L’Épiscopat gnostique par Tau Sophronius.

Le mot Évêque ou Épiscope veut dire président. L’Assemblée élit un Épiscope chargé de présider aux cérémonies du culte. L’Évêque est l’organe de l’Assemblée. C’est celle-ci qui fait tout par ses prières, c’est-à-dire par son immense désir. L’Évêque organe de la volonté, du désir de l’assemblée, le formule en quelques paroles, accompagnées d’un signe d’appui et tel est ce qu’on nomme un sacrement. C’est ainsi que l’Évêque est le ministre des sacrements. L’Évêque est aussi chargé de diriger l’instruction des membres de l’Assemblée. Telles sont ses fonctions, ses charges.

L’Évêque n’est nullement le représentant de Dieu, ainsi que nous le reprochait naguère un publiciste. C’est là une idée erronée qui se rattache à la conception anthropomorphique de Dieu. Quand on considère Dieu comme un potentat extra-terrestre, on peut croire qu’il a sur la terre des ambassadeurs, des représentants, qui transmettent aux peuples les ordres de leur souverain. Mais la gnose rejette avec horreur toute conception anthropomorphique de la divinité. Elle n’admet donc pas que Dieu ait des représentera sur la terre, et que ces prétendus représentants viennent commander aux peuples en son nom. Ce sont là des idées enfantines bonnes pour les Romanistes.

Épiscopat gnostique
Tau Héliogabale, évêque gnostique de l’Eglise gnostique chaote.

Une seconde différence qui distingue les Évêques gnostiques des Évêques romanistes, c’est que pour ceux-ci l’épiscopat est une profession qui rapporte un revenu, revenu fourni par l’Assemblée ou par le gouvernement. Jamais les gnostiques n’ont pu penser que le sacerdoce fût une profession et un moyen de gagner sa vie. L’Évêque gnostique remplit ses fonctions sacerdotales et il gagne sa vie au moyen d’une profession libérale ou d’un métier.

LIRE
Johannites et Simoniens

Et je suis heureux de constater ici que les anciens catholiques entendent le sacerdoce comme nous. On lit, en effet, dans le Catholique français (organe de l’Église gallicane) du 31 juillet 1897, un article fort remarquable sur le rôle d’un clergé catholique où se trouve le passage suivant :

« Il ne nous semblerait pourtant pas déshonorant, bien loin de là que les membres du clergé travaillassent de leurs mains à un travail honnête et utile à gagner leur vie. Saint Paul était fabricant de tentes ; et il déclare aux Thessaloniens qu’il travaillait jour et nuit de ses mains pour ne leur être point à charge. Or, ils ne sont point au-dessus de saint Paul ni de saint Pierre qui menaient la même vie laborieuse. De tels membres du clergé seraient même doublement vénérables. Il paraît que dans l’Église russe beaucoup de popes ou curés exercent tout simplement “la noble profession de cultivateurs et gagnent ainsi leur pain à la sueur de leur front. Rien de plus ‘honorable et de plus simple.’ »

Nous ne pouvons qu’applaudir l’éminent rédacteur du Catholique français y auteur de cet article. Les Évêques gnostiques ont pour collaborateurs des diacres et des diaconesses qui jouissent des mêmes prérogatives. L’Église gnostique a voulu ainsi que la religion consacrât l’égalité de l’homme et de la femme. Celle-ci, dans notre religion, n’est point regardée comme impure et indigne de s’approcher du saint autel. Notre Église ne dédaigne pas de lui accorder aussi bien qu’à l’homme le pouvoir sacerdotal.

L’Épiscopat gnostique par Tau Sophronius.

Le Réveil des Albigeois, 1910.

Vous voulez en apprendre plus sur la Gnose contemporaine ? Visitez le site de l’Eglise gnostique chaote.

Rejoindre la Communauté d'EzoOccult sur Facebook

Le Groupe Facebook a pour but de réunir les lecteurs du site et de la page afin d'échanger sur les sujets qui nous tiennent à coeur.

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à vous abonner à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications.