Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 6 août 2019

L’Invocation à Horus

Selon la Sagesse Divine de W. le Prophète.

Lune & Soleil conjoints dans le Bélier, Anno IV, xii.

Note du traducteur : en ce 100e anniversaire de l’Eon d’Horus, il nous a semblé utile de donner une traduction de cette invocation que Aleister Crowley a réalisée le 20 mars 1904 et qui marque le nouvel Eon. Deux semaines plus tard, Crowley recevra la communication du Liber AL vel Legis ou Livre de la Loi d’Aïwass lui-même. Les Thélémites pratiquent cette invocation à chaque 20 mars qui marque le nouvel an thélémite.

Ce rituel doit être pratiqué devant une fenêtre ouverte sur l’Est ou le Nord, sans encens. La pièce doit être emplie de joyaux, mais seuls des diamants seront portés. Une épée non consacrée, un chapelet de 44 perles, une robe blanche sont les armes magickes nécessaires. A pratiquer le jour à 12h30, pieds nus. Le signe d’Apophis et de Typhon doit être utilisé.

Pas de bannissement préliminaire.

***********************

Confession

Improvisé et sans invocation, moi XXX suis ici en Ta présence – car Tu es partout, O Seigneur Horus ! – afin de confesser humblement devant Toi mes négligences et mes méprises envers Toi.

Comment pourrai-je me rendre suffisamment humble devant Toi ? Tu es le puissant et invaincu Seigneur de l’Univers : je suis une étincelle de Ton Indicible Radiance.

Comment pourrai-je t’approcher ? – alors que Tu es en tout lieu.

Mais Tu as gracieusement daigné m’appeler vers Toi, à cet Exorcisme de l’Art, afin que je puisse être Ton serviteur, Ton adepte, O Brillant, O Soleil de Gloire ! Tu m’as appelé – ne devrai-je point me hâter de rejoindre Ta présence ?

Avec des mains impures, je viens à Toi, & je me lamente de mes écarts vis-à-vis de Toi – mais Tu sais !

Oui, j’ai fait le mal.

Si l’on Te blasphème, pourquoi devrais-je alors T’abandonner ? Mais Tu es le Vengeur ; tout est avec Toi. Je courbe mon échine devant Toi ; & comme Ton épée fut au-dessus d’elle, ainsi suis-je entre Tes mains. Frappe si Tu le veux : épargne si Tu le veux : mais accepte-moi comme je suis.

Ma confiance est en Toi : serais-je confondu ? Ce Rituel de l’Art ; cette Invocation en 44 parties ; ce Sacrifice du Sang je ne les comprends pas.

Est-ce suffisant si j’obéis à Tes décrets ? Ta lumière ne viendra-t-elle pas pour ma misère éternelle, n’est-ce pas ma joie d’exécuter Tes Sentences sur moi-même ? Pour quoi ? Car tout est en Toi et de Toi ; il est suffisant que je brûle au sein de l’intolérable gloire de Ta présence.

LIRE  La Géomancie selon Aleister Crowley

Assez ! Je me tourne vers Ta promesse.

Douteux sont les Mots ; sombres sont les Chemins ; mais Tes Mots et Tes Chemins sont Lumière. Ainsi en est-il aujourd’hui comme pour toujours, j’entre dans le Chemin de Ténèbres, avec bonheur j‘atteindrai le Lumière. Hail !

L’Invocation à Horus 1

I

Frappe, frappe la corde !

Tire, tire l’Épée flamboyante !

Enfant Couronné et Seigneur Conquérant !

Horus, le Vengeur !

(À chaque « Toi, Toi je T’invoque » donner le signe d’Apophis)

L’Invocation à Horus 02

1. O Toi la Tête du Faucon ! Toi, Toi, je T’invoque !

A. Toi, unique enfant d’Osiris, Ton Père, & d’Isis Ta Mère. Lui qui fut massacré ; Elle qui T’a porté en Sa matrice, volant de la Terreur des Eaux. Toi, Toi, je T’invoque !

2. O Toi dont le Tablier est d’un blanc éclatant, plus blanc que la Pointe de l’Aurore ! Toi, Toi, je T’invoque !

B. O Toi qui a formulé Ton Père et rendu fertile Ta Mère ! Toi, Toi, je T’invoque !

3. O Toi dont les vêtements sont de gloire dorée, avec des rayures d’azure ! Toi, Toi, je T’invoque !

C. Toi qui T’es vengé de l’Horreur de la Mort ; Toi le tueur de Typhon. Toi qui a élevé Tes bras, et les dragons de la mort furent poussière, Toi qui éleva la tête et les crocodiles du Nil furent humiliés devant Toi ! Toi, Toi, je T’invoque !

4. O Toi dont Nemyss couvre l’univers avec la nuit, Bleu impénétrable ! Toi, Toi, je T’invoque !

D. Toi qui voyages sur la Barque de Ra, demeurant à la Proue de la Barque d’Aftet et de Sektet ! Toi, Toi, je T’invoque !

5. Toi qui portes la Baguette de la Double Puissance ! Toi, Toi, je T’invoque !

E. Toi dont la présence est couverte par la ténèbre de la Lumière Bleue, gloire incompréhensible de l’Aethyr le plus éloigné, immensité de l’espace que l’on ne peut traverser ou penser. Toi qui concentres les Trente Aethyrs en une sphère de Feu grandissante ! Toi, Toi, je T’invoque !

6. O Toi qui porte la Rose & la Croix de la Vie & de la Lumière ! Toi, Toi, je T’invoque !

La Voix du Cinq

La Voix du Six

Onze sont les Voix

Abrahadabra !

II

Frappe, frappe la corde !

Tire, tire l’Épée flamboyante !

Enfant Couronné et Seigneur Conquérant !

Horus, le Vengeur !

1. Par le Nom de Ra je T’invoque, Faucon Solaire, Toi le Glorieux !

LIRE  Aleister Crowley & l’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée

2. Par le Nom de Harmachis, jeunesse du Matin Brillant, je T’invoque !

3. Par le Nom de Mau, je T’invoque, Lion du Soleil du Milieu du Jour.

4. Par le Nom de Toum, Faucon du Soir, splendeur cramoisie du Coucher du Soleil, je T’invoque !

5. Par le Nom de Kheph-Ra je T’invoque, O Scarabée de la Maîtrise occulte du Milieu de la Nuit !

A. Par le Nom de Heru-pa-Kraat, Seigneur du Silence, Bel Enfant qui se tient sur le Dragon des Profondeurs, je T’invoque !

B. Par le Nom d’Appolon, je T’invoque, O homme de force et de splendeur, O poète, O père !

C. Par le Nom de Phoebus qui conduit le chariot au travers des Cieux de Zeus, je T’invoque !

D. Par le Nom de Odin je T’invoque, O guerrier du Nord, O Renommé des Sagas !

E. Par le Nom de Jeheshua, O enfant de l’Étoile Flamboyante, je T’invoque !

F. Par Ton Nom, Ton Nom Secret Hoori, Toi je T’invoque !

La Voix du Cinq

La Voix du Six

Onze sont les Voix

Abrahadabra !

Vois ! Je me tiens au centre. Mien est le symbole d’Osiris ; vers Toi mes yeux sont tournés à jamais. Vers la Splendeur de Guebourah, la Magnificence de Hessed, les Mystères de Daath je tourne mon regard. Cela je l’ai cherché & j’ai cherché l’unité : entends-moi !

III

Frappe, frappe la corde !

Tire, tire l’Épée flamboyante !

Enfant Couronné et Seigneur Conquérant !

Horus, le Vengeur !

1. Mienne est la Tête de l’Homme & mon regard est perçant comme celui du Faucon. Par ma Tête je T’invoque !

A. Je suis l’enfant unique de mon Père et de ma Mère. Par mon Corps je T’invoque !

2. Autour de moi brillent les Diamants de pure et blanche Radiance. Par leur brillance je T’invoque !

B. Mien est le Triangle Rouge Inversé, le Signe donné d’aucun, qu’il soit Tien, O Seigneur ! Par ce lamen je T’invoque !

3. Mien est le vêtement blanc constellé d’or. Par ma robe je T’invoque !

C. Mien est le signe d’Apophis et de Typhon ! Par le signe je T’invoque !

4. Mien est le turban blanc et or, et mien est la vigueur bleue de l’air intime ! Par ma couronne je T’invoque !

D. Mes doigts se promènent sur le Rosaire de Perles : ainsi cours-je vers Toi en Ton Véhicule de Gloire. Par mes doigts je T’invoque !

5. Je porte le Mot du Double Pouvoir dans le Voix du Maître – Abrahadabra ! Par le Mot je T’invoque !

LIRE  Le Palais du Monde du Temple du Saint Esprit

E. Miennes sont les notes de musique du chant que j’ai écrit pour T’invoquer

Frappe, frappe la corde !

Tire, tire l’Épée flamboyante !

Enfant Couronné et Seigneur Conquérant !

Horus, le Vengeur !

Par ce chant je T’invoque !

6. Dans mes mains est l’Épée de la Vengeance ; qu’elle frappe a Ton Commandement ! Par l’Épée je T’invoque !

La Voix du Cinq

La Voix du Six

Onze sont les Voix

Abrahadabra !

IV.

Frappe, frappe la corde !

Tire, tire l’Épée flamboyante !

Enfant Couronné et Seigneur Conquérant !

Horus, le Vengeur !

(Donner le signe à chaque Abrahadabra)

1.Mienne est la Tête du Faucon ! Abrahadabra !

A. Je suis Lui, l’enfant unique d’Osiris mon Père et d’Isis ma Mère. Lui qui fut massacré, Elle qui me porta en son sein, volant des Eaux de Terreur. Abrahadabra !

2. Mon Tablier est d’un blanc éclatant, plus blanc que la Pointe de l’Aurore ! Abrahadabra !

B. J’ai formulé mon Père et rendu fertile ma Mère ! Abrahadabra !

3. Mon vêtement est de gloire dorée, avec des bandes d’azur ! Abrahadabra !

C. J’ai vengé les Horreurs de la Mort ; je suis le destructeur de Typhon ! J’ai élevé mes bras et les dragons de la Mort furent poussière ; j’ai élevé ma tête et le crocodile du Nil fut humilié devant moi ! Abrahadabra !

4. Ma Nemyss couvre l’univers de sa nuit, le Bleu impénétrable ! Abrahadabra !

D. Je voyage dans la barque de Ra, demeurant à la Proue de la Barque d’Aftet et de Sektet ! Abrahadabra !

5. Je porte la Baguette de la Double Puissance ! Abrahadabra !

E. Moi dont la présence est couverte par la ténèbre de la Lumière Bleue, gloire incompréhensible de l’Aethyr le plus éloigné, immensité de l’espace que l’on ne peut traverser ou penser. Je suis Celui qui a concentré les Trente Aethyrs en une sphère de Feu grandissante ! Abrahadabra !

6. Je porte la Rose et la Croix de la Vie et de la Lumière ! Abrahadabra !

(Rester dans le signe)

Par conséquent, je Te dis : Viens et réside en moi afin que chaque esprit, qu’il soit du Firmament, ou de l’Éther, ou de la Terre, ou de dessous la Terre ; sur le sec ou sur l’humide, de l’Air Tourbillonnant ou du Feu Pénétrant ; et que chaque sort et fléau du Dieu Vaste soit Toi, Abrahadabra !

L’Invocation à Horus, traduction française par Spartakus FreeMann, Zénith de Libertanamo, ce 20 mars 2004 e.v., 100e anniversaire de ce Rituel.

Image par Albert Dezetter de Pixabay