Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 5 janvier 2016

Par Aleister Crowley

Cara Soror,

Fais ce que tu veux sera le tout de la Loi.

« Décririez-vous votre système comme une nouvelle religion ? » Vous estimez sans doute qu’il s’agit là d’une question pertinente.

Et elle l’est, car c’est un slogan de l’A.·.A.·., « la méthode de la science – le but de la religion ». Ici, le mot « but », et son contexte, nous aident à trouver une définition ; cela doit signifier l’atteinte de la Connaissance et du Pouvoir dans les matières spirituelles – ou tout autre expression de ce type. Aussitôt que l’on choisit une phrase, quelqu’un commence à finasser ! Cependant, nous savons parfaitement tous les deux ce que nous voulons dire.

Mais ce n’est certainement pas le sens que véhicule ce terme dans votre question. On peut l’éclaircir dans notre esprit – comme nous l’avons déjà fait si souvent – si nous l’examinons sous le microscope de ce cher vieux Skeat (1).

Religion, dit-il, du latin religio, piété ; faire attention à : religens opposé à negligens, négliger ; l’attitude de Gallio (2). Mais cela implique aussi le fait de relier ensemble, par exemple, des idées ; en fait, d’en faire « un corpus de doctrines ». Ce qui n’est pas là une mauvaise expression. Une religion, par conséquent, est plus ou moins un ensemble de croyances cohérentes et consistantes, avec les préceptes et les interdits qui en découlent. Mais alors, il y a le sens dans lequel Frazer (et moi-même) utilisons souvent ce mot : comme opposition à la « Science » ou à la « Magie ». Le problème ici c’est que les personnes religieuses attribuent aux phénomènes la volonté de quelque Être posé comme principe, agissant par la vertu des sacrifices, de la dévotion ou de l’invocation. A contrario, l’esprit scientifique ou magique croit aux Lois de la Nature, affirmant que « si A, alors B » – si vous faites comme ceci et comme cela le résultat sera tel ou tel, sans aucune interférence arbitraire.

Il est dit que Josué, par ses supplications, fit s’arrêter le soleil et la lune et qu’Ézéchias, de la même manière, les fit « retourner sur le cadran d’Achaz » ; Willett (3) le fit en retardant les aiguilles de l’horloge, et il y eut un Acte du Parlement pour confirmer sa folie. Petruchio, de son côté, a dit : « il sera l’heure que je dirai qu’il sera » (4). Ces deux derniers se sont rapprochés de la méthode magique ; du moins de cette branche qui consiste à « gruger les gens sans arrêt ». Mais une telle opération utilisant la Véritable Magick serait au-delà des capacités de n’importe quel magicien que je connaisse, car cela foutrait en l’air tout le système solaire. Car la Vraie Magick signifie « employer un ensemble de forces naturelles comme avantage technique contre un autre ensemble »

Je cite de mémoire Thomas Henry Huxley, quand il explique que lorsqu’il lève ses avirons – ou son arc – il ne défie pas « les lois de la gravité ». Au contraire, il utilise ces lois dont les équations sont parties intégrantes du système grâce auquel il lève ses avirons sans les sortir de l’eau. Pour résumer, notre système est une religion pour autant que la religion signifie rassembler avec enthousiasme un ensemble de doctrines dont aucune ne doit entrer en conflit avec la Science ou la Magie.

Appelez donc cela une nouvelle religion, si cela plaît à Votre Gracieuse Majesté ; mais je confesse que j’échoue à concevoir ce que vous y gagneriez ce faisant, et je me sens contraint d’ajouter qu’il se pourrait que vous causiez une grande incompréhension et que vous travailliez alors sur une chose relativement stupide.

Le mot n’apparaît pas dans le Livre de la Loi.

L’amour est la loi, l’amour sous la volonté.

Fraternellement,

666

Extrait de Magick without tears d’Aleister Crowley (Copyright Ordo Templi Orientis). Chapitre XXXI : Religion – Thelema est-elle une « nouvelle religion ? ». Traduction française par Spartakus FreeMann.

Notes :

(1) Philologue anglais né en 1835 et professeur au Christ’s College à Cambridge.

(2) Junius Annaeus Gallio, fils du rhétoricien Sénèque l’ancien. Dans le cadre de ses fonctions de consul de la province d’Achée, il rejeta les accusations des juifs contre Saint Paul (Actes des Apôtres, 18). C’est de son comportement pendant cet épisode (« mais Gallio ne se préoccupe d’aucune de ces choses », verset 17) dont parle Crowley.

(3) William Willett, né en 1856, était un constructeur anglais et le principal promoteur de l’heure d’hiver.

(4) Petruchio (Petruccio) est un personnage masculin de la pièce de Shakespeare « The Taming of the Shrew » (vers 1590–1594). Petruchio est un chercheur de trésors qui se marie avec une jeune femme passionnée et volontaire prénommée Kate dont il essayera alors de tempérer l’esprit.

Moise recevant les Tables de la Loi. Marc Chagall, 1960-1966.

Moise recevant les Tables de la Loi. Marc Chagall, 1960-1966.