Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 25 septembre 2019

La Chapelle templière aujourd’hui par Spartakus FreeMann. Dans la continuité des articles sur l’histoire de cette chapelle de Metz, nous vous proposons quelques photos prises le jour de Noël 2011.

Nous espérons pouvoir bientôt vous faire profiter des décors intérieurs que nous n’avons pas pu visiter pour cause de fermeture hivernale.

Pour rappel, cette chapelle est l’unique vestige d’une commanderie templière fondée au XIIe siècle, est situé dans la quartier de l’Arsenal de Metz. Elle fut construite entre 1180 et 1220 et est l’un des uniques spécimens d’église en rotonde existant en Lorraine.

On remarquera ci-dessous qu’à l’extérieur se trouvent deux enfeux à arcatures tréflées occupant un pan de l’octogone et indiquant l’emplacement d’un corps de bâtiment aujourd’hui disparu, abritant à l’origine une salle capitulaire à décor peint historié. Sous cette arcature s’ouvre une porte, dont le linteau sculpté porte la croix pattée caractéristique des Templiers.

Extrait de Wikipédia :

Les Templiers s’installent dans cette ville libre du Saint-Empire romain germanique dans les dernières décennies du xiie siècle. Outre les Templiers, œuvraient à Metz les Hospitaliers du Petit-Saint-Jean et les Teutoniques de Sainte-Elisabeth, installés près de la porte des Allemands. La première donation à l’ordre du Temple date de 1147, et est liée à la prédication de Bernard de Clairvaux pour la deuxième croisade dans la ville de Metz. C’est à la fin du xiiie siècle que les Templiers déplacent leur siège dans le sud-ouest de la ville, à proximité de l’Église Saint-Pierre-aux-Nonnains.

L’ordre du Temple est dissous en 1312 et les biens sont attribués aux chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Dans la bulle Faciens misericordiam, le pape Clément V chargeait en effet les évêques locaux de procéder au jugement des Templiers, et à la confiscation des biens de l’Ordre, qui devaient être redistribués aux Hospitaliers (bulle Ad providam de 1312). Mais de fait, peu d’arrestations de Templiers eurent lieu dans le Saint-Empire, et aucun d’entre eux ne fut exécuté. Le synode de la province ecclésiastique de Trèves, dont dépendaient les diocèses de Metz, Toul, Verdun, fut réuni, et prononça simplement une sentence d’absolution. Ainsi, les Templiers purent se maintenir dans la province ecclésiastique et le duché de Lorraine. En définitive, aucun des biens du Temple, après sa disparition, ne passa aux mains des Teutoniques. Restés sous la protection des seigneurs locaux, certains commandeurs templiers, devenus hospitaliers, purent même conserver leurs titres et prérogatives.

LIRE  Isopséphie, Cabale et Mystique des Nombres Grecs

Lire les articles :

Chapelle templière 1

Notice sur l’oratoire

Spartakus FreeMann, décembre 2011 e.v.