Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 28 mai 2019

L’Épée Flamboyante et le Sentier du Serpent dans l’Arbre de Vie par Spartakus FreeMann & Prospéro. 

On décompose ce rituel en deux parties distinctes : la descente de l’Épée Flamboyante (Kether-Malkhuth) et la Remontée (ou Voie) du Serpent (Malkhuth-Kether).

KETHER-MALKHUTH (Épée Flamboyante)

Ce premier mouvement est considéré dans la tradition kabbalistique comme véhiculant les secrets de la Création. Ce mouvement se rapporte au macrocosme – à l’univers qui nous entoure. Sur l’Arbre de Vie lui-même, ce Sentier, ou cette Voie, démarre de Kether et aboutit à Malkhuth dans une course en zigzag que l’on appelle « Épée Flamboyante ». Cette Voie est la course primordiale de l’énergie créatrice au travers des Sephiroth au travers des trois Piliers (Miséricorde, Rigueur et Milieu). Son voyage commence dans le Monde d’Atziluth afin de se rendre dans le monde de Assiah au travers du Monde de Yetsirah et du Monde de Briah.

L’Épée Flamboyante a encore une autre signification dans la Kabbale : la Tradition veut que chaque Sephiroth prenne la forme d’un centre d’énergie déséquilibré et sans harmonie. Ce déséquilibre est personnifié en tant qu’entité démoniaque – ou « puissance négative » — que l’on met en parallèle avec les Klippoth ou « coques négatives ». L’harmonisation et l’équilibrage de chaque Sephirah par la descente de l’énergie de la création prennent la forme d’une image de la guerre contre les puissances du chaos. Ainsi, l’Épée, dans sa descente dans l’Arbre de Vie, devient un talisman pour vaincre les forces destructrices ; ainsi, en magie, la formule de l’Épée est une arme nécessaire pour le magicien afin d’équilibrer son être – en utilisant ainsi la formule dans le domaine du microcosme.

Sentier du Serpent dans l’Arbre de Vie

L’Épée et le Psaume 18

La tradition kabbalistique relie la descente de l’Épée dans ses phases successives avec les mots du Psaume 18, versets 8 à 16.

« 8 Il s’élevait de la fumée dans ses narines, Et un feu dévorant sortait de sa bouche : Il en jaillissait des charbons embrasés.

9 Il abaissa les cieux, et il descendit : Il y avait une épaisse nuée sous ses pieds.

10 Il était monté sur un chérubin, et il volait, Il planait sur les ailes du vent.

11 Il faisait des ténèbres sa retraite, sa tente autour de lui, Il était enveloppé des eaux obscures et de sombres nuages.

LIRE  Le Rituel Kabbalistique de l’Epée Flamboyante

12 De la splendeur qui le précédait s’échappaient les nuées, Lançant de la grêle et des charbons de feu.

13 L’Éternel tonna dans les cieux, Le Très-Haut fit retentir sa voix, Avec la grêle et les charbons de feu.

14 Il lança ses flèches et dispersa mes ennemis, Il multiplia les coups de la foudre et les mit en déroute.

15 Le lit des eaux apparut, Les fondements du monde furent découverts, Par ta menace, ô Éternel ! Par le bruit du souffle de tes narines.

16 Il étendit sa main d’en haut, il me saisit, Il me retira des grandes eaux ; »

*****************

8 ותגעש ותרעש הארץ ומוסדי הרים ירגזו ויתגעשו כי חרה לו

9 עלה עשן באפו ואש מפיו תאכל גחלים בערו ממנו

10 ויט שמים וירד וערפל תחת רגליו

11 וירכב על כרוב ויעף וידא על כנפי רוח

12 ישת חשך סתרו סביבותיו סכתו חשכת מים עבי שחקים

13 מנגה נגדו עביו עברו ברד וגחלי אש

14 וירעם בשמים יהוה ועליון יתן קלו ברד וגחלי אש

15 וישלח חציו ויפיצם וברקים רב ויהמם

16 ויראו אפיקי מים ויגלו מוסדות תבל מגערתך יהוה מנשמת רוח אפך

Les lettres hébraïques du diagramme 2 sont des aides mémoires pour ce texte, chaque paire comprenant la première et la dernière lettre du verset attribué à une phase spécifique de la course de l’Épée.

Celui qui médite suit le chemin de l’Épée à partir du sommet de l’Arbre (Kether), au travers des puissantes influences des sphères (les 8 Sephiroth), vers la région de la Terre (Malkhuth) – où il doit entreprendre le chemin de retour.

À la fin de la séquence de versets, ayant tracé le Sentier de l’Épée de Kether à Malkhuth, le méditant déclare : « Il me retira des grandes eaux ». Car il y a de nombreuses eaux, de nombreux aspects de l’eau. L’eau en tant que symbole de l’affliction et de la peine se retrouve dans de nombreux psaumes, mais dans d’autres, l’eau est un symbole de pureté et de santé, de vie préservée et renouvelée. Elle est aussi un symbole de naissance ; dans la Sphère de Malkhuth, elle rappelle le verset 1, 9 de la Genèse « Et Élohim dit : Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec paraisse. Et cela fut ainsi ».

LIRE  Malkhuth

Cette série de versets issue du Psaume 18 est pleine de significations kabbalistiques, et à divers niveaux. L’étudiant en magie devrait entreprendre l’étude de cette symbolique, c’est là un acte magique en lui-même.

Signification mystique de chaque verset :

1.Cette première phrase de l’Épée est émise en Kether et se propage vers Hokhmah.

2.Cette seconde phrase émise en Hokhmah se répand en Binah.

3.Cette troisième phrase émise en Binah se répand en Hessed.

4.Cette quatrième phrase émise en Hessed se répand en Guebourah.

5.Cette cinquième phrase émise en Guebourah se répand en Tiphereth.

6.Cette sixième phrase émise en Tiphereth se répand en Netzach.

7.Cette septième phrase émise en Netzach se répand en Hod.

8.Cette huitième phrase émise en Hod se répand en Yesod.

9.Cette neuvième phrase émise en Yesod se termine en Malkhuth.

MALKUTH – KETHER (Le Sentier du Serpent)

Ce second mouvement est associé avec le travail de la rédemption ; de la transformation et du soin de l’esprit humain. Ce mouvement est celui du microcosme – de l’univers en nous. La descente des énergies décrite dans l’Épée Flamboyante est équilibrée par un courant d’énergie remontant de Malkhuth à Kether. Ce courant suit un sentier sinueux complexe et dans l’imagerie traditionnelle de la Kabbale il est symbolisé par l’image du Sentier du Serpent.

Cette course qui peut paraître étrange de prime abord, n’est pas du tout due au hasard. Le Sentier du Serpent représente l’ouverture des sentiers entre les Sephiroth dans la conscience. Plus précisément, il représente l’ouverture de ces Sentiers dans un ordre équilibré, s’élevant de la base de l’Arbre vers la Couronne et ouvrant les niveaux les plus élevés de la conscience.

L’Épée Flamboyante et le Sentier du Serpent

Le Sentier du Serpent est lié aux principes de la polarité. Tout d’abord, le mouvement d’un côté à l’autre de l’Arbre, d’un pilier à l’autre et ensuite en sens inverse fait écho à la route en zigzag de l’Épée Flamboyante. Ensuite, et plus important encore, chacun des sentiers entre les Sephiroth est lui-même un lien dans la polarité ; une force d’équilibre créé par le conflit entre deux Sephiroth en interaction. Chaque courbe du Serpent représente donc une polarité équilibrée. En terme de microcosme humain, le Sentier représente la jonction de deux aspects de la conscience dans une totalité plus élevée.

L’Épée Flamboyante et le Sentier du Serpent, Spartakus FreeMann, mai 2008 e.v.

Appendice

La très puissante conjuration du Serpent et de l’Épée

LIRE  Sun Tsu

Repris d’un manuscrit de Crowley du Harry Ransom Humanities Research Center, Université du Texas à Austin.

L’Exordium I par Allan Bennett

Donner le Signe de l’Entrant, taper du pied une fois.

« J’en appelle à toi, O Toi, majestueux et puissant Esprit N., je Te commande, je Te force, je Te contrains, et avec puissance Te conjure par le Signe de l’Entrant et de l’Aube du Jour, par le Signe du silence et des Ténèbres de la Nuit par l’Arbre de la Vie au milieu du Jardin par le Serpent de la Sagesse et l’Épée Flamboyante qui constituent ensemble les 32 Sentiers de la Sagesse, par l’Autel Cubique de l’Univers et par les Éléments disposés sur Lui par les Piliers sur lesquels repose l’Édifice du Temple.

Que Tu viennes ici maintenant en ce temps présent et en ce lieu sous forme visible et agréable au sein de ce Triangle Magique qui est devant le Cercle de l’Art, pour répondre à mes questions et exaucer tous mes souhaits ».

L’Exordium II – Crowley et Bennett

Taper du pied une fois ou Frapper le talisman avec l’Épée de l’Art.

« J’en appelle à toi, O Toi, majestueux et puissant Esprit N., je Te commande, je Te force, je Te contrains, et avec puissance Te conjure

1.par le Signe de l’Entrant et l’Aube du Jour 2.par le Signe du silence et des Ténèbres de la Nuit. 3.par l’Arbre de la Vie 4.par le Serpent de la Sagesse 5.par l’Épée Flamboyante dans le Nom de Trente-Deux lettres 6.par l’Autel Cubique de l’Univers et par les Éléments disposés sur Lui 7.par les Piliers sur lesquels repose l’Édifice du Temple Et par Moi-Même : Que Tu viennes ici maintenant en ce temps présent et en ce lieu sous forme visible et agréable au sein de ce Triangle Magique qui est devant le Cercle de l’Art ».

Ceci est répété 4 fois car 4 x 7 = 28 – [חב] et 4 x 8 = 32.

Illustration par DarkWorkX de Pixabay