Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 27 décembre 2015

Par Mariette Cyvard

La région Nord-Pas-de-Calais-Picardie comporte plusieurs groupes ou loges selon des appellations qui ont varié au cours des temps.

Un groupe est constitué d’un nombre variable d’adhérents, d’un collège d’officiers présidé par un initiateur. Cet officier met en oeuvre la transmission des degrés d’associé et d’associé-initié, les grades de Supérieur Inconnu ou Serviteur Inconnu ou SI. Il préside aux travaux courants.

Le rituel pratiqué est celui mis en ouvre lors de l’union des ordres martinistes et pratiqué par Philippe Encausse, fils de Papus, et ses successeurs, Irénée Séguret et l’actuel Grand Maître de l’ordre.

Notre groupe martiniste étudie la pensée de Louis Claude de Saint-Martin à travers son ouvrage « l’homme de désir ».

Les exposés portent sur des sujets variés

Le but de ces travaux est de permettre au personnage qui présente sa recherche de trouver sa personnalité véritable, de trouver en lui la personne que la vie profane permet rarement de révéler. Nous appelons cela grandir.

Le symbolisme du temple, du rite est analysé. L’objectif est de comprendre ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons.

Qui peut devenir Martiniste ?

Une femme ou un homme sollicite son entrée dans le groupe. La demande est examinée avec bienveillance si elle est fondée sur un désir vrai de transformation personnelle, un désir de travail intellectuel et cardiaque.

Des ouvriers, des chômeurs ou des mères de famille fréquentent ou ont fréquenté ce groupe, comme des universitaires, des médecins ou des professeurs.

C’est à l’écoute de l’autre que nous cheminons, ensemble, vers la lumière. Nous ne cherchons pas des titres pompeux et inutiles !

LIRE  Des couleurs des Élus Coën

Il est nécessaire d’être majeur pour entrer dans ce groupe et lorsque le majeur est encore sous la dépendance familiale, l’autorisation formelle de la famille est sollicitée. Pour les personnes qui vivent avec un « conjoint », l’autorisation du conjoint est sollicitée. Des mineurs, autorisés ou accompagnés par les parents, pourraient adhérer.

À chacun selon ses possibilités, à chacun selon ses capacités, et nul n’est dispensé de multiplier les efforts nécessaires pour devenir un SI.

La vie professionnelle, elle non plus, ne doit pas être perturbée par l’adhésion au groupe.

Qu’est-ce qu’un Martiniste dans ce groupe ?

Mon premier contact avec l’ordre remonte à 1960, affirme Mariette Cyvard, et, je n’ai pas encore de moule qui permette de fabriquer un martiniste ou de vérifier si les adhérents sont des martinistes selon des normes que je ne connais pas.

Un martiniste est un chrétien, il est à l’écoute de lui-même, il est à l’écoute d’autrui. Il est discret, il est un « homme de bonne volonté ». Il est prêt à dépouiller « le vieil homme » selon l’expression initiatique.

Chacun vit sa vie familiale, professionnelle, sociale, initiatique selon les normes qui lui sont propres. La vie initiatique passe en quatrième position, nous demandons de lui consacrer une soirée par mois, 10 fois par an.

Si vous désirez ajouter d’autres critères, ce seront les vôtres et non ceux du groupe.

Vous venez chez nous pour partager un cheminement

Pour cheminer, il est nécessaire de prendre conscience de ce qui vous est utile, de ce qui vous est nécessaire.

LIRE  Le Rite de l’Alliance, par Sâr Aurifer SI

Si vous choisissez d’accroître les difficultés de votre vie profane, nous n’approuvons, ni ne désapprouvons. Le temps perdu n’est bon pour personne, la souffrance n’est bonne pour personne. Souffrir n’apprend pas à vivre, la misère ou la pauvreté ne rapprochent pas du Christ.

Une secte !

La folie actuelle des médias voudrait que vous entriez dans une secte !

Les martinistes partagent la passion du martinisme, du travail, du service.

Ils entrent « libre et de bonne moralité ». Ils sortent librement et sans dérèglement moral.

Ils respectent les lois naturelles, sociales, familiales, professionnelles de l’État français.

Ils suivent la mode vestimentaire qui leur plaît

Ils mangent selon leurs besoins et leurs désirs.

Ils jouent leurs rôles dans la société aussi bien qu’il leur est possible. Ils défendent leur devoir d’existence, leur droit à la différence par la liberté de pensée, la liberté de conscience. Ils vivent et rien de très particulier ne les distingue dans leur milieu. Ils vivent le martinisme, comme d’autres vivent leur passion des timbres, du jeu d’échec ou du football.

Ils adhèrent à une association loi de 1901, ils peuvent très facilement démissionner ou ne plus participer activement.

Les coûts sont des coûts de fonctionnement, connus avant l’adhésion.

Le président du groupe est président depuis la fondation effective le 16 mai 1981. Il vit par sa retraite de professeur.

Adhérer ?

Adhérer à l’ordre martiniste, pourquoi pas ! Adhérer à un ordre martiniste, pourquoi pas ! Si vous êtes motivé !

Quelles différences faites-vous entre la maçonnerie et le martinisme que vous pratiquez ?

LIRE  Martinésisme Martinisme Willermozisme et Franc-Maçonnerie

Un rituel est utilisé ici et là. Des hommes travaillent sur eux-mêmes, ici et là. Les « hauts grades » existent et ceux qui pratiquent le martinisme et les grades de 4ème ou 18ème savent parfaitement où ils mettent les pieds. Les martinistes ne pratiquent pas les grades bleus de la maçonnerie. Cela n’est pas une obligation dans certains ordres martinistes, mais il est vrai que cela constitue un manque pour comprendre tout ce qui est vécu en martinisme.

Certains ont besoin de vivre les grades bleus pour mieux intégrer les données du martinisme.

Il y a au sein de la grande loge de France au moins 2 loges se référant à la pensée martiniste : les loges Papus et Gérard Encausse. Au sein de la gltso, la loge la France fait souvent référence à la pensée martiniste, le RER en son ensemble fait référence au martinisme.

Une différence fréquente entre la maçonnerie et le martinisme est que les martinistes ne pratiquent pas la salle humide.

J’ai dit.

Mariette Cyvard, 2001