Le Rite de l’Alliance, par Sâr Aurifer S:::I:::  

Le Rituel ci-après a été établi par nous-mêmes, en puisant dans des Clavicules manuscrites ou en nous inspirant des instructions que donne Lenain en son ouvrage La Science Kabbalistique (Amiens, 1823). Il est parfaitement dans la tradition secrète particulière aux « Elus-Cohen », puisqu’il vise à établir un contact spirituel d’abord, matériel ensuite, entre un des grands Anges issus du « Nom de Soixante-Douze Lettres » et l’Opérant. Ce contact est implicitement inclus dans l’enseignement secret de Martinez de Pasqually, et explicitement demande dans la grande « Invocation de Réconciliation », dont une copie manuscrite de la main même de Claude de Saint-Martin, figure à la Bibliothèque de Lyon.

Les Enseignements Secrets de Martinez de Pasqually, ouvrage de Franz von Bader, traduit de l’Allemand par René Philippon (Chacornac, ed. Paris, 1900), nous dit que « ... Martinès de Pasqually a fait revivre pour ses disciples les fastes de l’Ancienne Alliance… » Cette « alliance », c’était celle qu’avait conclue Moïse. Aaron et les soixante-dix des anciens d’Israël, au nom du peuple juif, avec un des « Élohim ». C’est pourquoi l’Arche était dite « arche du Témoignage » ou « arche d’Alliance », car elle contenait le témoignage même de la manifestation divine. En témoignage de fidélité à cette alliance, Israël a continué de commémorer le jour où elle avait été conclue, tel un véritable « pacte », soit à chaque nouvelle lune. Le but du présent Rituel est de réaliser au niveau individuel, ce qui a été collectif il y a cinq mille ans. Les détenteurs réguliers de la filiation des Elus-Cohen sont en possession, selon le grade de celle des Lévites, de celle des Cohanim, voire de celle des Juges. (Philippon dixit). Rien ne s’oppose donc à un renouvellement « microcosmique » du plus grand oeuvre théurgique qu’ait connu l’Histoire de l’Humanité.

Au début de toute l’Opération, il faut bien distinguer un point de prime importance. Selon certaines lettres de Martinès ou de ses intimes, ce sont les « passes » qui confirment à l’Initiateur le bien-fondé de ce qui est projeté à l’égard du disciple, soit un avancement en grade. Également, ce n’est point l’Opérant qui choisit son Guide spirituel, mais bien l’Ange qui choisit ou reçoit de Dieu l’Initié à conduire, instruire, illuminer. Ce n’est donc que lorsque le « Grand-Maître Cohen » (ou « Grand Architecte »), aura été l’objet de manifestations ou « passes » lui permettant de reconnaître et de cataloguer dans un des Choeurs angéliques ; l’Entité qui s’est manifestée à lui, que le présent Rituel dit de l’« Alliance » pourra enfin être mis en action. Des traditions et une documentation séculaires permettent d’opérer cette reconnaissance et de préciser le Nom de l’Entité.

L’éveil de sa spiritualité a été commencé alors que, « Maître-Elu, sous la Bande Noire », il pratiquait durant les trois premiers Quartiers de la Lune les Invocations aux XXII Noms de Dieu issus des XXII Lettres et données par le Psaume CXIX. (Instruction à part, remise aux Maîtres-Elus). Le côté actif de cette « imprégnation » spirituelle a été abordé avec les grandes Opérations d’Équinoxes, et la demande des « Passes ». Nous supposons donc les « passes » en question obtenues, suffisamment explicites pour qu’elles aient permis, aidé des conseils des Frères du même Aréopage, de reconnaître l’Entité qui a choisi l’Opérant comme disciple et que le temps de son Évocation soit arrivé. Des tableaux spéciaux donnent ces « correspondances » (temps, heure, angle du Ciel, correspondances analogiques et planétaires, parfum, etc.).

Nous possédons en nos archives des procès-verbaux dont la véracité n’est pas contestable bien que stupéfiante, au sujet des fameuses Passes. Encore une fois ; ce qui suit a été expérimenté par nous et la réussite en a démontré la valeur. De plus, ce sont des songes, obtenus toujours vers le matin et succédant à des Opérations nocturnes d’Invocation de l’Ange, qui nous ont véritablement enseigné par des visions symboliques mais extrêmement claires les détails de ce Rituel. Ajoutons que des coïncidences, des intersignes absolument inattendus ou contraires à ce que nous supposions ; nous ont montré sans contestation possible que les réactions du Subconscient n’étaient pour rien en cela. Des Frères ont été tenus au courant au fur et à mesure des dites révélations et des procès-verbaux desdits songes ont été établis à chaque lendemain. Enfin, certains ont assisté à des Opérations réduites ou de début, ce dans le seul but de les convaincre de la réalité et de la valeur desdits Rites. Leur témoignage est corroborant.

LIRE
La Fraternité Martiniste et l’Ordre de la Rose Croix

On se procurera d’abord un Encensoir ou un Brûle-Parfum de cuivre ou de bronze. On choisira un modèle assez haut, assez lourd, et non pas un de ces objets de pacotille coloniale, de vil prix. Également, on fera emplette d’une Lampe de Sanctuaire, à verre rouge rubis, de celles qui brûlent sans cesse dans les églises. On y brûlera des veilleuses en stéarine ou en cire ou on y brûlera de l’Huile, au choix. On complétera cet ensemble d’une Sphère de Cristal plein, qui reposera sur une Coupe de cuivre ou de bronze, ou d’argent. Ces Objets seront déposés sur une Nappe blanche ou pourpre, la Lampe en arrière, devant elle à gauche l’Encensoir, à droite la Boule. Une Navette à Encens, une Clochette liturgique compléteront l’Autel. Tous ces objets seront dûment consacrés, en utilisant pour chacun d’eux les Noms Divins de la Séphirah à laquelle chacun d’eux correspond symboliquement. On pourra également déposer sur l’Autel l’Épée à garde cruciale, ou la Baguette d’Amandier, si on possède ces deux Objets. Ils sont purement symboliques et le premier n’est jamais utilisé dans cette Rituélie.

On se confectionnera deux Pentacles pectoraux (pentagramme) et dorsaux (hexagramme), portant les Noms Divins adéquats. Ils seront taillés et gravés dans des plaques de plomb d’une épaisseur d’au moins un centimètre et d’un diamètre circulaire de vingt centimètres. Ils seront jumelés par deux sangles ou deux cordelettes (vertes ou rouges) destinées à les maintenir sur les deux épaules de l’Opérant. Tous deux seront également consacrés selon les formes.

Au jour et à l’heure régis par l’Ange, on prendra une feuille de parchemin vierge, on y découpera un disque d’environ vingt centimètres de diamètre qu’on finira de polir à l’aide d’une pierre ponce neuve. On exorcisera et on consacrera la Peau, ensuite, en même temps que les plumes et l’encre destinés au tracé des signes. Deux encres sont nécessaires : une belle encre de chine, bien noire et une belle encre écarlate, légèrement vermillonnée (proscrire les encres carminées qui parfois donnent des demi-teintes presque roses). Après avoir allumé l’encensoir et la Lampe de Sanctuaire, on y jettera le Parfum de l’Ange. On choisira pour cela, de préférence, les heures nocturnes. Si cela est impossible, on fermera soigneusement volets, rideaux, etc. Précisons ici que l’Autel, installé à demeure ne doit jamais être démonté et que les Objets rituéliques doivent être essuyés par l’Opérateur lui-même, à l’aide d’un linge blanc spécialement réservé à cet usage. Adopter en conséquence une pièce intime, propre ; pure où les personnes étrangères n’ont pas sinon accès, du moins l’occasion d’aller et venir. Les circulations trop bruyantes, les allées et venues trop fréquentes, sont absolument contraires à la réussite d’une telle opération.

Le Rite de l’Alliance, par Sâr Aurifer SI
Illustration : Jean-Baptiste Régnault, La Liberté ou la Mort, 1795.

Invocation bi-quotidienne dite d’Appel

« Ma Force est dans le NOM du Seigneur, qui a fait le Ciel et la Terre. Seigneur, écoutez ma Prière, et que mon cri monte jusqu’à Vous… »

« Seigneur, Dieu de Miséricorde, Dieu Patient. Très-Bénin, Libéral et Sage, qui accordez Vos Grâces de mille manières et générations, qui oubliez les iniquités, les péchés et les transgressions des Hommes, en la Présence de qui n’a jamais été trouvé aucun innocent qui visitez les manquements des Pères dans les enfants et les neveux, et ce jusqu’à la troisième et la quatrième génération je connais ma misère. et je sais que je ne suis pas digne de paraître devant Votre Divine Majesté, ni même d’implorer et de prier Votre Bonté et Votre Miséricorde pour la moindre Grâce . Pourtant, Seigneur des Seigneurs, ayez pitié de moi. Otez-moi toute iniquité et malice lavez mon âme de tous les immondices du péché renouvelez en moi mon Esprit. Qu’il soit enfin à même de comprendre le mystère de Votre Grâce et les trésors de Votre divine Sagesse. Sanctifiez-moi avec l’Huile de Votre Sanctification, avec laquelle Vous avez sanctifiés Vos Prophètes. Purifiez en moi tout ce qui m’appartient, afin que je sois un jour digne de la conversation de Vos Saints Anges. Et que Votre Divine Sapience m’accorde enfin le pouvoir remis à Vos Prophètes sur tous les Esprits impurs. Amen, Amen ! »

LIRE
Travail d’Associé

« Que l’Éternel, le Dieu d’Israël, soit béni à jamais, d’éternité en éternité. Amen ».

Un jour par semaine, au choix, on ajoutera, le soir, le « De Profundis » et le « Miserere Mei »

On commencera à Pâques (nouvelle Lune de Printemps), cet exercice bi-quotidien. Pour celle du soir, il sera bon d’allumer la Lampe et l’Encensoir et d’y brûler un peu d’encens.

Le Jour régi par l’Ange venu on s’isolera seul dans l’Oratoire, on s’installera devant l’Autel, la Lampe éteinte, mais l’Encensoir allumé et garni d’encens. Opérer de préférence le Matin, au lever du jour.

On tracera alors le Pentacle et on attendra l’Heure de Consécration dudit Pentacle, qui sera celle de la première Évocation de l’Ange. Généralement, celle-ci a lieu effectivement au bout d’un laps de temps plus ou moins long, quarante jours parfois cinquante au plus.

Pour certains Opérateurs, très entraînés, ce délai peut être très écourté. On déposera le Pentacle au centre de l’Autel, on déposera la Lampe allumée au centre du Pentacle, seule lueur éclairant la pièce obscure. On déposera en avant du Pentacle, touchant ses bords, l’Encensoir fumant et la Boule à leurs places habituelles.

On peut avec avantage placer cet ensemble sur un almadel de toile sur lequel seront peints les Noms Divins des angles cardinaux et ceux régissant l’Ange en question. Tenir compte pour l’orientation de l’Autel de l’Angle du Ciel et de l’Élément régi par l’Ange. On revêtira les Pentacles de plomb on tracera le Cercle Evocatoire (voir schéma) en lettres hébraïques, et, la Verge d’Amandier en main droite, verge qui, pour cette circonstance sera remplacée par un Cierge de cire allumé (il y a là un artifice de kabbale pratique substituant un objet à un autre par le fait d’une similitude de nom dite gématrie), on dira l’Invocation de Consécration, consécration du Théurge comme du Pentacle.

Invocation de Consécration

(suite à celle d’Appel)

« Recevez donc. Seigneur mon Dieu, l’offre que je vous fais de ces facultés qui me constituent vraiment Votre Image en ce Monde et qui doivent, comme telles me rendre redoutable à tous les Ennemis de Votre Loi Sainte. Emparez-vous si bien de mes facultés qu’elles n’aient de vie que pour VOUS seul, par Vous seul, et en Vous seul, qui êtes la Vie, la Voie et la Vérité. Faites que, par le pouvoir de Votre Nom Redoutable que je ne prononce qu’en tremblant, ô Véritable Roi, toutes les Puissances de Ténèbres s’éloignent de moi sans retour, et qu’elles me laissent jouir des consolations que Vous accordez à ceux qui, par leur vrai désir et leur persévérance en Vos Voies, sont devenus dignes de connaître l’Ange, fidèle et puissant, que Vous avez attaché à Votre Créature. C’est pourquoi je vous conjure, … n … (nommer l’Ange), de vous attacher constamment à ma personne, de me diriger en toutes mes actions temporelles ou spirituelles. C’est pourquoi je vous livre entièrement mon libre arbitre, pour qu’en échange, mes désirs et ma volonté et tous mes actes deviennent absolument conformes aux Lois Divines, en vertu de la charge qui vous a été confiée de veiller sur moi. » Prévenez-moi donc sur tous les événements qui me pourraient nuire temporellement ou spirituellement. Prévenez-moi contre les ruses et les attaques de l’Esprit du Mal qui cherche à m’enlacer de ses rêts. Éloignez de moi toutes insinuations mauvaises préservez-moi de toute communication avec l’être qui me persécute, afin qu’il n’y ait rien en moi qui n’agisse et ne subsiste conformément aux desseins que l’Éternel a conçus à mon égard.

C’est pourquoi je vous conjure. Esprit que j’ai invoqué et que j’évoque encore de recevoir et d’agréer la confiance que je vous donne pleinement en ce jour et en ce lieu, me proposant fermement d’abjurer la faible et obscure volonté qui fut la mienne jusqu’à ce jour pour ne me plus conduire que selon vos desseins spirituels sur moi. Je le jure ici même et solennellement, devant vos symboles et je le promets par ce Nom Terrible et Redoutable de Dieu : (ici le Tétragramme). Exaucez-moi donc en cet instant même, ô …..n….. (nommer l’Ange). »

LIRE
Du Martinisme et des Ordres Martinistes

« Faites-moi donc connaître votre assistance par quelque Caractère Hiéroglyphique ou par quelque autre Signe lumineux et net. ou par toute autre manifestation dans le Monde tangible qui permette à ma faiblesse actuelle de soutenir votre vue, de jouir de votre présence, et de comprendre votre enseignement. Disposez donc ma Forme de matière impure afin qu’elle soit, en cet instant même, propre à recevoir communication de vos célestes pensées. Je vous en conjure, ô …..n…… (nommer l’Ange), par les divins noms d’…… (nommer les Elohim recteurs de la séphirah de qui dépend l’Ange, et ceux des Sephiroth supérieures sur le même » pilier « de l’Arbre de Vie), et par celui de l’Archange…….. x…. (nommer) recteur de votre Cohorte… Amen. »

Évocation avec Visualisation

Pour l’Évocation avec visualisation on procédera ainsi.

On choisira pour jour de l’Opération un des jours régis par le Génie, on observera une période préparatoire de purifications corporelles et spirituelles. A jeun depuis douze heures au moins, on installera dans l’Oratoire le Pentacle de l’Ange (tracé et consacré un desdits jours qu’il gouverne) au centre du Triangle évocatoire, classique en Magie.

On disposera aux angles du Triangle les trois Objets : Lampe (au sommet du Triangle, sur le centre du Pentacle), Encensoir (garni de braise et d’encens), Sphère de Cristal (ou Coupe d’Eau profonde). On choisira une tourterelle ou un pigeon mâle, blanc de robe et on l’égorgera avec un couteau de cuivre, neuf, après avoir consacré l’animal et le couteau à l’Ange en question.

On fera alors la « libation » et l’offrande du Sang, puis on aspergera le tracé du Triangle et chacun des trois Objets rituéliques avec. On mettra le reste (recueilli lors de la saignée, dans une Coupe de Cristal pur) au centre du Triangle et des trois Objets.

On se placera alors dans le Cercle Théurgique (voir schéma et Note spéciale). La Verge d’Amandier en main droite, on dira alors les Invocations ci-après :

De Profundis,

Miserere Mei,

Conjuration des Quatre,

Conjuration des Dix,

Invocation de Salomon,

Consécration du Lieu,

Invocation quotidienne dite d’Appel,

Invocation de Consécration, modifiée ainsi :

Le dernier paragraphe : « Faites-moi donc connaître votre assistance par quelque Caractère, etc., etc. » sera remplacé par celui-ci :

« Disposez donc ma Forme de matière impure afin qu’elle soit, en cet instant même, propre à recevoir communication de vos célestes Pensées, et à contempler Votre Face. Je Vous conjure donc, ô ……. (nommer), par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Véritable, par Iaoh, le Dieu Saint, de Vous manifester à moi sous une Forme, sensible à mes Yeux et à mes autres Sens, à cet instant et en ce lieu sur cette Aire consacrée à Votre service. Paraissez donc, ô divin …. (nommer)…., paraissez Flambeau des Palais Célestes. Lumière des Parvis d’En-Haut, Eternel Veilleur du plus Grand des Rois . Quittez le Céleste Séjour ! Accourez en ce Lieu . Et que Votre Gloire y éclate, tangible reflet de la Gloire de mon Dieu ! » En prononçant les Noms Divins (Ioh, loah, Iaoh), on frappera l’air en croix avec la Verge d’Amandier. (Lenain, La Science Cabalistique, pages 70-71, Nota).

Pour la consécration de la Victime et du Couteau, on modifiera légèrement celle de l’Épée pour ce dernier et celle des Azymes pour la première.

Nous estimons préférable l’offrande des Azymes par le feu, à l’holocauste d’un être vivant. Pain et Vin constituent le sacrifice melkissédique véritable. (N.D.A.).

Le Rite de l’Alliance, par Sâr Aurifer S:::I:::

Image par Garik Barseghyan de Pixabay

Rejoindre la Communauté d'EzoOccult sur Facebook

Le Groupe Facebook a pour but de réunir les lecteurs du site et de la page afin d'échanger sur les sujets qui nous tiennent à coeur.

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à vous abonner à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires