Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 6 novembre 2016

Une utilisation magique des Psaumes par Spartakus FreeMann

Un fragment de Kabbale Pratique issu d’un ancien manuscrit du XIII° siècle écrit par Shem Tov Ben Isaac de Tortose. Le Sefer Shimmush est sans doute à rattacher à la littérature de la Merkavah et se présente sous la forme d’une courte compilation d’éditions hébraïques antérieures ainsi que de textes araméens.

Nous présentons dans ce court papier des éléments issus du Sefer Shimmush qui peuvent guider l’étudiant dans l’utilisation théurgique des psaumes. Cette utilisation repose principalement sur le pouvoir associé des Noms Divins présents dans les psaumes et sur la Kavvanah ou « intention juste » de celui qui utilise ces psaumes dans ses prières. La Kavvanah est, à notre sens, essentielle pour entreprendre une théurgie des Psaumes, un grand respect des Noms Divins est également obligatoire.

Une utilisation magique des Psaumes
La puissance magique des psaumes était considérée comme incommensurable. Les psaumes étaient lus lors de situations critiques de la communauté israélite ou en privé. L’apport essentiel de ce papier est de souligner la récupération qui sera opérée par les Kabbalistes chrétiens pour aboutir à une place centrale des psaumes dans certains ordres modernes, tels le Martinisme ou l’Ordre des Elus-Cohen, « rien de neuf sous le soleil », les théurges actuels ne font que reprendre le travail de leurs prédécesseurs Kabbalistes du Moyen Age. Et il est surprenant de découvrir que l’efficacité de la Magie des psaumes subsiste même dans un milieu chrétien pur – les prières de l’Abbé Julio, par exemple, sont grandement efficientes bien que détachées de l’egregore juif originel.

Afin d’utiliser les quelques éléments qui se trouvent ici, nous conseillons à l’étudiant de se mettre dans un état de relaxation intense du corps et de l’esprit, de purifier son intention et de la fixer uniquement sur le but à atteindre. La pratique ne peut être que meilleure les yeux fermés. Selon Isaac Louria : « Chaque être humain, hormis l’ignorant idolâtre, peut, par une vie pieuse et vertueuse, entrer dans le Temple consacré de la véritable Kabbale et peut se voir confier tous ses bienfaits sans être capable de parler ou de comprendre la langue hébraïque. Il peut prier, lire et écrire tout dans sa langue maternelle ; seul le Saint Nom et les noms des Anges qui interviennent dans l’expérience doivent, en toutes circonstances, être écrits et gardés à l’esprit dans la langue hébraïque car, si cela n’est fait, une mauvaise direction peut être donnée à l’expérimentation, et par conséquent, l’on peut en perdre toute sainteté et toute efficacité ».

Spartakus FreeMann, Nadir de Libertalia, août 2004-novembre 2005 e.v.

PSAUME I

« Lorsqu’une femme est enceinte et craint une naissance prématurée, elle doit écrire ou faire écrire, sur un morceau de parchemin préparé à partir d’une peau vierge de cerf, les trois premiers versets du Psaume I, avec le Nom Divin qui lui est approprié ainsi que la prière ici contenue, et le placer dans un petit sac fabriqué à cet effet, et le suspendre par une corde autour de son cou, afin que le sac reste contre son corps nu ».

Le Nom Divin est EL YAD, אל יד, qui signifie Grand, Fort, Dieu seul, et provient des quatre mots suivants :

Verset 1 : Ashray (« heureux »)

Verset 4 : Lo (« pas »)

Verset 3 : Yatzliach (« réussira », « avec succès »)

Verset 6 : Derech (« voie », « route »)

La prière : « Qu’il te plaise, ô אל יד, d’accorder à cette femme N… fille de N…, qu’elle ne soit pas à ce moment, ou à tout autre moment, délivrée prématurément ; accorde-lui en outre d’être délivrée dans la félicité et garde-la elle et le fruit de son corps en bonne santé. Amen (Omayn). Selah ».

PSAUME II

« Si vous devez être exposé à un danger d’une tempête en mer, et que votre vie est compromise, alors récitez ce Psaume sans délai et avec révérence, et pensez avec respect au Nom Divin Très Saint qui y est contenu, c’est-à-dire, SHADDAI, שׁדי, et dites immédiatement la prière qui lui appartient, après quoi écrivez tout sur un morceau de poterie, et en totale confiance dans l’Omnipotent, qui fixe les limites de la mer et retient sa puissance, jetez-le dans les flots, et vous verrez des prodiges merveilleux, car les vagues cesseront alors instantanément leur fureur et l’orage sera arrêté ».

Les mots dont est issu le Nom Divin sont :

Verset 1 : Ragshu (« agité »)

Verset 2 : Nosdu (« établi »)

Verset 9 : Yotzer

La prière : « Que Ta Sainte Volonté, ô שׁדי, soit que les flots rageurs cessent, et que les fières lames soient calmées. Mène-nous, ô miséricordieux Père, au lieu de notre destination en paix et en bonne santé, car seulement Ta puissance et Ton pouvoir peuvent aider, et Tu aideras sûrement en l’honneur et la gloire de Ton Nom. Amen. Selah ».

PSAUME III

« Quiconque a des maux de tête intenses, des maux de dos, qu’il prie ce Psaume, avec les Saints Noms et la prière appropriée qui y est contenue, avec une petite quantité d’huile d’olive, oindre la tête ou le dos alors que l’on dit la prière. Cela accordera un soulagement immédiat. Le Saint Nom est ADONAI, אדני ».

Le Nom Divin est issu des mots suivants :

Verset 4 : V’atah (« et Toi »)

Verset 4 : Ba’adi (« pour moi »)

Verset 6 : Hekitzoti (« réveille-moi »)

Verset 8 : Hoshi’ayni (« sauve-moi »).

La prière : « אדני, Seigneur du monde qu’il te plaise d’être mon médecin et mon ide. Soigne-moi et soulage-moi de mes maux de tête et de mes maux de dos, car je ne peux trouver d’aide qu’auprès de Toi, et avec Ton conseil et ton aide seules. Amen. Selah ».

PSAUME IV

« Si vous avez été malchanceux, en dépits de tous vos efforts, alors vous devez réciter ce Psaume trois fois avant le lever du soleil, avec humilité et dévotion, alors qu’au même moment vous devez imprimer en votre esprit le Divin Nom, et chaque fois récitez la prière adéquate, ayant confiance dans l’aide du Puissant Seigneur, sans laquelle toute créature périrait. Procédez en paix et tout ira selon vos désirs. Le Saint Nom est YIHIEH, אהיה ».

Le Nom Divin provient des mots suivants :

Verset 2 : T’filati (« ma prière »)

Verset 5 : Selah

Verset 6 : יהוה (prononcé Adonaï).

Verset 9 : Toshi’yayni (« tu me ramènes »)

La prière : « Qu’il te plaise, ô אהיה, de faire prospérer mes voies, pas et actes. Accorde que mes désirs soient amplement remplis et que mes souhaits soient satisfaits, même en ce jour, pour l’amour de Ton grand, puissant et louable Nom. Amen. Selah ».

PSAUME V

« Si vous avez des affaires à conclure avec des magistrats ou des princes, et désirez obtenir leurs faveurs spéciales, alors priez ce Psaume au lever du soleil, le soir et au coucher du soleil. Faites cela trois fois sur de l’huile d’olive vierge en même temps que vous pensez fortement au Nom Divin CHANAYAH, חנינה. Oignez votre visage, vos mains et vos pieds et dites : Sois miséricordieux envers moi, pour l’amour de ton grand, adorable et saint Nom CHANAYAH, tourne le coeur de mon prince vers moi, et accorde qu’il me regarde avec des yeux gracieux et que je trouve faveur auprès de lui. Amen. Selah ».

Le Saint Nom est trouvé dans les mots suivants :

Verset 5 : Chafetz (« désir »)

Verset 9 : N’cheni (« mène-moi »)

Verset 10 : N’chonah (« fidèle »)

Verset 11 : Hadichemo (« rejette-les »)

Verset 13 : Katzinah (« bouclier »)

« S’il vous semble que le démon Mazel soit à l’origine de vos défaites, alors récitez ce Psaume tous les jours avec une grande dévotion et vous serez alors dans des conditions plus favorables ».

Spartakus FreeMann, 2006

Illustration : Plaque de Shivviti présentant les lieux sacrés d’Hébron, XIXe siècle, par Shneur Zalman d’Hebron. Image extraite du site The Garden of Polmegranates.

Articles similaires

Commentaires Facebook