant une lettre de la Croix de l’Union au premier nom de l’ange. Ces quatre anges sont spécifiquement associés aux lettres INRI, écrit au-dessus de la croix de crucifixion de Jésus. La Golden Dawn leur mit l’étiquette d’anges « Kerubic », d’après les quatre Chérubins élémentaires des cartes du Tarot. Les anges des Angles mineurs sont attribués au gouvernement d’un domaine spécifique de connaissances, par exemple médecine, pierres précieuses, arts mécaniques, etc. Ces pouvoirs peuvent être facilement associés à un des quatre éléments ; le résultat est que le positionnement des éléments dans la tablette de Dieu est reflété vers le bas dans les positions des tablettes dans la Grande Table, et dans les positions des Angles mineurs dans chaque Tablette.

angles mineurs tableau

Ces diverses puissances doivent être considérées comme étant représentatives plutôt qu’inclusives. Selon les anges la Grande Table est d’une certaine manière reliée à chaque.type d’événement qui a lieu sur terre ; donc ces anges doivent avoir des secteurs de responsabilité beaucoup plus larges qu’il ne l’est suggéré par les puissances énumérées.

Le Liber Scientae

Liber Scientae, Auxilii, et Victoriae Terrestris, le « Livre de la Connaissance, de l’Aide, et de la Victoire Terrestre » représente la troisième portion majeure de la Magie Enochienne. Les détails ont été donnés pendant le travail de l’année 1584, et ont été compilés par Dee en un seul livre au mois de mai de l’année suivante. Pour présenter cette partie, l’ange Nalvage disait :

« Il y a 30 Appels encore à venir. Ces 30 sont les Appels des 91 Princes et Gouverneurs Spirituels, par lesquels la Terre est livrée comme une portion. Ceux-ci apportent et disposent les Rois et tous les Gouvernements sur la Terre, et changent la nature des choses avec la variation de chaque moment ; à qui la providence du jugement éternel est déjà ouverte. Ils sont généralement gouvernés par les 12 Anges des 12 tribus, qui sont aussi gouvernés par les 7 qui se tiennent avant la présence de Dieu… »

Un paragraphe suivant en Latin clarifie que ce sont les Anges de ces Tribus qui sont les gouverneurs, et que les 91 sont en fait les régions ou territoires du royaume magique correspondants à des territoires terrestres variés. Chaque Ange réglemente un nombre variable de ces régions.

LIRE  Les Trois Piliers de la Magie Pratique

table de la terre

Les 91 Parties de la Terre sur le Grand Tableau

En addition à sa hiérarchie régulière, le Grand Tableau contient les noms et sigils des 91 « Parties de la Terres imposées par Dieu » du Liber Scientae. Où sont dérivées les hiérarchies.angéliques, précédemment décrites, des tablettes en suivant des divisions uniformes ; les noms des parties sont dérivés de manière à ce que chacune couvre une zone unique. Les natures des Parties sont d’égale hétérogénéité, aucune d’entre elles n’a la même envergure, qualité, puissance, que les autres.

À partir de la description des anges, on peut dire que les hiérarchies régulières de la tablette et les 91 parties représentent une vision complémentaire du monde qu’ils couvrent ensemble. Les noms réguliers de la tablette représentent l’ordre du monde selon un plan de Dieu idéal, le chemin par lequel le monde se connecte avec les archétypes et modèles divins. Les parties, d’un autre côté, représentent la transformation du plan divin en un changement infini, événements dissemblables interminables de l’existence manifeste.

En séquence, les anges ont donné en premier à Dee et Kelly le nombre de « ministres » demeurant dans chaque partie, le nombre d’Aethyrs dans lesquels ils sont contenus, et le nombre de Roi Ange Tribal réglementant la partie. Ensuite les noms des parties ont été donnés, et leurs équivalents terrestres, suivi de leurs sigils sur la Grande Table. Après que les lettres et hiérarchies régulières de la Table aient été remplies, les anges délivrèrent l’Appel de l’Aethyr et les noms des Aethyrs. L’origine des noms des Rois est obscure, ils ne sont pas montrés dans les portions éditées des journaux intimes, mais sont placés dans la version finale du livre du Liber Scientiae.

Les sigils des parties sont trouvées par des lignes dessinées entre les cases de la zone des parties du Grand Tableau, dans la séquence des lettres de son nom. Dans la présentation faite à Dee et Kelly, les sigils ont été présentés avant que les tablettes soient remplies avec chaque lettre, ce qui fait que lorsque les lettres ont été ajoutées ils pourraient vérifier par rapport aux noms des parties comme précédemment donnés. La corrélation entre les deux était remarquablement importante, seuls peu de noms avaient une différence d’orthographe avec les tablettes. Aucun d’entre eux n’étaient complètement dissemblables.

Il est à noter qu’il y a une partie dont le sigil est montré dans le Grand Tableau, mais qui n’est pas listé dans le Liber Scientiae. Si tous les noms du livre sont valides, ils sont en fait 92 parties, et non 91. Quelques magiciens ont spéculé que cette partie en plus devait remplacer la partie 65, le nom de laquelle est formé en utilisant les 2 carrés non contigus restants dans chaque tablette.

Originellement, les anges ont essayé de donner à Dee et Kelly les équivalents terrestres des parties en étalant leurs régions sur le globe du monde. Dee coupa court à cette méthode avant qu’elle ne commence, se plaignant qu’ils devaient lui donner la longitude et la latitude des régions, ou se référer à la carte en sa possession. Il n’y a aucune raison évidente pour laquelle Dee devint obstiné sur ce point, certainement qu’il était au courant que sa carte ne couvrait pas le monde entier.

Les anges ont réprimandé Dee, disant qu’ils ne voyaient pas le monde en termes de désignations mathématiques arbitraires, ni même dans les projections coniques de la carte de Dee. Mais plutôt que de retourner à leur méthode première, ils ont choisi d’associer les parties avec les régions du monde listées par Ptolémée.

Robin Cousins a fait de grands efforts pour identifier les régions modernes représentées par les noms Ptolémaïques. Sa description et les cartes peuvent être trouvées en annexe de « Elizabethan Magick » de Turner. Il ressort des cartes de M. Cousin qu’il y a beaucoup de.chevauchement dans ces régions. Par exemple, la région de Parva (?) Asie ou d’Anatolie recouvre, dans l’ensemble ou en partie, pas moins de neuf autres régions. Plusieurs parties renvoient à de simples villes plutôt qu’aux régions, et d’autres sont décrites simplement comme étant « dans le nord » ou « dans le sud ».

On pourrait suspecter que les anges, contrariés dans leur intention, se soient simplement verrouillés sur la première méthode disponible qui satisferait Dee, indépendamment de son exactitude. Après réception de la liste entière, Dee a commencé à voir les difficultés dans le système et questionna les anges. La réponse était moins que satisfaisante, à la fin se réduisant à affirmer que quand il appellera les parties, elles lui montreraient les régions qu’elles réglementent. On a laissé entendre que trente des parties se rapportent au Nouveau Monde. M. Cousins dit à l’origine qu’il a cru que ces 30 parties étaient en plus des 91 déjà existantes, faisant 121 parties en tout.

Cependant, il croit maintenant que les 30 ont signifié que des territoires additionnels ont été couverts par les 91 parties existantes, de la manière que les anges ont ajouté la Pologne et Moscou au territoire réglementé par la même partie que Sarmatia. Ma propre lecture est également que ces 30 sont parmi les parties données, ainsi toutes les additions recouvriraient celles existantes, ou exigent légèrement moins qu’une autre tablette complète comme une région qu’ils traceraient.

Les 30 Aethyrs sont à peine mentionnés dans les journaux intimes de Dee ; il ne leur a certainement pas été donné autant d’importance que celle qu’ils ont acquise dans les esprits de quelques magiciens modernes. Leurs fonctions semblent simplement être de contenir les 91 parties. Il n’y a aucune indication selon laquelle elles auraient une fonction séparée des parties.

Lire les autres parties de cet article :

Référence de Magie Enochienne par Ben Rowe [1]

Référence de Magie Enochienne par Ben Rowe [3]

Référence de Magie Enochienne : Annexes

Référence de Magie Enochienne seconde partie, par Ben Rowe. 

Visiter le site COMSELHA : le site francophone de la Magie Enochienne. Image par PublicDomainPictures de Pixabay

Un article de Ben Rowe sur la Magie.