Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 22 janvier 2016

Seigneurs et nouvelles créatures
Seigneurs et nouvelles créatures par Jim Morrison

Dans sa réplique l’alchimiste répète le travail de la Nature.

Peu de gens pourraient défendre la conception étroite de l’alchimie comme « Mère de la chimie », et confondre son véritable but avec ces arts externes du métal. L’alchimie est une science érotique, occupée par les aspects enfouis de la réalité, tendant aux purifications et transformations de tout être et matière. Ceci ne suggère pas que les opérations matérielles soient jamais abandonnées. L’adepte tient au travail tant mystique que physique.

Les alchimistes décèlent dans l’activité sexuelle de l’homme une correspondance avec la création du monde, avec la naissance des planètes, et avec les formations minérales. Quand ils voient l’union de la pluie et de la terre, ils la voient dans un sens érotique, comme copulation. Et cela s’étend à tous les domaines naturels de la matière. Car ils peuvent voir les histoires d’amour d’éléments chimiques et d’étoiles, une romance de pierres, ou la fertilité du feu.

Les alchimistes pressentaient d’étranges et fertiles correspondances dans de peu probables ordres de l’être. Entre les hommes et les planètes, les plantes et les gestes, les mots et le temps qu’il fait. Ces connexions troublantes : le cri d’un nourrisson et la caresse de la soie, le dessin d’une oreille et l’apparition de chiens dans la cour, une tête de femme baissée dans le sommeil et la danse matinale des cannibales, ces conjonctions transcendent le stérile signal de tout montage « voulu ». Ces juxtapositions d’objets, de sons, de couleurs, d’armes, de blessures et d’odeurs brillent de manière inouïe, impossible.

Jim Morrison. Extraits de Seigneurs et nouvelles créatures.

Commentaires Facebook