Invocation à Babalon par Fr Dagaz 580 EzoOccult image 2

Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 27 décembre 2015

Invocation à Babalon par Fr Dagaz 580

Procul oh procul este profani. Barlasti ompala. Au Nom du Tout Puissant & Terrible, je proclame que j’ai banni les klipoth en leurs habitations.

Je T’invoque Babalon, mère de toute fornication et de toute abomination sur cette Terre ! Toi dont le nom est MYSTERE. Toi, Toi je T’invoque. Toi qui rampes sur la Cité des Pyramides. Toi, Toi je T’invoque ! Toi qui tiens en Ta main la coupe qui contient toutes les choses maudites. Toi, Toi je T’invoque. Toi qui chevauches la bête aux sept têtes. Toi, Toi je T’invoque ! Toi qui m’appelles à forniquer devant Toi. Toi, Toi je T’invoque. Toi dont le frère porte l’épée fièrement derrière ta bannière. Toi, Toi je T’invoque ! Toi qui es appelée Pute & Prostituée. Toi, Toi je T’invoque. OYAOIJ ! OYAOIJ ! OYAOIJ !

Vois, je suis le cœur sombre de la vie & de la mort, car je réside sous les supernels, mais je n’en règne pas moins dans la gloire. Je suis appelée Dame & Pute, mais je ne suis ni l’une ni l’autre. Je suis appelée Chaos & Adultère, et cependant comment peut-on être adultère de ce qui vit ? Je ne trompe que les morts devant moi. Je suis Celle qui vient dans la Nuit Sombre. Je suis Celle qui détient la sagesse sacrée du Serpent & du Bouc. Je suis l’ordre. Je suis la mère des putes ! Je ne suis pas l’amour, mais je suis celle qui ne peut être aimée, car je suis la Reine du Désir & je suis adorée par ta convoitise. Adore-moi ! Bois des vins enivrants & fais la fête devant moi ! Bois à ma Coupe et bois mon sang, car je réside dans le lieu où tu n’oses regarder. Je t’affligerai de mes faveurs & en ton obsession tu te donneras à moi. Je me vêtirai des habits de la séduction & te visiterai en ton sommeil jusqu’à ce que tu regardes mes yeux émeraude avec désir et avidité. Je chevauche la bête aux sept têtes qui sont en vérité sept voiles. Je suis la Reine Mère des choses misérables, des choses exécrables, des choses abominables, des choses secrètes & mystérieuses, des choses Désirables. Sur ma propre tête est consignée mon abominable nom : mysterium Babalon magna mater fornicationum et abominationum terrae.

Fr. Dagaz [580] Traduction et adaptation par Spartakus FreeMann, Nadir de Guantanamo, mars 2004 e.v.