Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 23 avril 2016

Anatomie du Corps de Dieu : chapitre I, par Frater Achad

Au Nom de l’Unique, par la Grâce du Dieu Tri-Un & par la Faveur & le Mandat du Fils Toujours Naissant, je vais à présent tenter d’exposer ce qui m’a été révélé.

Primo, laissez-moi exposer ma conviction que cet Univers est l’Œuvre Parfaite d’un Être Parfait, & que toutes les imperfections apparentes ne sont dues qu’aux limites de notre conscience finie, afin que même celles-ci contribuent à une plus grande Perfection du Tout.

Secundo, je crois qu’il existe un Ordre Suprême & Parfait en toutes choses, en dépit de tout désordre apparent qui, à nouveau, n’est que le résultat des restrictions en l’homme lui-même.

Tertio, l’essence de l’Ordre consiste en un parfait ajustement des parties pour le bien du Tout, afin que ce qui est le plus complexe soit le plus parfait ; mais cette complexité même est due à la combinaison de quelques Idées Ultimes qui construisent la Pensée Unique de l’Être Suprême.

Je suis enclin à croire que la perfection de l’Univers est progressive, à un tel point que le Tout peut s’étendre & devenir de plus en plus complexe & de plus en plus grand tout en restant en accord avec l’Ordre Unique qui prévaut dans la moindre parcelle de ses atomes jusqu’à sa vaste & inconcevable circonférence. Je suis enclin à croire que cet univers fini n’est pas sphérique, bien que tendant toujours à le devenir tandis que sa substance se matérialise. En d’autres mots, que la Lumière précède la Vie qui est Sa Substance, & que la Vie précède la Matière qui est Sa substance. Ainsi, les rayons de Lumière peuvent se propager sous la forme d’une Étoile tandis que la Vie toujours en devenir & la substance matérielle tendent à s’étendre sous la forme d’une Sphère. Les rayons projetés, pour ainsi dire, ramènent le Chaos primordial plus facilement que ne le ferait une simple sphère qui s’étendrait uniformément dans toutes les directions. Cette conception implique au moins une possibilité que je vais à présent démontrer.

Il y a un autre point important que je voudrais mentionner. Le Monde Spirituel des Idées est un Ordre Parfait ; le Monde Matériel de la Substance est un Ordre Parfait ; l’Âme du Monde & de l’Homme qui en est le résultat est capable d’appréhender cet Ordre Parfait.

Et, de même, l’esprit de l’Homme est parfait, son corps est fait à l’Image & à la Semblance de Dieu & de l’Univers, mais son âme, possédant en son sein le pouvoir du choix personnel, ou volonté, qui seul lui permet de progresser de manière libre & intelligente, est en même temps susceptible de se susciter des distorsions si la volonté personnelle est mal utilisée ou restreinte. En ce cas, l’Œil de l’Âme voit des choses en dehors de leurs proportions & ordres, & cet astigmatisme doit alors être corrigé. Autrement, l’homme est dans l’illusion, auto-générée, qui, cependant, en aucune manière ne peut interférer avec l’Ordre Véritable de l’Univers, mais tend simplement à le confiner & l’empêcher de jouir de son héritage dans toute sa plénitude.

Ainsi, le Grand Œuvre de l’Homme consiste en l’ajustement de l’âme, ou de la Sphère Intellectuelle, afin qu’elle porte une parfaite ressemblance & correspondance avec l’Ordre Matériel & Naturel de l’Univers &, en même temps, manifeste sa relation avec l’Ordre Suprême ou Archétypal. Cette possibilité de distorsion dans l’âme l’a plongée dans les pires troubles, mais à moins que cette âme ne soit plastique, elle ne peut s’étendre & assumer le Plan du Grand Univers. L’œuvre de l’homme consiste en la construction de son âme aux moyens de sa volonté personnelle & de l’imagination créatrice, sous la direction & la guidance de la Volonté de l’Univers, dans le même Schéma Universel qui doit être découvert dans la Pensée Unique de Dieu.

Mais comment l’homme trouvera-t-il ce Plan sur le Tréteau du Grand Architecte ? Il peut toutefois essayer intelligemment de le faire, ainsi que nous désirons le montrer.

Puisque l’Ordre Parfait consiste en une juste relation ; un ajustement & un ratio corrects de toutes les parties dans la subordination des Idées du Tout, nous devons tout d’abord considérer quelques-uns des prérequis nécessaires à cet Ordre.

L’Arbre de Vie des kabbalistes a été appelé le « Minutum Mundum » ou « Petit Univers » & les étudiants de la Kabbale sont conscients que ce système possède de plus grandes possibilités qu’une simple classification de chaque chose au sein de l’Univers, ou idée dans l’esprit de l’homme. L’Univers, pour chacun de nous, consiste en ce que nous sommes capables d’appréhender de lui. Certains se satisfont de se sentir unis avec une partie très limitée de l’Univers ; d’autres réalisent que s’ils pouvaient, ne fût-ce qu’une seule fois, appréhender le Véritable Plan, tout pourrait alors être compris spirituellement. Mais ce Plan a été perdu, ou du moins il semble l’être.

Dans le Livre IV, Partie III nous pouvons lire : « Un excellent homme de grande intelligence, un kabbaliste instruit, surprit un jour Frater Perdurabo en disant que l’Arbre de Vie était le schéma de l’univers. C’est comme si quelqu’un soutenait que le chat était une créature construite par la disposition des lettres C-H-A-T dans cet ordre. Il n’y a pas de doute que la Magick a excité le ridicule & la stupidité, puisque même des étudiants éduqués peuvent être coupables de si patentes violations des premiers principes du sens commun ».

Je peux dire que je n’ai pas la moindre idée de qui était cet excellent homme & que j’ai un grand respect pour les idées de Frater Perdurabo, mais, au risque de tomber dans le même vice que ce « guerrier inconnu », je romprai pour une fois avec Frater Perdurabo sur ce point, avant que ce traité ne soit terminé.

En attendant, laissez-moi renvoyer les étudiants de la Sainte Kabbale aux schémas divers de l’Arbre de Vie qui peuvent être en leur possession.

Examinons, par exemple, ceux que l’on trouve dans l’Introduction à l’Étude de la Kabbale de Westcott, dans la traduction de la Kabbala Denudata de Mathers[1], dans Morales & Dogmes de Pike, dans Ancients Faiths de Inman, dans The Equinox Volume Un, Numéro 2, page 243, dans Doctrine & Littérature de la Kabbale de Waite, dans le traité de Ginsburg sur le sujet, dans le frontispice du Liber 777, etc., & nous remarquerons une chose vraiment frappante : ils varient tous grandement dans leurs proportions. Quelques-uns, comme nous le verrons, sont allongés & fins, d’autres courts & étriqués. Seul le 777 donne un Arbre bien proportionné.

Il semblerait que cet aspect important de la proportion n’ait reçu que peu ou pas d’attention du tout par le passé. Mais, laissez-moi à nouveau vous renvoyer à l’antique Sefer Yetsirah (comme je le fis pour la disposition des Sentiers dans Q.B.L.) ; nous pouvons y lire « Fixe le Plan en sa Pureté» afin de «replacer la Puissance Formatrice sur Son Trône», ou de « restaurer l’Outil de l’Ouvrier en Son Lieu».

L’auteur de ce vieux traité ne faisait-il qu’utiliser des mots creux, ou voulait-il dire exactement ce qu’il écrivait ? Il est possible qu’il ne sût pas comment le faire lui-même, puisque le manuscrit du Sefer Yetsirah ne contient aucun diagramme de l’Arbre de Vie ; mais, dans tous les cas, nous pouvons au moins essayer de suivre ses indications & tenter, si possible, de découvrir plus avant la Lumière à partir de l’étude des véritables proportions de l’Arbre.

La formation de l’Arbre de Vie est entièrement géométrique & comme on peut s’y attendre, nous trouvons les plus simples éléments de la géométrie à sa base : le Point, la Ligne, le Cercle, le Triangle & les Figures à angles droits.

La méthode adéquate pour trouver les centres corrects des Dix Sephirot, & donc les Points connectés par les Sentiers, est comme suit : sur une ligne verticale, tracez avec un angle de compas inchangé quatre cercles, le centre de chacun de ceux-ci étant la ligne, le point où l’arc supérieur du cercle inférieur coupe la ligne formant le centre du cercle du dessus et ainsi de suite[2].

Donc :

Figure 1

Le centre du cercle supérieur donne le Point Central de Kether, les intersections du premier & du second cercle, les centres de Hokhmah & de Binah (les intersections du second & troisième cercle forment le centre de Hessed & de Guebourah), le centre du troisième cercle est Tiphereth, les intersections du troisième & du quatrième cercle indiquent le centre de Netzach & de Hod, le centre du quatrième cercle est Yessod & le point inférieur de cette intersection avec la ligne verticale est Malkhut.

Cette méthode produit une Figure parfaitement proportionnée de l’Arbre de Vie & les Sentiers peuvent être dessinés en joignant les divers points. Ainsi :

Figure 2

Dans la Franc-Maçonnerie, la Géométrie est considérée comme « la première & la plus noble des Sciences » & comme « le commencement de tout enseignement». L’Une des figures les plus simples est produite par l’intersection de deux cercles, formant ainsi ce qui est connu sous le nom de Vesica Piscis[3].

Les curieuses & merveilleuses propriétés de la Vesica Piscis & du Rectangle formé par sa longueur & sa profondeur, ont été l’objet de profondes spéculations &, peut être nulle part ailleurs n’ont elles été mieux décrites que dans le Magister Mathesios par notre Frère Sydney T. Klein[4]. Je suis certain qu’il ne verra aucune objection si je cite quelques passages de son œuvre[5], qui a ouvert mes yeux à merveilleux paysages.

Après avoir discuté des propriétés du Carré maçonnique, obtenu par le triangle rectangle au moyen des mesures 3, 4 & 5 de côté, il souligne qu’une vague d’enthousiasme doit avoir submergé le monde lorsque l’on a découvert cette géométrique manière de créer un angle droit tel que donné par Euclide I, 11 est basée sur un triangle équilatéral obtenu par la jonction du vertex avec le centre de la base.

« Ce Triangle équilatéral» écrit-il, « était le plus ancien symbole, en connexion avec le Vesica Piscis, que nous connaissions du Logos Divin &, comme la Bible a déclaré que l’univers fut créé par le Logos, ainsi est formée la Loge qui représente l’univers qui fut créé naturellement au moyen du Triangle équilatéral. Un grand mystère doit être apparu à ceux qui, comme les philosophes grecs, postulèrent que tout sur Terre a sa contrepartie dans les cieux, & qui, dans leur mysticisme religieux, cherchèrent toujours les signes de la transcendance dans l’environnement temporel.

Mais en quels respect & révérence durent-ils tenir la Géométrie lorsqu’ils trouvèrent que le Triangle équilatéral était lui-même généré, comme dans le premier problème d’Euclide sur lequel repose toute Science de la Géométrie, par l’intersection de deux cercles.

Cette figure n’était pas seulement regardée comme un symbole de la Trine Personne Divine, mais comme partie de la figure qui est limitée par les arcs de deux cercles & qui prend elle-même un tiers de chaque cercle qui la génère & dans lesquels le triangle est formé, était naturellement tenue de temps plus anciens comme le plus sacré des Emblèmes chrétiens, celui de la régénération ou de la nouvelle naissance. On l’a nommée Vesica Piscis (Vessie de Poisson) pour les mêmes raisons qui menèrent le Rabbi Maïmonides, au douzième siècle alors qu’il traitait d’un pareil sujet religieux, à recommander à ses étudiants : “Lorsque vous avez découvert la signification, ne la divulguez pas, car les gens ne peuvent philosopher ou comprendre que pour l’infini il n’existe pas de sexe.”

Figure 3

Le Vesica Piscis est intimement connecté avec la découverte par Auguste César, telle que narrée par Baronius, d’une prophétie dans un livre sibyllin prévoyant un grand événement à venir qui passera par la naissance d’Un qui sera le véritable Roi des Rois & qu’Auguste dédia alors un autel en ce lieu au “Dieu Inconnu”. »

Frère Klein continue alors en démontrant comment le Vesica Piscis était le fondement véritable de l’Architecture gothique, & que son influence compte dans le changement soudain du style normand, qui était basé sur les propriétés du carré plutôt que du triangle.

Figure 4

Il divulgue ensuite de grandes merveilles du Vesica Piscis & souligne : « Le rectangle formé par la longueur & la profondeur de cette mystérieuse figure en sa forme la plus simple a plusieurs qualités extraordinaires; il peut être coupé en trois parties égales, par des lignes directes comme suit » :

Figure 5

Et ces parties seront précisément & géométriquement similaires l’une par rapport à l’autre ainsi qu’à la figure dans son ensemble, ce qui s’applique étrangement au Symbolisme rattaché à la Trinité en l’Unité, & cette subdivision peut être étendue indéfiniment sans en changer la forme ; quel que soit le nombre de fois que cette opération est effectuée, les parties restent identiques à la figure originale, conservant toutes ses propriétés extraordinaires, & aucun autre rectangle ne peut détenir cette curieuse propriété. Il peut aussi être coupé en quatre parties égales par des lignes droites parallèles aux deux côtés, & à nouveau chacune de ces parties sera exactement similaire l’une par rapport à l’autre ainsi qu’à l’ensemble, & le processus peut être reproduit indéfiniment, le triangle équilatéral apparaissant partout :

Figure 6

« Une fois encore, si deux de ces tri sous-divisions sont prises individuellement, la forme de celles-ci est exactement similaire géométriquement à la moitié de la figure, & le triangle équilatéral apparaît à nouveau partout dans les deux divisions ».

Figure 7

« Dans la figure ci-dessus, j’ai opéré une tri-sous-division au sixième degré, & afin d’aider l’œil j’ai marqué par des lignes plus grasses l’une de ces divisions dans chaque degré. À nouveau, la diagonale est exactement du double de la longueur de son côté le plus petit, caractéristique tout aussi unique & qui approfondit son utilisation, afin de découvrir les dessins & cette propriété est, bien sûr, toujours bonne pour tous les rectangles formés par chaque sous-division, mais peut-être que sa plus mystérieuse propriété pour ceux qui ont étudié la géométrie, & pour qui cette figure était un Symbole de la Divine Trinité dans l’Unité, était le fait qu’elle mettait entre leurs mains les moyens de découper un triangle en trois parties égales par les angles droits. Les trois grands problèmes du Moyen-Age étaient “la duplication d’un cube”, “la quadrature du cercle” & “la trisection d’un angle”, même Euclide fut incapable de démontrer comment le faire, & cependant on voit que la diagonale A-B de la quatrième figure & la diagonale A-E de la figure qui suit, trisectionne, en fait, l’angle D-A-C. Il est vrai que cela démontre uniquement comment trisectionner un angle, mais c’est l’angle qui représente le Métier & il est créé par le triangle équilatéral. Toutes ces propriétés uniques placent cette figure bien au-dessus de celle du carré pour le travail pratique, car, même lorsque la diagonale d’un carré est donnée, il est impossible de trouver la longueur exacte d’un de ses côtés, ou vice versa. »

J’ai cité le Frère Sydney Klein in extenso afin de lui rendre crédit pour son œuvre détaillée quant à cette matière importante, & j’ai ainsi donné au lecteur une idée claire des possibilités uniques de ces symboles, aussi bien que de leur profonde signification religieuse & de l’effet réel que leur application pratique produit sur toutes les architectures de la période gothique. Sur cette base, nombre des plus importantes cathédrales & églises furent érigées, & leur beauté ne peut être niée. Lorsque nous comparons quelques-unes des plus belles structures gothiques avec les pyramides, par exemple, nous ne pouvons que remarquer la différence ; mais après tout, la pyramide est une véritable structure symbolique dans tous ses détails, alors que la cathédrale gothique ne nous dévoile qu’une partie de la vérité.

Imaginez ma joie débordante lorsque j’ai découvert que cet antique Arbre de Vie kabbalistique, avec toutes ses merveilleuses possibilités comme moyen de clarification mentale de chaque idée dans l’Univers — Naturel, Humain & Divin — était, dès le départ, entièrement basé sur le même principe fondamental du Vesica Piscis, & n’était, par conséquent, pas un dessin figé, mais capable d’une progression infinie vers l’Infiniment Petit ou l’Infiniment Grand. Car il peut être tracé de telle manière qu’il apparaît avec tous ses détails & propriétés, se répétant eux-mêmes indéfiniment dans toutes directions de l’Espace de l’Infini.

Imaginez ce que cela signifie pour un kabbaliste qui a arrangé toutes les idées en son esprit, en un ordre bien équilibré, de découvrir un moyen de perpétuer dans la pensée toutes ces Idées, & d’être capable de réaliser que l’Arbre de Vie sur lequel elles sont basées est un ARBRE VIVANT, avec ses Racines dans l’Infiniment Petit & ses Branches & Fruits s’étendant jusqu’aux plus lointaines Limites de l’Univers.

Voici la nature de la découverte, ou révélation, qui me vint le 14 avril, & qui sera la base de nos études & recherches qui vont suivre.

Anatomie du Corps de Dieu : chapitre I, traduction française par Spartakus FreeMann, 2005-2016 e.v.

Notes :

[1] Traduction française de Spartakus FreeMann disponible sur Lulu.com.

[2] Cette méthode me fut enseignée il y a quelques années par Frater Nubem Eripiam, qui prétendait l’avoir découverte. Cette méthode de construction telle que donnée par le Liber 777, bien que produisant un arbre parfaitement proportionné, ne montre pas les cercles qui le génèrent.

[3] Le vesica piscis est l’intersection de deux cercles de même diamètre dont le centre de chacun fait partie de la circonférence de l’autre. Le nom veut dire littéralement en latin la « vessie du poisson ». Cette figure est aussi appelée mandorle (NDT).

[4] « Magister-Mathesios » par S.T. Klein in ARS QUATUOR CORONATORUM n°23, 1910 (NDT).

[5] Op. cit., vol. XXIII, 1910, pp. 107-151.

Articles similaires