Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 6 janvier 2016

Pour l’obtention d’une grâce ou pour celle de leur assistance

Le Prêtre se dirige de l’autel vers le lieu opposé en effectuant, à droite et à gauche, des aspersions d’eau bénite.

Le Prêtre, revenu devant l’autel, donne à l’assistance l’absolution plénière générale, compte tenu de l’état d’âme particulier de chaque assistant.

Le Prêtre, tourné vers l’autel, dit à voix basse les neuf appels aux neuf Choeurs des Anges : Par l’intercession du Bienheureux Michel Archange et du Choeur Céleste des Séraphins, daigne le Seigneur nous rendre dignes d’être enflammés d’une parfaite charité. Amen.

Par l’intercession du Bienheureux Michel Archange et du Choeur Céleste des Chérubins, daigne le Seigneur nous faire grâce d’abandonner la voie du péché et de courir dans celle de la Perfection Chrétienne. Amen.

Par l’intercession du Bienheureux Michel Archange et du Choeur Céleste des Trônes, daigne le Seigneur répandre en nos coeurs l’esprit d’une véritable et sincère humilité. Amen.

Par l’intercession du bienheureux Michel Archange et du Choeur Céleste des Dominations, daigne le Seigneur nous faire la grâce de dominer nos sens et de nous corriger de nos passions mauvaises. Amen.

Par l’intercession du Bienheureux Michel Archange et du Choeur Céleste des Puissances, daigne le Seigneur protéger nos âmes contre les embûches et les tentations du démon. Amen.

Par l’intercession du Bienheureux Michel Archange et du Choeur Céleste des Vertus, daigne le Seigneur ne pas nous laisser succomber à la tentation, mais au contraire nous délivrer du Mauvais. Amen. Par l’intercession du Bienheureux Michel Archange et du Choeur Céleste des Principautés, daigne le Seigneur emplir nos âmes de l’esprit d’une véritable et sincère obéissance. Amen.

Par l’intercession du Bienheureux Michel Archange et du Choeur Céleste des Archanges, daigne, Seigneur, nous accorder le don de Persévérance dans la Foi et dans les oeuvres, afin de parvenir à la possession de la gloire du divin Plérôme. Amen.

Par l’intercession du Bienheureux Michel Archange et du Choeur Céleste de tous les Anges, daigne le Seigneur nous accorder d’être protégés par eux, spirituellement et matériellement, pendant tout le cours de cette vie mortelle, pour être ensuite conduit par eux à la gloire éternelle. Amen.

Debout, au pied de l’autel, le Prêtre médite sur le but de la liturgie du jour, fait une génuflexion, salue profondément l’Autel et la Croix, se signe et dit:

(+) Au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.

Mosaïques de la coupole principale de la basilique Notre-Dame de la Garde à Marseille.

Mosaïques de la coupole principale de la basilique Notre-Dame de la Garde à Marseille. Photographe : Robert Valette, 2009

Psaume 42

V) Je m’approcherai de l’autel de Dieu.

R) Du Dieu qui, à mon âme, renouvelle sa jeunesse

V) Jugez-moi, Seigneur, et séparez ma cause de celle des impies; délivrez-moi de l’homme plein d’iniquité et de ruse.

R) Parce que vous seul, ô mon Dieu, êtes ma force. Pourquoi me repousser et pourquoi me laissez-vous marcher dans la tristesse, pendant que l’ennemi m’accable?

V) Envoyez-moi votre lumière et votre vérité! Elles me conduiront et me guideront vers votre sainte Montagne et dans vos tabernacles.

R) Et je m’approcherai de l’autel de Dieu, du Dieu qui, à mon âme, renouvelle sa jeunesse

V) Je vous chanterai sur la cithare, ô Seigneur mon Dieu! Pourquoi, ô mon âme, es-tu triste et pourquoi te troubles-tu ?

R) Espère en Dieu, car je veux le louer encore, il est mon Sauveur à mes yeux, il est mon Dieu.

V) Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit,

R) Maintenant et toujours, comme dès le commencement il en fut, et en tous les siècles des siècles

V) Amen.

L’on répète l’antienne :

V) Je m’approcherai de l’autel de Dieu,

R) Du Dieu qui emplit mon âme d’une joie toujours nouvelle.

V) Notre aide est dans le nom du Seigneur (+)

R) Qui a fait le ciel et la terre.

Le Prêtre dit seul le Confiteor en s’inclinant mains jointes :

Je confesse à Dieu tout puissant, à la bienheureuse Marie toujours vierge, à saint Michel Archange, à Saint Jean Baptiste, aux saints apôtres Pierre et Paul, à tous les saints, et à vous tous mes frères, que j’ai beaucoup péché, par pensées, par paroles, par actions et par omissions.

(Il bat sa coulpe)

C’est ma faute, c’est ma faute, c’est ma très grande faute. C’est pourquoi je supplie la Bienheureuse Marie toujours Vierge, Saint Michel Archange, Saint Jean Baptiste, les saints Apôtres Pierre et Paul, tous les Saints et vous mes Frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

Que le Dieu tout puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne nos péchés, et qu’il nous conduise à la vie éternelle. Amen.

Les assistants prient pour le Prêtre :

R) Que le Dieu tout puissant vous fasse Miséricorde, qu’il vous pardonne vos péchés, et qu’il vous conduise à la vie éternelle.

V) Amen.

Le Prêtre se signe en disant :

(+) Que le Seigneur tout puissant et miséricordieux nous accorde le pardon (+), l’absolution (+), la rémission (+) de tous nos péchés. Amen.

Le servant et les assistants reprennent le Confiteor :

Je confesse à Dieu tout puissant, à la bienheureuse Marie toujours vierge, à Saint Michel Archange, à Saint Jean Baptiste, aux Saints Apôtres Pierre et Paul, à tous les Saints et à vous mon Père, que j’ai beaucoup péché par pensées, par paroles, par actions et par omissions.

(Le servant et les assistants battent leur coulpe) C’est ma faute, c’est ma faute, c’est ma très grande faute. C’est pourquoi je supplie la bienheureuse Vierge Marie, Saint Michel Archange, Saint Jean Baptiste, les Saints Apôtres Pierre et Paul, tous les Saints et vous mon Père, de prier pour moi, le Seigneur notre Dieu.

Le Prêtre demande à Dieu d’agréer la confession des fidèles :

Que le Dieu tout puissant vous fasse miséricorde et qu’après vous avoir pardonné vos péchés, il vous conduise à la vie éternelle. Amen.

Le Prêtre se tourne vers les assistants :

Que le Seigneur tout puissant et miséricordieux vous accorde l’indulgence (+), l’absolution (+) et la rémission (+) de tous vos péchés. Amen.

Le Prêtre se retourne vers l’autel et s’incline pour dire les versets suivants :

Psaume 84

V) Mon Dieu, tournez vos yeux vers nous pour nous revivifier.

R) Et votre peuple, Seigneur, se réjouira alors en vous.

V) Montrez-nous, Seigneur, votre Miséricorde,

R) Et donnez-nous votre Salut.

Psaume 101

V) Seigneur, exaucez ma prière.

R) Et que mon cri monte jusqu’à vous.

V) Le Seigneur soit avec vous,

R) Et avec votre esprit.

Le Prêtre prend des mains du servant l’encensoir et encense l’autel à trois reprises :

Que par l’intercession du Bienheureux Michel Archange, lequel se tient debout à la droite de l’autel des parfums, le Seigneur daigne bénir cet encens et l’agréer en douce odeur de suavité.

Que pour vos serviteurs rachetés de votre précieux sang, Seigneur, cet encens soit une perpétuelle défense contre tous les esprits du mal, contre toutes les incantations, prestiges et autres sortilèges ou vexations diaboliques, et qu’il soit une perpétuelle expulsion des esprits malins.

Qu’en quelque lieu que se répande l’odeur de cet encens, que jamais maléfice ou molestation diabolique y puissent retourner, mais qu’ils soient aussitôt chassés et disparaissent sous l’immensité de votre puissance et de votre force, ô Seigneur.

Ainsi que par ce Signe (+) de votre Croix sainte, ô Vous qui régnez éternellement avec le Père en l’unité de l’Esprit Saint. Amen.

Que cet encens, béni par Vous, Seigneur, s’élève vers vous comme jadis en votre Saint Temple de Jérusalem, alors que mes mains s’élevaient vers vous

pour le sacrifice du soir. Amen.

Le Prêtre rend l’encensoir au servant et monte à l’autel en disant, à voix basse :

(étendant les bras puis joignant les mains)

Prions:

Nous vous supplions, Seigneur, d’effacer nos iniquités afin que nous méritions d’entrer dans le Saint des Saints avec des pensées pures.

Par Jésus Christ, notre Seigneur. Amen.

Le Prêtre et le servant s’inclinent. Le Prêtre dit alors :

Nous vous supplions, Seigneur, par les mérites de vos Saints dont les reliques sont ici présentes, (le Prêtre baise la Pierre d’autel) de tous les autres Saints, et de tous Vos Anges dont les flammes de ces cires en sont l’image restitutrice de la présence, (le Prêtre ouvre les bras et les mains face à l’autel et continue ) de daigner me pardonner tous mes péchés. Amen.

Le Prêtre se porte sur la droite, côté Epître, se signe (+). et dit l’Introït ou chant d’entrée (mains jointes) :

Introït

Saints Anges de Dieu, bénissez tous le Seigneur! Puissants Esprits Célestes, créés pour l’exécution de ses ordres, soyez attentifs à sa parole. Que mon âme bénisse donc le Seigneur et que tout mon être proclame sa Sainteté…

Gloire au Père, au Fils, et au Saint-Esprit, comme il en fut dès le commencement et comme il en sera toujours dans les siècles des siècles. Amen.

Seigneur, restituez-moi la joie de votre Connaissance salutaire, et fortifiez-moi d’un esprit de force. Amen.

Le Prêtre revient alors, avec le Missel, au centre de l’autel et dit le Kirie :

V) Kirie eleison

R) Kirie eleison

V) Kirie eleison

R) Christe eleison

V) Christe eleison

R) Christe eleison

V) Kirie eleison

R) Kirie eleison

V) Kirie eleison

Le Prêtre étend les mains, les joint en inclinant la tète, et dit le Gloria :

Gloria

Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté. Nous vous louons, Seigneur, nous vous bénissons, nous vous adorons, nous vous glorifions, nous vous rendons grâces, à cause de votre Gloire Suprême. Seigneur Dieu, Roi du Ciel. Dieu le Père tout puissant, Seigneur, Fils unique, Jésus Christ, Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, Fils du Père, vous qui effacez les péchés du Monde, recevez notre prière, Vous qui êtes assis à la droite du Père, ayez pitié de nous.

(Il incline la tête aux passages soulignés) Car vous êtes le seul Saint, vous êtes le Seul Maître, vous seul le très haut, ô Jésus Christ, avec le seul Esprit Saint, dans la Gloire de Dieu le Père. (+) Amen.

Le Prêtre baise l’autel, se tourne vers les fidèles, et dit les bras étendus:

V) Le Seigneur soit avec vous

R) Et avec votre esprit.

Il va au Missel, côté épître. et dit l’Oraison (mains jointes) :

Prions:

(puis les bras étendus:)

Oraison

ô Dieu tout puissant, vous qui réglez avec un ordre admirable les divers ministères des Anges et des hommes, daignez nous accorder. Seigneur, la grâce d’avoir pour protecteurs sur la terre ces Esprits Bienheureux qui ne cessent de vous rendre leurs services dans les cieux. Par Jésus Christ, notre Seigneur.

Amen.

Puis, les mains Jointes, il dit la Collecte :

Collecte

Seigneur Dieu, souverain seigneur des Armées du ciel, votre Providence admirable nous a envoyé ici-bas vos Saints Anges avec mission de nous garder, de nous protéger et de nous guider à travers les embûches de cette vie.

Exaucez donc nos prières, Seigneur, et pour nous défendre, daignez nous accorder toujours leur bienveillante et intelligente protection ici-bas, comme le bonheur de vivre avec eux dans l’éternité, après notre mort. Par Jésus Christ, notre Seigneur, en l’unité du même Esprit Saint. Amen. (les fidèles s’assoient)

Le Prêtre (ou mieux encore le servant) dit alors l’Epître, mains posées à plat sur le Missel :

Epître

Livre des Révélations de l’Apôtre Jean (Apocalypse : I,1-5)

En ces jours-là, Dieu découvrit ce qui devait bientôt arriver en envoyant son ange a Jean, son serviteur, qui a rendu témoignage à la Parole de Dieu et à tout ce qu’il a vu de Jésus Christ.

Heureux celui qui lit et qui écoute les paroles de cette Prophétie et qui garde tout ce qui s’y trouve écrit, car le temps est proche. Jean, aux sept Eglises qui sont en Asie: la Grâce et la Paix soient avec vous, de la part de celui qui est, qui était, qui doit venir, et de la part des sept Esprits qui sont devant le Trône, et de la part de Jésus Christ, le Témoin Fidèle, le Premier né d’entre les Morts et le Prince des rois de la terre, qui nous a aimés et nous a lavés de nos péchés dans son Sang.

Alléluia ! Alléluia !

Rendons grâces à Dieu.

Le Prêtre (ou le servant) porte alors le Missel du côté gauche, et le Prêtre, profondément incliné, lit le Graduel ou Séquence :

Anges de Dieu, bénissez tous le Seigneur! Puissants Esprits Célestes, créés pour l’exécution de ses ordres, adorez votre Créateur! Que mon âme bénisse le Seigneur et que tout mon être proclame sa Sainteté. Dieu a confié à ses Anges la charge de nous garder sur tous les chemins que nous suivrons. Ils nous soutiendront de leurs mains, de peur que notre pied ne heurte le rocher.

Le Prêtre dit alors l’Alleluia ou Trait :

Alléluia! Alléluia! Alléluia! Saint Michel Archange, défendez-nous dans les combats, afin que nous ne périssions pas au jour terrible du Jugement! Puissants

Esprits célestes, bénissez tous le Seigneur, vous qui êtes à son service pour faire sa volonté.

Alléluia!

Le Prêtre dit alors la Prose :

Les Cieux et les Cieux des Cieux te louent, ô Seigneur, avec toute leur puissance, ainsi que le ciel, le Soleil, la Lune, tout le Choeur des Etoiles, la Terre, la Mer, et tout ce qu’elles contiennent, et la Jérusalem Céleste, l’assemblée des premiers nés qui sont inscrits dans le ciel, les esprits des justes et des prophètes, les âmes des Martyrs et des Apôtres, les Anges, les Archanges, les Principautés, les Vertus, les Puissances, les Dominations, les Trônes, les Chérubins et les Séraphins, voici que toutes les “Eaux” au-dessus et au-dessous du Firmament te proclament et que les choses inanimées elles-mêmes te perçoivent. O Anges et esprits célestes, vous dont la science et le pouvoir sont tellement au-dessus des nôtres, daignez nous aider, après nous avoir fait vos commensaux ici- bas, nous aider à devenir héritiers et compagnons des habitants de la Sainte Cité. Amen! Alléluia!

Le Prêtre s’incline profondément devant la Croix, et dit alors le Munda Cor (mains jointes) :

Purifiez mon coeur et mes lèvres, Dieu tout puissant, vous qui avez fait purifier les lèvres du prophète Isaie à l’aide d’une pierre ardente et par un Séraphin

De même aussi, par votre gracieuse miséricorde, daignez me purifier afin que je puisse annoncer dignement votre saint évangile. Ordonnez donc, Seigneur, à un de vos Anges, de venir me bénir et me purifier en votre nom, afin que vous soyez, Seigneur, en mon coeur et sur mes lèvres, pour annoncer dignement et saintement votre Saint Evangile. Amen.

Le Diacre (ou le servant) transporte le Missel (ouvert à l’évangile du jour) à quelque distance sur un petit autel, avec des cierges allumés et l’encens fumant dans l’encensoir. Si non, le Prêtre porte le livre du côté de l’Evangile, et on l’entoure de flambeaux allumés et il lit l’Evangile du jour :

(les fidèles se lèvent)

Lecture du Saint Evangile selon Saint Matthieu – chapitre XVIII.

Les disciples vinrent un jour poser à Jésus cette question: selon toi, qui est le plus grand dans le royaume des cieux? Alors Jésus appela un petit enfant et le fit venir au milieu du groupe.

En vérité, je vous l’affirme, si vous ne vous transformez pas pour devenir semblables aux petits enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux. Celui qui se fait tout petit comme cet enfant, c’est le plus grand dans le royaume des cieux. Et lorsqu’on reçoit, en mon nom, un enfant comme celui-ci, c’est moi-même que l’on reçoit.

C’est pourquoi, si quelqu’un est une occasion de péché pour l’un de ces petits, qui croient en moi, il mériterait qu’on lui suspende au cou une meule de moulin et qu’on le jette à la mer. Malheur au monde, à cause des scandales! Hélas, il est fatal qu’il arrive des scandales. Mais malheur à celui qui en est responsable… Prenez garde de ne point traiter avec mépris un de ces petits. Car je vous l’affirme, leurs Anges, dans le Ciel, contemplent sans cesse le visage de mon Père des Cieux.

Toute la création étant solidaire en la voie de la Rédemption, mes Frères, de même que les Saints Anges nous protègent, de même nous sommes responsables des êtres plus faibles que Dieu a placés près de nous.

Christ, louanges à Vous!

Le Prêtre, à qui le Diacre (ou le Servant) rapporte le livre, baise la page où est transcrit l’Evangile, signe la page, son front, sa bouche et son coeur, à l’aide du pouce et dit :

Que par la lecture du Saint Evangile, toutes nos fautes soient effacées.

Le Prêtre se tourne alors vers les fidèles et leur explique la signification symbolique de l’Office des Saints Anges. C’est là le Prône :

A la Messe des Saints Anges, on ne dit pas le “Credo”.

(les fidèles s’assoient)

Le Prêtre baise l’autel et salue l’assemblée en étendant les bras, et il dit :

V) Le Seigneur soit avec vous,

R) Et avec votre esprit.

Il se tourne vers l’autel et dit:

V) Prions – (les mains jointes)

Mon Dieu a décrété sa puissance. Affermis, ô Dieu, ce que tu as fait pour nous. Du haut de ton palais qui domine Jérusalem, que les Rois et les Princes t’offrent

des présents.

Le Prêtre fait silence un bref instant, puis il dit : En ce temps-là se lèvera Michaël, le grand Prince, le défenseur des enfants de ton Peuple, car ce sera une époque de détresse telle qu’il n’y en aura point eu depuis que les nations existent jusqu’à cette époque. Mais en ce temps-là, ceux de ton Peuple qui auront été trouvés inscrits dans le Livre seront sauvés. Plusieurs de ceux qui dorment dans la poussière de laterre se réveilleront, les uns pour l’opprobre et les autres pour la vie éternelle.

Ceux qui auront possédé l’intelligence brilleront comme la splendeur des cieux, mais ceux qui auront enseigné la Justice brilleront comme des étoiles dans l’éternité.

(Daniel: XII, 1-2).

Le Prêtre déplace le calice tel qu’il est, II dispose le corporal. remet le calice à sa place sur le corporal. range le purificatoire plié en deux, sur la droite du corporal. Il soulève la pale de la main gauche, prend la patène avec l’hostie, de la main droite, repose la pale sur le calice, et offre l’hostie en élevant, à deux mains, la patène à hauteur de la poitrine. Il élève les veux, les abaisse, et dit l’Offertoire :

L’Ange se tenait dans le Temple près de l’autel. Il avait, à la main, un encensoir d’or. Quand on lui présenta les braises ardentes, un nuage d’encens s’éleva jusqu’à Dieu. Alléluia! Anges de Dieu, bénissez le Seigneur! Puissants Esprits célestes. Serviteurs de Dieu, qui exécutez ses ordres, soyez attentifs à sa parole.

(Apocalypse, VIII, 3-4).

Le Prêtre continue :

Recevez, ô Père saint, Dieu tout puissant, Dieu éternel, cette hostie sans tache que moi, N…….., votre indigne serviteur, je vous offre, à vous mon Dieu vivant et vrai, pour mes péchés, offenses et négligences sans nombre, et pour tous ceux qui sont ici présents, comme aussi pour tous les chrétiens vivants et défunts, afin qu’elle serve, à eux comme à moi, pour le salut jusque dans l’éternelle vie. Amen.

Le Prêtre dépose alors l’hostie sur le Corporal. Fait avec la patène un signe de (+) horizontal et la replace dessus. Il se déplace vers la droite, le calice à la main, y verse du vin que lui tend le Diacre fou le servant), fait un signe de (+) sur l’eau et y ajoute celle-ci en très petite quantité.

Le Prêtre revient au milieu de l’autel, le calice en mains, la droite autour de la tige, la gauche soutenant le pied, et dit :

Ô Dieu qui avez établi d’une façon admirable la dignité de l’être humain, et qui l’avez rétablie d’une façon plus admirable encore, donnez-nous, Seigneur, par le

mystère de cette eau et de ce vin, de devenir participant de la divinité de celui qui a daigné revêtir notre humanité, qui est Jésus Christ votre Fils, et notre Seigneur, lequel vit et règne avec vous en l’Unité de l’Esprit Saint, Dieu lui-même, en tous les Siècles des Siècles. Amen.

Le Prêtre offre le calice en le maintenant à hauteur de la poitrine et dit :

Nous vous offrons, Seigneur, le calice du salut en suppliant votre souveraine bonté de le faire monter en présence de votre divine majesté pour notre salut et pour celui du Monde entier, comme un parfum d’une suave odeur. En vous offrant, Seigneur, ce sacrifice de louange, nous vous supplions très humblement de le recevoir avec bonté, en considération des prières du Saint Archange Michaël, et de le faire servir à notre éternel salut. Par Jésus Christ, notre Seigneur. Amen.

Le Prêtre dépose le calice en faisant, avec lui, un signe de (+) horizontal sur l’autel. Il le recouvre de la pale, s’incline ensuite légèrement, joint les mains après avoir écarté les bras, et dit :

En tout esprit d’humilité et avec un coeur lourd de regrets, nous nous présentons devant vous, Seigneur; faites que notre sacrifice s’accomplisse devant vous d’une manière qui vous le rende agréable.

Ô Seigneur notre Dieu.

Le Prêtre lève les mains et les veux vers le ciel et dit :

Venez donc, Sanctificateur tout puissant, Dieu éternel, et bénissez (+) (le Prêtre fait le signe de la croix sur l’hostie et le calice) ce sacrifice préparé et offert en l’honneur de votre saint nom.

Le Diacre (ou le servant) lui tend alors l’encensoir qui est garni d’encens Le Prêtre encense alors par trois fois autour des oblats. puis par trois fois en traçant une croix grecque au-dessus. Le Prêtre se rend alors au côté de l’Epître, à sa droite, et se lave l’extrémité des doigts avec l’eau que lui verse le Diacre en disant le Lavabo :

Lavabo

Je laverai mes mains en compagnie des purs et je me tiendrai, Seigneur, devant votre autel, afin d’entendre les louanges de votre grandeur et de conter moi-même toutes vos merveilles.

Car j’aime, Seigneur, la beauté de votre Temple et le lieu où réside votre gloire.

Mon Dieu, ne perdez pas notre âme avec celle des impies, ni notre vie avec les hommes de sang. Ils ont les mains pleines d’iniquités, leur droite est chargée de présents.

Mais pour moi, je veux progresser en mon innocence reconquise.

Rachetez-moi donc, Seigneur, et ayez pitié de moi.

Mon pied demeure ferme en la voie droite et en vos Temples. Je vous bénirai, ô Seigneur.

Gloria

Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours, comme il en fut dans le commencement et en tous les siècles des siècles. Amen.

Le Prêtre revient alors au centre de l’autel, il s’incline en joignant les mains et dit le Suscipe Sancta Trinitas :

Suscipe

Recevez, ô Trinité Sainte, cette oblation que nous vous offrons en témoignage et en mémoire de la Passion, de la Résurrection et de l’Ascension de Jésus Christ, notre Seigneur, et en l’honneur de la Bienheureuse Marie toujours vierge, Panagia Théotokos, du bienheureux Jean Baptiste, des saints apôtres Pierre et Paul, des Saints dont les reliques sont ici, présentes sur votre autel, de tous les saints et de tous les Anges du divin royaume, afin que cette oblation soit pour eux un sujet de gloire, et pour nous cause de salut.

Et que ceux-là dont nous célébrons la mémoire sur la terre daignent intercéder pour nous dans le ciel, comme ceux-là dont nous célébrons la gloire dans le ciel soient ici-bas nos protecteurs et nos défenseurs. Au nom de ce même Jésus Christ, notre Seigneur.

Amen.

Le Prêtre baise l’autel, se retourne vers les fidèles, étend les bras et dit :

(les fidèles se lèvent)

V) Priez, mes Frères, afin que ce sacrifice, qui est également le vôtre, soit agréé par Dieu le Père tout puissant, par le Ministère des Saints Anges. Il se tourne vers l’autel et joint les mains :

R) Que le Seigneur daigne agréer ce sacrifice, offert par vos mains et par le Ministère des Saints Anges, pour l’honneur et la gloire de Son Saint Nom. Pour l’avancement de chacun de nous, pour notre protection spirituelle et matérielle ici-bas par les Esprits Célestes, et pour celui de sa Sainte Eglise Universelle.

V) Amen.

Le Prêtre étend les bras, joint les mains et lit la Secrète à voix basse :

Secrète

Prions.

Nous vous offrons, Seigneur, ce sacrifice de louange, et tandis que la prière des Anges plaide en notre faveur, nous vous demandons humblement de l’accepter avec bienveillance et de le rendre profitable à notre salut. Exaucez avec bonté, Seigneur, toutes nos prières afin que sous la constante protection de vos Anges et de toute la milice céleste nous soyons délivrés de tous dangers de la vie présente, que tous nos ennemis, quels qu’ils soient, demeurent vaincus, anéantis et voient leurs désirs de nuisance détruits ou retournés contre eux tels une sanction réparatrice et les voient enfin confondus et contrés afin que nous parvenions sereinement et heureusement à la vie éternelle. Amen.

Par Jésus Christ, notre Seigneur, qui règne avec Dieu le Père, en l’unité de l’Esprit Saint… (à voix haute:) en tous les cycles des cycles. Amen.

Le Prêtre se tourne vers l’assemblée, étend les bras et joint les mains en disant :

V) Le Seigneur soit avec vous,

R) Et avec votre esprit.

Le Prêtre se tourne vers l’autel, lève les veux et les mains vers le ciel, et dit :

V) Elevons nos coeurs,

R) Nous les élevons vers le Seigneur.

Il joint les mains sur la poitrine, s’incline et dit :

V) Rendons grâces au Seigneur notre Dieu

R) Car cela est juste et raisonnable.

Le Prêtre élève les mains, puis s’incline en les joignant et dit la Préface :

Préface

II est véritablement juste et raisonnable, il est équitable et salutaire de vous rendre grâces en tous temps et en tous lieux, Seigneur très saint, Père tout puissant, Dieu éternel, en exaltant les mérites de Saint Michaël Archange. Car si nous devons vénérer tous les sublimes Esprits qui entourent votre Majesté, des honneurs particuliers sont dus à celui qui, dans leur hiérarchie, a mérité d’être le Prince de la milice du ciel. C’est pourquoi, avec les Anges et les Archanges, les Trônes et les Dominations et toute la Cour Céleste, nous chantons un hymne à votre Gloire en disant sans cesse :

Le Prêtre baisse la voix, fait le signe de la croix (+) joint les mains et, inclinant la tête, dit le Sanctus :

Sanctus

Saint, Saint, Saint est le Seigneur, le Dieu des Armées du Ciel! Les Cieux et la Terre sont emplis de sa gloire !

Hosanna au plus haut des cieux!

(+) Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur!

Hosanna au plus haut des cieux!

Kadosh! Kadosh! Kadosh! Adonaï Elohim Sabaoth!

Le Diacre (ou le servant) agite les clochettes pour avertir les assistants que l’instant de la consécration approche :

0……….0……….0……….0

Le Prêtre étend et élève les bras et les veux au ciel ; puis il les abaisse. Joignant les mains, les veux fixés sur la croix; il s’appuie sur l’autel, profondément incliné pour dire le Te Igitur :

Te Igitur

Vous donc, ô Père très Miséricordieux, par Jésus Christ votre Fils et notre Seigneur, nous vous prions très humblement,

(il baise l’autel et joint les mains sur sa poitrine) et vous demandons d’avoir pour agréables et de bénir (+) ces dons, (+) ces présents, et (+) ces saints sacrifices sans tache, (il relève les mains), que nous offrons d’abord pour votre Sainte Eglise Universelle, que vous daignerez par toute la Terre pacifier, protéger, unir et gouverner, en même temps que pour votre serviteur N……pasteur et prêtre de votre Eglise, pour tous les orthodoxes et fidèles observateurs de la foi Chrétienne, apostolique, universelle, traditionnelle.

Souvenez-vous donc, Seigneur, de vos serviteurs et de vos servantes,

Le Prêtre joint les mains pour faire cette prière particulière pour les personnes vivantes :

…en particulier de N………, N………..,

Il lit le Memento des Vivants déposé dès avant l’Office sur l’autel:

… Et de tous ceux qui sont autour de moi, principalement de N…………. N………….., ici présents, pour qui cet office est célébré (si c’est le cas), dont la foi et la piété vous sont connues, (il élève à nouveau les mains) pour lesquels nous vous offrons et qui offrent eux- mêmes par moi ce sacrifice de louange, tant pour eux que pour tous ceux qui leur sont chers, pour la rédemption de leurs âmes, dans l’espérance de leur salut, de leur santé corporelle, et de leur protection contre tous ennemis visibles ou invisibles, par les soins de l’Ange que vous avez commis à leur garde, ô Père très Miséricordieux. C’est pourquoi ils vous offrent leurs prières, à Vous, Dieu éternel vivant et véridique.

Communicante

Etant donc tous en communion de coeurs, d’âmes et d’esprits, vénérant tout d’abord la mémoire de la Très Glorieuse Vierge Marie, Panagia Théotokos, Mère de Dieu et de notre Seigneur Jésus Christ, et aussi de vos bienheureux apôtres et martyrs Pierre et Paul, André, Jacques, Jean, Thomas, Philippe, Barthélémy, Matthieu, Simon et Thadée, de vos serviteurs et dignes successeurs de Pierre apôtre sur le siège de la sainte Eglise d’Antioche notre mère originelle : Evodius, Ignace, Aaron, Cornélius, Nados, Théophile, Maximin, Séraphin, des saints martyrs de cette même Eglise d’Antioche, Ignace, Asclépiade, Babylas, des saints docteurs de l’Eglise d’Alexandrie, notre mère spirituelle, Panthène, Clément, et Origène Adamantius, docteur, évêque et martyr, sous le saint et fécond patronage de qui nous plaçons l’Eglise Gnostique Apostolique, de tous les saints dont les reliques sont ici comme de tous les saints intégrés dans le divin Plérôme, nous vous prions, Seigneur, de bien vouloir nous accorder, par leurs mérites et leurs prières, que nous soyons défendus en toutes choses par le secours de votre divine protection, administrée par vos Saints Anges.

Il joint les mains.

Par le même Jésus Christ, notre seigneur. Amen.

Le Prêtre lit ensuite l’invocation particulière en faveur de celui ou de celle pour qui est célébré l’office :

Souvenez-vous encore et surtout, Seigneur, Dieu tout puissant et éternel, de votre serviteur (ou de votre servante) N……….., pour qui est plus particulièrement célébré ce Saint Sacrifice, et pour qui nous vous implorons d’accorder, par le Ministère de vos Saints Anges et de tous les Esprits célestes une constante protection spirituelle et matérielle, en toutes les épreuves de la vie terrestre.

Que les Saints Anges habitent donc avec lui dans la paix et que descende sur lui votre Bénédiction.

Par le même Jésus Christ, notre Seigneur.

Amen.

Le Prêtre, les mains étendues sur le Pain et le Vin, demande à Dieu que cette offrande soit pour lui et les assistants un gage de paix et de salut :

C’est pourquoi, Seigneur, cette oblation de votre serviteur et également de toute votre famille ici présente, nous vous en supplions, Seigneur, daignez l’avoir pour agréable; que nos jours s’écoulent en votre paix à l’abri des ailes des Saints Anges; à ces Puissants Esprits Célestes daignez donner l’ordre de nous arracher à l’errance dans les Mondes ténébreux en nous inscrivant au nombre de vos élus sur le Livre de Vie.

(il joint les mains) Par Jésus Christ, notre Seigneur. Amen.

Le Prêtre relève les mains et dit à haute voix :

Cette même oblation, vous mon Dieu, nous vous en supplions, daignez la (+) bénir, (+) l’admettre. (+) l’approuver, la rendre raisonnable et acceptable pour tous, en sorte que pour nous soient le corps (+) et le sang (+) de votre Bien aimé Fils, notre Seigneur Jésus Christ, (il joint les mains et prend l’hostie) lequel, la veille de sa passion, prit du Pain en ses Saintes et Vénérables mains et après avoir levé les yeux vers Vous son Père tout puissant, en vous rendant grâces, le bénit (+), le rompit et le donna à ses disciples en disant:

Prenez et mangez-en tous

(à voix basse et fixant l’hostie)

Car Ceci est mon corps.

Le Prêtre fait la génuflexion, adore en silence un court instant, se redresse, élève la sainte hostie, et refait la génuflexion.

Le Prêtre repose l’hostie, prend le calice et consacre le Vin en disant :

De même, après qu’il eut soupe, prenant également ce merveilleux Calice entre ses Saintes et Vénérables mains, avec les mêmes actions de grâces, il le donna

à ses disciples en disant:

Prenez et buvez-en tous (à voix basse et fixant l’hostie)

Car ceci est le calice de mon sang, de la nouvelle et éternelle l’alliance, qui sera répandu pour vous et pour tous, pour la rémission des péchés.

Le Prêtre dépose le calice et dit secrètement :

Chaque fois que vous ferez ceci, faites-le en mémoire de moi.

Le Prêtre élève le calice à deux mains, après avoir fait une génuflexion, le repose sur l’autel, fait une deuxième génuflexion et présente à Dieu, de nouveau, les espèces consacrées, après avoir recouvert le calice de la pale. Il continue, les bras étendus et à voix basse :

C’est pourquoi, Seigneur, nous tous vos serviteurs et en même temps cette pieuse assemblée qui est vôtre, nous souvenant aussi de ce même Jésus Christ, votre Fils notre Seigneur, tant de sa bienheureuse passion que de sa résurrection des lieux inférieurs, ainsi que de sa glorieuse Ascension vers les Cieux, nous offrons à votre Souveraineté ce qui vient de votre don et de votre grâce, cette hostie (+) pure, (il joint tes mains et signe ensemble l’hostie et le calice) cette hostie sainte (+), cette hostie (+) sans tache, ce pain (+) sanctifié de vie Eternelle et ce calice de l’éternel salut (+).

Le Prêtre étend les bras et dit :

Daignez donc jeter sur ces dons un regard favorable et bienveillant, et daignez les agréer, de même que vous avez agréé jadis les offrandes de votre enfant, le juste Abel, et le sacrifice de votre patriarche Abraham, ainsi que celui que vous offrit votre pontife suprême Melchissedek, sacrificateur saint, hostie immaculée.

Le Prêtre s’incline profondément en joignant les mains sur l’autel et dit à voix basse :

Prosternés, nous vous supplions donc, Dieu tout puissant, d’ordonner que ces dons soient portés par les mains de votre Saint Ange jusqu’à votre sublime autel, en présence de votre divine majesté (il baise l’autel), afin qu’autant de fois que dans cette participation de l’autel (il joint les mains), nous prendrons ce très saint (+) corps et ce précieux sang (+) de votre fils, nous soyons comblés de célestes bénédictions et de toutes grâces Par ce même Jésus Christ, notre Seigneur. Amen.

Le Prêtre, tête inclinée, mains jointes, prie maintenant pour les morts, les yeux fixés sur les Saintes Espèces. Ce n’est qu’après avoir associé le Monde des Vivants et celui des Morts à son sacrifice qu’il pourra le consommer, en son nom et au leur :

Souvenez-vous également, Seigneur, de vos Serviteurs et de vos servantes qui vous ont précédé avec le signe de la Foi et qui dorment du sommeil de la paix:

Il lit le Mémento des Défunts : Origène Adamantius, Jacques Livron de la Tour de la Case de Martinez de Pasqually, Louis Claude de Saint-Martin, Jean Baptiste Vuillermoz, Caignet de Lestère, De Serre de Péléfique, Du Royd’Hauterive, Comte de Lusignan, Jean Jacques Bacon de la Chevalerie, et de tous les Réaux Croix. Gérard Encausse, Stanislas de Guaita, Nizier Philippe, Yvon Leloup, Jean Houssaye, Jean Bricaud, Charles Constant Chevillon, Victor Blanchard, Georges Bogé de Lagrèze, Octave Béliard, Henri Meslin de Campigny, Victor Emile Michelet, Joseph René Vilatte, Paul Miraglia, Louis François Giraud, N, etc.

A ces âmes, comme à toutes celles qui reposent dans le Christ, nous vous supplions, Seigneur, de daigner leur octroyer le lieu de rafraîchissement de lumière et de paix. Par ce même Jésus Christ, notre Seigneur. Amen.

Le Prêtre étend les bras et dit :

A nous aussi, pécheurs, qui sommes vos serviteurs et qui mettons notre espérance en l’abondance de vos Miséricordes, daignez. Seigneur, accorder une petite part en la société de vos Saints Apôtres et Martyrs: Pierre, Paul, André, Jacques, Jean. Thomas, Philippe, Barthélémy, Matthieu, Simon, Thaddée, Etienne, Ignace, Alexandre, Marcellin, Félicité, Perpétue, Agathe, Lucie, Agnès, Cécile, Anastasie, en la société desquels nous vous prions de nous admettre, sans vouloir peser nos mérites, mais en nous faisant grande largesse de miséricorde. Par Jésus Christ, notre Seigneur. Amen.

Il joint les mains, fait des signes de croix sur les espèces et dit :

C’est par lui, Seigneur, que vous créez toujours ces choses excellentes :

(+) sanctifiez-les,

(+) bénissez-les,

(+) vivifiez-les,

et donnez-les nous.

Le Prêtre découvre le calice, fait une génuflexion. prend l’hostie de la main droite, et signe avec elle le calice en disant :

Que par (+) lui.

Avec (+) lui,

Et en (+) lui,

Vous soient rendus, à vous, Père (+) tout puissant, en l’unité du Saint-Esprit (+),

Il élève l’hostie et le calice ensemble vers le ciel et dit :

… Tout honneur et toute gloire.

Il les repose, recouvre le calice, fait une génuflexion et dit :

En tous les siècles des siècles. Amen.

(les fidèles s’assoient)

Le Prêtre joint les mains et dit le Pater.

Prions.

Avertis par un commandement salutaire et formés par vos divins Enseignements, nous osons dire (il étend les bras, fixe l’hostie et dit à haute voix :) Notre Père qui êtes aux cieux, que votre Nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel, donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal, car à vous seul appartiennent le Royaume, la Justice, et la Gloire, dans les cycles d’éternité. Amen.

Le Prêtre prend la patène de la main droite et dit :

Libérez-nous, nous vous en supplions, Seigneur, de tous les maux passés, présents et futurs, et par l’intercession de la très Glorieuse Marie toujours Vierge» Panagia Théotokos, mère de Dieu, de vos bienheureux Apôtres Pierre et Paul, André, Jacques, et de tous les saints, (il se signe avec la patène, la baise, la repose et continue:) Anges et Archanges, ainsi que de tous les Saints, daignez nous accorder la Paix durant les jours de notre vie, ceci afin qu’aidés du secours de votre Miséricorde, nous soyons à jamais délivrés du péché et à l’abri de tout trouble.

Nous vous le demandons par le même Jésus Christ, votre Fils, (il fait une génuflexion, découvre le calice, prend l’hostie et la tient sur le calice en disant:) notre Seigneur, qui étant Dieu, vit et règne avec vous en l’unité de l’Esprit Saint, en tous les siècles des siècles. Amen.

Le Prêtre repose l’hostie, prend la patène de la main droite, se signe avec celle-ci, la baise, marque le fractionnement de l’hostie, repose la patène, fractionne l’hostie et fait avec la petite partie troix croix sur le calice en disant :

V) Que la (+) Paix du (+) Seigneur soit toujours (+) avec vous.

R) Et avec votre esprit.

Le Prêtre laisse alors tomber dans le calice cette parcelle d’hostie et dit :

Que ce mélange et cette consécration du Corps et du Sang de notre Seigneur Jésus Christ, que nous allons recevoir, nous soit un gage de vie éternelle. Amen.

(les fidèles se lèvent)

Le Prêtre couvre le calice, fait une génuflexion, s’incline sur le sacrement, joint les mains, et dit (en se frappant trois fois la poitrine) :

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde,

ayez pitié de nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde,

ayez pitié de nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde,

donnez-nous la paix.

Le Prêtre, profondément incliné, les mains Jointes sur l’autel, fixe son regard sur la sainte hostie en prononçant les prières suivantes :

Seigneur Jésus Christ, qui avez dit aux Apôtres je vous donne la paix, je vous laisse la paix, n’ayez point égard à mes péchés mais à la Foi de votre Eglise, et donnez-lui la paix et l’union dont vous voulez qu’elle jouisse, vous qui, étant Dieu, vivez et régnez en tous les siècles des siècles. Amen.

Le Prêtre baise l’autel et dit :

Seigneur Jésus Christ, fils du Dieu vivant, qui par la volonté du Père et par la coopération de l’Esprit Saint avez donné la Vie aux hommes en mourant pour eux, délivrez-moi par votre Saint corps et votre Précieux sang, ici présents, de tous mes péchés et de tous les autres maux; faites que je demeure attaché à vos commandements à jamais, et ne permettez pas que je me sépare jamais de Vous qui, étant Dieu, vivez et régnez avec le même Dieu le Père et l’Esprit Saint, en tous les siècles des siècles. Amen.

Seigneur Jésus Christ, que la participation à votre corps, que j’ose recevoir, tout indigne que je suis, ne tourne point à mon jugement ou à ma condamnation, mais que, par votre souveraine bonté, elle serve à la défense de mon âme et de mon corps, et qu’elle soit le remède à tous mes maux.

Vous qui, étant Dieu, vivez et régnez avec Dieu le Père en l’unité de l’Esprit Saint, en tous les siècles des siècles. Amen.

Le Prêtre fait une génuflexion, se relève et prend l’hostie entre ses mains en disant :

Voici que je prendrai le Pain des Anges et que j’invoquerai le Nom du Seigneur.

Le Prêtre, tout en tenant l’hostie de la main gauche, se frappe la poitrine trois fois en disant tout bas à trois reprises :

Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez sous mon toit, mais dites seulement une parole et mon âme sera guérie.

Le Prêtre prend, en main droite, l’hostie et trace avec elle un signe de croix “vertical” en disant :

(+) Que le corps de notre Seigneur Jésus Christ garde mon âme pour la vie éternelle. Amen.

Le Prêtre communie sous l’espèce du Pain.

Il se recueille un instant, découvre le Calice, fait une génuflexion et dit, tout en recueillant sur le corporal les parcelles d’hostie avec la patène et en les faisant

tomber dans le calice :

Que rendrai-je au Seigneur pour tous les bienfaits que j’ai reçus de lui? (il prend le calice) Je prendrai le calice du salut et j’invoquerai le nom du Seigneur.

J’invoquerai le Seigneur en chantant ses louanges et je serai délivré de mes ennemis.

Le Prêtre fait, avec le Calice, un signe de croix “vertical” en disant :

(+) Que le Sang de notre Seigneur Jésus Christ garde mon âme pour la vie éternelle. Amen.

Le Prêtre communie sous l’espèce du Vin. Il fait un signe de croix avec le calice et dit :

Faites, Seigneur, que nous conservions dans un cœur pur le Sacrement que notre bouche a reçu et que le don qui nous est fait dans le temps nous soit un remède salutaire dans l’Eternité. (les fidèles s’assoient)

Le Prêtre tend alors le Calice au servant du côté de l’Epître. et celui-ci y verse un peu de vin. Le Prêtre absorbe ce vin, mélangé aux dernières gouttes du vin consacré, en disant :

Que votre corps que j’ai reçu, Seigneur, et que votre sang que j’ai bu, s’attachent à mes entrailles, et faites, qu’après avoir été nourri par des sacrements si purs et si saints, il ne demeure en moi aucune souillure du péché.

Accordez-moi cette grâce, Seigneur, qui vivez et régnez en tous les Siècles des Siècles. Amen.

Le Prêtre présente de nouveau le Calice au servant. Celui-ci y verse un peu de vin et d’eau, avec lesquels le Prêtre se purifie de nouveau les doigts. Il boit ensuite l’ablution.

Le Prêtre essuie ensuite le Calice avec le purificatoire dont il le recouvre ensuite, suivi de la patène, du corporal et de la pale.

Le Missel est reporté à droite de l’autel.

Après avoir salué d’une inclination de tête la Croix de l’autel, le Prêtre lit la Communion :

Anges de Dieu! Bénissez le Seigneur! Chantez sa louange et célébrez-le à jamais! Anges de Dieu! Bénissez tous le Seigneur, chantez sa louange et célébrez-le pour l’éternité!

Le Prêtre lit maintenant la Post-Communion :

Anges de Dieu! Bénissez tous le Seigneur! Chantez sa louange et célébrez-le à jamais! En recevant, Seigneur, vos divins Mystères, nous étions tout à la joie de fêter vos saints Anges. Permettez donc, 0 Dieu tout puissant, souverain et éternel dominateur de tous les Esprits, que nous vous demandions leur protection pour être toujours délivrés de nos ennemis, et de l’adversité ainsi que des manoeuvres de l’Adversaire.

Faites, ô mon Dieu, qu’à l’abri de leurs ailes, nous soyons fortifiés contre toutes les difficultés, que notre existence d’ici-bas s’écoule pleine de votre Paix, que loin de nous les embûches et les pièges des mauvais demeurent à jamais infructueux et stériles, et que par la vigilante et constante protection de vos Anges saints et puissants nous puissions faire nôtre la conclusion du “Saint Livre de Job”:

L’Eternel Dieu rétablit Job dans son premier état, quand Job eut prié pour ses amis. Et l’Eternel Dieu lui accorda le double de tout ce qu’il avait possédé.

(Job.XLII. 10)

Par Jésus Christ, notre Seigneur, qui vit et règne avec vous en l’unité de l’Esprit Saint et en tous les siècles des siècles. Amen.

V) Le Seigneur soit avec vous

R) Et avec votre esprit.

V) Bénissons donc le Seigneur

R) Et rendons grâces à Dieu.

Le Prêtre, toujours mains jointes, dit alors le Placeat :

Recevez favorablement, 0 Trinité Sainte, l’hommage de ma parfaite dépendance. Ayez pour agréable le sacrifice que j’ai offert à votre Majesté, tout indigne que je suis, et faites, par votre bonté secourable, qu’il m’obtienne miséricorde, à moi comme à tous ceux pour qui je l’ai offert.

Par Jésus Christ, notre Seigneur.

Amen.

Le Prêtre baise l’autel, lève les mains au ciel, et se tourne vers les fidèles. Il fait alors, sur lui, le signe de croix de la main droite, en disant :

Au nom du Père {+), du Fils (+) et du Saint-Esprit (+). Amen.

Le servant dit alors aux fidèles :

Frères, devant le Seigneur, humiliez vos têtes.(les fidèles s’agenouillent ou se lèvent)

Le Prêtre bénit alors le Peuple en disant :

Que le Dieu tout puissant

(+) Père

(+) Fils

(+) Saint-Esprit

vous bénisse et vous garde.

Amen.

Le Missel est porté côté Evangile et le Prêtre dit :

V) Le Seigneur soit avec vous

R) Et avec votre Esprit.

Il signe l’Evangile, puis se signe avec le pouce, le front, les lèvres, et la poitrine puis continue:

Commencement du Saint Evangile selon Saint Jean.

Gloire à toi, Seigneur. Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, le Verbe était Dieu. Ceci existait dès le principe, en Dieu Toutes choses ont été faites par lui, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes. La lumière a lui dans les ténèbres mais les ténèbres ne l’ont point comprise II y eut un homme envoyé de Dieu qui se nommait Jean. Celui-ci vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tout le Monde, par lui, eut la foi. Il n’était point la lumière mais il était venu pour rendre témoignage à celui qui est la lumière.

Or le Verbe est la vraie lumière qui illumine tout homme venant en ce monde. Il était dans le monde, et le monde a été fait par lui, mais le monde ne l’a point connu. Il est venu en son propre héritage, et les siens ne l’ont point reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné le pouvoir de devenir Fils de Dieu, à ceux qui croient en son nom, qui ne sont point nés du sang, ni de la volonté de l’homme et de celle de la chair, mais qui sont nés de Dieu.

(le Prêtre fait une génuflexion) Et le Verbe a été fait chair, il a demeuré parmi nous et nous avons vu sa gloire, qui est comme la gloire du Fils Unique du Père, en la plénitude de la grâce et de la vérité.

R) Rendons grâces à Dieu.

Le Prêtre dit le Pater :

Notre Père qui êtes aux deux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel, donnez-nous notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal, car à vous seul appartiennent le Royaume, la Justice, et la Gloire, dans les cycles d’éternité.

Amen.

Le Prêtre dit ensuite l’Ave Maria :

Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

Le Prêtre dit ensuite L’Invocation :

Nous vous saluons, ô Reine, Mère de Miséricorde, notre vie, notre joie et notre espérance, notre médiation et notre salut. Enfants d’Eve, nous crions vers vous du fond de notre exil.

Nous soupirons vers vous, gémissant et pleurant en cette ténébreuse vallée de larmes, ô Fille du Père, Mère du Fils, Epouse du divin Esprit. Ô vous, notre avocate, tournez vers nous, Vierge Sainte, vos regards miséricordieux. Et après l’exil de cette vie, montrez-nous Jésus, le Fruit béni de vos entrailles.

Ô tendre, ô aimante, ô très douce Vierge Marie. Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu, afin que nous devenions dignes des promesses de notre Seigneur Jésus Christ.

Amen.

Prions –

Dieu tout puissant et éternel, qui par un prodige de bonté et de miséricorde pour le salut commun des hommes, avez choisi pour Prince de votre Eglise le très glorieux Archange Michaël, rendez-nous dignes, nous vous en prions, d’être délivrés, par sa bienveillante protection, de tous nos ennemis, afin qu’à notre mort aucun d’eux ne puisse nous inquiéter, mais qu’il nous soit donné d’être introduits par lui en la présence de votre Puissante et Auguste Majesté.

Par les mérites de Jésus Christ, notre Seigneur. Amen.

Très glorieux Prince des Armées du Ciel, Saint Michaël Archange, défendez-nous dans le combat quotidien. Gardien fidèle des âmes, vainqueur des esprits rebelles, favori de la Maison de Dieu, notre admirable guide après Jésus Christ, vous dont l’excellence et la vertu sont suréminentes, daignez nous délivrer de tous les maux et de toutes les adversités, nous tous qui recourons à vous avec confiance.

Par Jésus Christ, notre Seigneur.

Amen.

Le Prêtre se tourne vers les fidèles, après avoir baisé l’autel, croise ses bras sur la poitrine en croix de Saint André, et dit :

V) Le Seigneur soit avec vous

R) Et avec votre Esprit.

V) Allez, la Messe est dite,

R) Rendons grâce à Dieu.

Fin de la Messe des Anges

Commentaires Facebook