Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 30 mai 2019

Le Pain et le Vin dans la Messe : origines par Tau Héliogabale. 

Le Pain et le Vin selon Melchisédech et la Gnose.

L’utilisation du pain et du vin au temps de Melchisédech nous renseigne sur la tradition chrétienne et gnostique actuelle. Dans Hébreux VII : 17 : « tu es un prêtre selon l’ordre de Melchisédech » et dans Hébreux VII : 26 : « un grand prêtre vint à nous, qui est saint… et rendu plus élevé que les cieux ».

Abraham fut le premier à observer le rite du pain et du vin et la communauté d’Israël perpétue encore ce rite lors du Shabbat. Le pain se réfère bien entendu au corps de Dieu et le vin non seulement au sang, mais au Kiddushin, ou l’alliance du peuple de Dieu et d’Adonaï.

La Brit ‘Hadasha du pain et du vin fut introduite par Dieu comme substitut au sacrifice de l’agneau. Durant le dernier repas qui coïncidait avec la fête de la Pâques juive, commémorant la fuite d’Égypte.

Dans les Actes des apôtres (II : 42 et XX : 7), la pratique du dernier repas nous est décrite comme ayant lieu avec les prières et au jour de Shabbat. C’est pourquoi l’eucharistie a lieu chaque semaine en souvenir de Dieu et non plus une fois l’an en souvenir de la délivrance d’Égypte.

Le Pain et le Vin dans la Messe : origines

La messe miraculeuse, Simone Martini, XIVe siècle. Assise, Église de San Francesco. Détail.

L’origine de la Messe

Ce qui suit a pour but d’éclairer le caractère juif de la fraction du pain et de la cérémonie du dernier repas du Christ. Chercher à en faire une cérémonie mystérique est plausible mais uniquement si l’on ignore les pratiques et coutumes juives au temps de JC.

LIRE  Au sujet de la genèse de l'église gnostique

Quelle est l’origine de la messe ? L’institution de l’eucharistie

L’origine de la messe est le dernier repas que Jésus a pris avec ses disciples avant sa mort au cours duquel il a institué l’eucharistie. On appelle ce repas la Cène. Il est raconté par les Évangiles synoptiques

Plus précisément, Jésus a institué l’eucharistie au cours du repas pascal des juifs qui commémorait la libération du peuple hébreu esclave en Égypte. Il faut donc situer la Cène par rapport à ce repas pascal et en dégager la nouveauté.

La Pâque (Pessa’h) et le repas pascal (Séder) au temps de Jésus ?

Les évangiles synoptiques racontent que la veille de sa mort « le premier jour des Azymes où l’on immolait la Pâque » Jésus a mangé la Pâque avec ses disciples. En quoi consistait ce repas pascal ?

Le repas pascal avait lieu le 1er ou le 2ème jour de la fête de Pâque qui durait 7 jours. Pendant cette semaine appelée « semaine des azymes » on ne mangeait rien de fermenté. La fête de Pâque était à la fois la célébration de la fertilité au printemps et le mémorial de la libération de l’esclavage des Hébreux et du passage de la mer Rouge. Ce repas rituel, appelé Séder, commençait au soir du 14 nizan.

Avant le repas proprement dit, on commençait par boire une coupe. Puis on chantait le début du psaume 113 nommé Hallel et on buvait la deuxième coupe.

Puis avait lieu le repas. Le père de famille rompait le pain, le bénissait et le distribuait. On mangeait un agneau, qui avait été immolé au temple, avec des morceaux de pain azyme et des herbes amères. On a cessé de manger l’agneau après la destruction du temple de Jérusalem en l’année 70.

LIRE  Jules Doinel, l’Éon Jésus et Rome (3)

Après le repas, le père de famille prononçait la prière d’action de grâce, on buvait une troisième coupe nommée « coupe de bénédiction » et on terminait le chant du Hallel. On buvait une quatrième coupe pour clôturer la cérémonie.

C’est pendant ce repas pascal que Jésus a institué l’eucharistie.

Les coupes de vin

Il existe deux récits un peu différents de la dernière Cène. L’ un est donné par Marc et Mathieu. Il raconte que le soir venu tandis qu’ils étaient à table, Jésus pris du pain, le bénit, le rompit et le leur donna en disant « Prenez, ceci est mon corps », puis, prenant une coupe, il rendit grâce et la leur donna en disant « Ceci est mon sang, le sang de l’alliance qui va être répandu pour une multitude »

L’autre est rapporté par Luc et en partie par Paul. Il raconte que Jésus prit une première coupe, il rendit grâce et dit « Prenez ceci et partagez entre vous ». Puis prenant du pain, il rendit grâce, le rompit et le leur donna en disant « Ceci est mon corps, donné pour vous ». Enfin après le repas, Il leur donna une autre coupe en disant « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang versé pour vous ».

C’est le récit de Luc qui correspond le mieux au déroulement du repas pascal juif avec plusieurs coupes et la coupe de bénédiction après le repas.

Dans le repas pascal juif, l’Action de grâce est un aspect très important de la cérémonie. En effet le père de famille raconte la libération d’Israël en rendant grâce et en buvant la coupe après le repas, on fait une prière d’action de grâce.

LIRE  La Trinité Alexandrine dans Valentin

La Cène est aussi une action de grâce « Ayant reçu la coupe, il rendit grâce », « Prenant le pain, il rendit grâce ».

Le repas pascal juif commémorait le repas que les Hébreux avaient mangé avant de quitter l’Égypte et le passage de la mer Rouge. Le livre de l’exode disait « Ce jour-là, vous en ferez mémoire ».

De même, l’Eucharistie est un mémorial, en effet Jésus a dit « Faites cela en mémoire de moi ». L’eucharistie commémore le fait que Jésus a donné son corps et son sang pour ses disciples et pour la multitude.

Le Pain et le Vin dans la Messe : origines, Tau Héliogabale, septembre 2004 e.v.

Le site de l’Eglise Gnostique Chaote.

Image par lcb de Pixabay