Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 22 juillet 2019

Le Onzième Degré de l’OTO – Formule AD par Spartakus FreeMann. 

Fais ce que tu veux sera le tout de la Loi.

Dans le domaine de l’ésotérisme, voilà bien un grade qui fait fantasmer, le XI° degré de l’Ordo Templi Orientis (OTO). Que n’a-t-on écrit sur celui-ci, que ne lui a-t-on prêté comme pratiques étranges et « amorales » ?

Aucun autre rite que ceux du IX° (magie sexuelle hétérosexuelle) et du XI° (magie sexuelle homosexuelle) de l’OTO ne sont considérés comme ayant autant de pouvoir – du moins au niveau fantasmatique. Il y a un concept tantrique de la rétention de la semence et de la chaleur interne qu’elle crée par l’union de Hadit et de Nuit, car comme l’enseignent les hindous, cette énergie remonte l’épine dorsale afin d’atteindre le Sahasrara Cakra. La femme dans les réunions sexuelles n’est pas amenée à l’orgasme ; créant en son intimité une chaleur qui initie sa propre expérience de la Kundalini. Aucun Enfant Magicke n’est produit, mais le Moi est détruit. Nous pouvons alors obtenir une Formule fonctionnant à un niveau alchimique avec la polarité de la destruction interne. On peut appeler cela de la chasteté, qui n’est pas la formule de l’ancien Eon par la voie de la prohibition sexuelle de l’Église catholique romaine. Mais plutôt c’est une œuvre intime qui est « invisible et qui réside en son propre lieu ».

Parmi ses mérites, il y a le fait qu’aucun Enfant Magicke n’est à nourrir. La grossesse est honnie, car l’acte sexuel doit se faire avec de nombreux partenaires au sein du cercle afin de donner l’opportunité d’accroître la puissance et l’efficacité du Cercle sans en craindre une brisure potentielle.

Nous avons donc décidé de publier ce court travail largement basé sur des travaux anglais (puisque nous ne possédons pas ce grade). Nous espérons qu’il permettra au moins de dégager le vrai du brouillard des ragots et des rumeurs.

Les sources disponibles sur le XI° degré sont très rares, et c’est Crowley lui-même qui nous en parle dans son journal de 1916 :

« Je suis incliné à penser que le XI° degré est meilleurs que le IX°… O, combien est supérieur l’Oeil d’Horus dans la Bouche d’Isis ! »

Et dans le Liber CXCIV :

« Du XI° degré, de ses pouvoirs, privilèges et qualifications, rien n’en est jamais dit dans aucun grade. Il n’a aucune relation avec le plan général de l’Ordre, il est impossible à scruter et réside dans son propre lieu. »

LIRE  Bref Historique de l'Ordo Templi Orientis

Et dans le Liber ABA, nous pouvons lire le passage suivant :

« L’initié au XI° de l’OTO remarquera qu’il y a une formule totalement différente de ALIM, complémentaire à celle dont nous avons parlé. 81 peut être considéré comme le nombre de Yesod plutôt que celui de la Lune. La signification véritable du mot peut être obtenue comme une indication de la formule. On peut se référer à Aleph en tant qu’Harpocrate avec une allusion au poème bien connu de Catulle. Lamed peut impliquer une exaltation de Saturne et suggère le Trois d’Épée d’une manière particulière. Yod nous rappellera alors Hermès et Mem le « Pendu ». Nous avons ainsi un Tétragramme qui ne contient aucune composante féminine. La Force initiale est ici le Saint Esprit et son véhicule ou arme « l’Épée et la Balance ». La Justice est alors faite sur la Vierge mercurielle avec le résultat que l’Homme est « Pendu » ou étendu. Une telle opération rend la création impossible – comme dans le cas précédant ; mais, ici il n’est pas question de réarrangement ; la force créatrice est employée délibérément pour la destruction et est entièrement absorbée en sa propre sphère (ou cylindre selon les équations d’Einstein) d’action. Cette Œuvre doit être considérée comme « Sainteté du Seigneur ». Les Hébreux, en fait, conféraient le titre de Qadosh (Saint) à ses adeptes. Ses effets sont de consacrer les Magiciens qui entreprennent cette voie particulière. Nous pouvons également prendre note de la correspondance du Neuf, Teth XI, Lion et Serpent. Les grands mérites de cette formule sont qu’elle évite le contact avec les plans inférieurs, qu’elle est elle-même auto suffisante, qu’elle n’implique aucune responsabilité et qu’elle laisse ses maîtres plus forts en eux-mêmes, mais totalement libres de remplir leur Nature essentielle. Son abus est une abomination ».

Le poème de Catulle (le n° 102) dont nous parle ici Crowley parle de la confiance dans le silence et aux amis loyaux dont le silence est réciproque.

Ici, Crowley transforme la formule d’ALIM (אלהים) qui possède une valeur numérique de 81 comme symbole du XI° degré qui se voit attribuer Yesod et ses pouvoirs destructeurs.

Une note de Grant dans le Magie en Théorie et Pratique nous dit ceci au sujet de la Formule d’ALHIM et d’ALIM :

« Le XI° de l’OTO est un rite qui emploie la sodomie (avec un homme ou une femme). La signification du mot Yesod en est le fondement et le point fondamental. Alors que la Formule de ALIM (81) implique l’utilisation du courant lunaire, celui de Yesod implique, dans ce contexte, le XI°. Harpocrate est la « graine vagabonde », c’est-à-dire ce dieu du silence qui exemplifie la gestation. La colombe dans le poème de Catulle se connecte de la même manière à Aleph, l’air ou l’esprit, c’est-à-dire la graine. Crowley utilise des symboles astrologiques et tarotiques afin d’indiquer une voie occulte de l’acte sexuel, mais une voie dans laquelle la création est bannie. L’utilisation de cette formule pour d’autre but que magickes était interdite par Crowley ; d’où sa dénonciation de celle-ci comme abomination ».

LIRE  Kether

Les Emblèmes du XI°.

1. L’Oeil d’Horus – l’Anus :

L’Oeil d’Horus est identifié par Crowley à l’Oeil de Shiva qui détruit l’univers lorsqu’il s’ouvre. La destruction est consistante avec l’idée que la perfection ultime est néant ; en nous donnant une référence à l’Aïn Sof Aur, ou quatrième puissance du Sphinx. L’attribution par King de l’anus à cet emblème nous offre quelque chose qui valide l’idée que le sexe anal était d’importance pour Crowley, comme cela nous l’est déjà proposé dans son œuvre Bagh-I-Muattar. Dans le IX° gradre, Yesod est la vulve et l’énergie s’y écoule vers le haut et Tiphereth, par le Chemin de Samekh. Cependant, dans le XI° degré, Yesod est l’anus qui se meut vers le bas, vers Malkhuth.

2. L’Oeil Aveugle qui Pleure – le Phallus :

Le Phallus devient l’Oeil d’Horus et la semence émise de lui sont comme les hommes chutant de la Tour d’Atu. Ils tombent de Yesod et font leur chemin vers Malkhut par la Voie de Tav. La « matière » de l’anus commence par un processus alchimique de putréfaction. C’est pourquoi le produit de l’anus est utilisé comme fertilisant et en sa décomposition, il offre la chaleur qui détruit la graine.

Crowley affirme dans son essai sur la Tour Atu :

« À côté de cela, il y a une technique magique spéciale qui est expliquée ouvertement seulement aux initiés du XI° degré de l’OTO ; un grade si secret qu’il n’est même pas donné dans les documents officiels. Il ne doit même pas être compris par l’étude de l’Oeil dans Atu XV. Peut-être est-ce légitime de mentionner que les sages arabes et les poètes perses ont écrit sur le sujet ».

LIRE  Les liens dangereux de l’Ordo Templi Orientis

Voici ce que l’on peut déduire des notes de Crowley dans le Liber Samekh, aidé en cela par le Liber 805, formule AD de Magie en Théorie et en Pratique :

AD-ON-A-I = 65 EQ = 6. AD est la formule paternelle ; Hadit ON est son complément ; Nuit A est le Saint-Esprit ; l’Enfant dans l’œuf qui précède toujours l’apparence de : I, le Yod final ; l’Ermite (qui signifie « mien » étymologiquement et selon le symbole EQ il signifie le Mercure, transmis par la graine virginale hermaphrodite).

AD ce sont les deux chemins qui possèdent en commun Hockmah et l’essence de Hokhmah est Abrahadabra qui révèle Hadit, le Magicien.

ALIM :

Aleph : Alpha, le Fou et le commencement. Le nœud de la Lune, Caput Draconis, la tête, le futur, le Bon Oeil.

Lamed : ajustement et jugement par Saturne exalté, Cauda Draconis, la passé, le Mauvais Oeil.

Yod : Aleph extrait en tant que Yod, le candidat au Plérôme, l’ouverture de l’Oeil.

Mem : Yod absorbé par les eaux sans fin.

De Arcano Nefando

Du Liber Aleph :

« O, mon Fils apprend ceci concernant la Magick, que le Yang se meut et donc se donne lui-même Eternellement ; mais le Yin ne se meut point, cherchant toujours à enclore et à restreindre, reproduisant en sa mémeté les Impressions par elle produites, cependant sans Rémission. Le Tao absorbe tout sans Reproduction, ainsi laisse le Yang y retourner et ne le laisse point retourner au Yin. Et de ce que tu peux comprendre de ceci, je dis : « c’est un Mystère de l’OTO. Car le Soleil ne se lève pas et entre afin de frapper l’Autel du Ministre par les Grandes Portes de l’Occident, mais, par la Rose Ouriel se fait-Il une Voie et une Avancée en Sa Cérémonie. O, mon Fils, les Portes d’Argent sont grandes ouvertes et elles te tentent par leur Beauté : mais par la Porte Etroite d’Or Pur entreras-tu dans le Sanctuaire. Vois ! Tu ne connais combien parfaite est cette Magick ; elle est la plus précieuse et la plus sainte Arcane. Qu’est-ce qui est alors semblable à mon Amour pour Toi, qui j’accorde ce Trésor de ma Sagesse ? Mon Fils, ne le néglige point ; car c’est l’Exorcisme des Exorcismes, et l’Enchantement des Enchantements ».

Le Onzième Degré de l’OTO – Formule AD, Spartakus FreeMann, Nadir de Libertalia, juin 2004 e.v. 

Image par Pete Linforth de Pixabay