Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 12 janvier 2016

L’Ordre du Temple par Spartakus FreeMann

1.2. Organisation du Temple

Les territoires où s’exercent les activités du Temple sont divisés en Provinces. En 1294, on en comptait 22 (5 en France, 4 en Espagne, 3 en Italie, 2 en Allemagne, 1 en Angleterre, 1 en Hongrie, 6 en Orient).

Les Templiers formaient une armée permanente de quelques milliers d’hommes encadrée par 500 chevaliers et 1000 sergents. L’ensemble obéissait au Maître et à son état-major.

Baldwin II cédant le Temple of Salomon à Hugues de Payns et Gaudefroy de Saint-Homer, par Guillaume de Tyr, 13e siècle.

Hiérarchie :

L’état-major du Temple est constitué par :

• Le Maître de l’Ordre : assimilé à un Abbé ou, plutôt, à un souverain. Il ne peut prendre aucune décision sans l’accord du Chapitre.

• Le Sénéchal de l’Ordre : il détient le sceau de l’Ordre.

• Le Maréchal : chef militaire et responsable de la discipline.

• Le Commandeur de la Terre et du Royaume de Jérusalem : trésorier du Temple et chef de la marine.

• Le Commandeur de Tripoli et d’Antioche.

• Le Drapier : intendant des fournitures de l’Ordre.

• Le Turcopolier.

• Le Sous-Maréchal.

• Le Gonfanonier.

• Le Commandeur de Jérusalem : gardien des pèlerins, de la Sainte-Croix et Ambassadeur de l’Ordre.

Le Maître du Temple, qui ne sera que tardivement appelé Grand Maître, avait l’autorité d’un chef suprême, mais il ne pouvait prendre une décision qu’après consultation du chapitre. Il ne pouvait donner ou prêter les biens de l’ordre et ne pouvait commencer ou finir une guerre. En fait, le Grand-Maître faisait figure d’un président contrôlé par le chapitre. Il devait d’ailleurs se conformer obligatoirement aux décisions de celui-ci. « Tous les Frères doivent obéir au Maître et le Maître doit obéir à son Convent. » (Statuts hiérarchiques).

À la mort du Maître, les fonctions sont assurées par le Maréchal qui réunit tous les dignitaires de l’Ordre. Ceux-ci désignent le Grand Commandeur qui fera fonction jusqu’à l’élection du nouveau maître. Le Grand Commandeur forme un conseil restreint qui fixe le jour de l’élection. Ce jour, il rassemble un chapitre restreint qui choisit trois frères dont l’un est nommé Commandeur de l’Élection. Le Chapitre lui choisit un adjoint. Le Commandeur de l’Élection et son adjoint se retirent à la chapelle où ils prient jusqu’au lever du soleil. Au matin, le Commandeur de l’Élection et son adjoint désignent deux autres Frères. Ils élisent alors deux autres Frères et ainsi de suite jusqu’au nombre de 12 (en rappel des Apôtres) puis un treizième qui doit être un chapelain de l’Ordre. Parmi ce Chapitre, il doit y avoir 8 Chevaliers et 4 Sergents. Les treize électeurs se retirent et quand l’accord semble se faire sur deux noms, le Commandeur met aux voix et c’est celui qui recueille la majorité qui est désigné en tant que nouveau Maître de l’Ordre du Temple.

Le reste des membres du Temple se répartissaient de la manière suivante : les Chevaliers, les Écuyers, les Sergents, les Chapelains et les Frères de Métiers.

De plus, on comptait trois catégories de personnes qui faisaient un service d’une durée déterminée dans l’Ordre : les Chevaliers clients, les Écuyers clients et les Turcopoles.

1.3. La vie du Temple

Le trousseau des chevaliers se composait de deux chemises, deux paires de chausses, deux braies, d’un justaucorps, d’une pelisse, d’une chape, de deux manteaux, d’une tunique et d’une large ceinture de cuir. À ces vêtements, s’ajoutent deux serviettes : une pour la table la deuxième pour la toilette.

Le trousseau militaire comprend : un haubert, une paire de chausses de fer, un chapeau de fer, un heaume, des souliers et une cotte d’arme. L’armement consistait en une épée, une lance et un écu.

Outre leurs occupations civiles et du service militaire, leur existence est celle de moines. Quand sonne campane de matines, les templiers se rendent à la chapelle où ils doivent dire 13 paters pour Notre-Dame et 13 pour le saint du jour. Après matines, ils doivent se rendre aux écuries. À prime, les chevaliers se rendent à nouveau à la messe. Les Templiers ne peuvent pas manger sans avoir entendu ou récité 60 paters. Avant les repas, on récite le bénédicité et un pater. Les grâces à la chapelle au sortir du réfectoire, puis les vêpres, les heures de none et complies.

Chacune des heures s’accompagne de 13 ou 18 paters. À cela s’ajoute toute la gamme des obligations lors des fêtes catholiques. À la tombée de la nuit, les frères prennent une collation puis se rendent à la chapelle.

1.4. Liste des Grands-Maîtres

Attention, la liste donnée ici est indicative et n’est qu’une des nombreuses listes émises par des historiens. En effet, il semble que les historiens ne soient pas d’accord quant au nombre et aux noms des grands maîtres de l’Ordre du Temple

1. Hugues de Payens

2. Robert le Bourgignon

3. Evrard des Barres

4. Bernard de Tramelay

5. Bertrand de Blanquefort

6. Philippe de Napelouse

7. Odon de Saint-Amand

8. Arnaud de Toroge

9. Terrie (ou Thierry ou Therence)

10. Gérard de Riddeford

11. Robert de Sablé

12. Gilbert Horal

13. Philippe de Plessiez

14. Guillaume de Chartres

15. Pierre de Montaigu

16. Armand de Périgord

17. Guillaume de Tonnac

18. Renaud de Vichiers

19. Thomas Beraut

20. Guillaume de Beaujeu

21. Le moine Gaudin

22. Jacques de Molay

L’Ordre du Temple, Spartakus FreeMann, 2008

Articles similaires

Commentaires Facebook