Article publié par EzoOccult le Webzine d'Hermès et mis à jour le : 8 janvier 2016

Créativité, crowleyanité & autonomie par NunTzaddi 950

Un examen de la Messe Gnostique

L’observation d’Aleister Crowley du lien entre la sexualité & la créativité artistique fut intensivement traitée dans son essai « L’Enthousiasme Galvanisé » [1] (Equinox V I,9). Son erreur fut de limiter son interprétation de la rosée de l’inspiration comme n’étant qu’un fluide spécifiquement sexuel. Ironiquement, la stérilité de cette formule est démontrée par le déclin progressif de la production créatrice durant sa période la plus frénétique de ses expérimentations au sein du IX° de l’OTO (1914-1923). Dans ces années de déclins, quand le sexe véritable devint probablement difficile pour ce drogué asthmatique à l’héroïne, ses relations avec Freida Harris & Jane Wolf furent l’illustration de son Adeptat & de son inspiration résiduelle, bien que ses écrits ultérieurs ne démontrèrent aucune indication d’un abandon de la misogynie de ses années précédentes.

 Il se peut qu’il n’y aucune coïncidence du fait que la Messe Gnostique (écrite en 1919) soit, selon mon opinion, un des rituels les plus secs & les plus atrocement emmerdants écrits par Crowley. Les paradigmes chrétiens catholiques abondent & nous pouvons difficilement étiqueter ce rituel de « Nouvel Éon » ou même de révolutionnaire – une messe chrétienne du début à la fin complétée par une célébration corporelle & par l’omniprésence du Prêtre autoritaire. Une femme nue réifiée sur l’autel n’aide en rien au redressement de l’antique sexisme, ni à la subversion de l’Ancien Éon – nous nous tournons simplement vers l’autre pôle idiot du Satanisme. Le reste peut être « joli » ou « bien écrit », mais cela ne reste qu’un trip masculin phallocentrique & égocentrique. La seule chose qui relève véritablement du Nouvel Éon quant à cette Messe Gnostique est la déclaration « Fais ce que tu veux… » Il se pourrait que les Célébrants obtiennent plus du rituel s’ils prenaient cette déclaration plus au sérieux.

Magie en Théorie & en Pratique [2] (1920-1923) & ses Confessions (1929), bien qu’intéressantes sont ses œuvres les plus masturbatoires, égoïstes, intéressées & abjectement autodestructrices. Ces deux ouvrages abondent de remarques autoaccablantes que peu peuvent nier être profondément sexistes – même au moment où il apparaît s’essayer au « féminisme ». Le Liber Aleph (1917) [3] est impardonnablement misogyne & obsédé par l’homoérotisme. À la lecture de ses journaux de magie sexuelle écrits de 1914 à 1923, je ne peux que ressentir que tout ce qu’il a fait n’est que masturbatoire, autoglorifiant, égoïste & indécemment banal. Même lorsqu’il a du sexe avec ses collègues occultes, il ne semble jamais expérimenter quelque engagement émotionnel réel. Il semble n’être capable que d’avoir du sexe avec lui-même.

 Peut-être que le scénario suivant décrit au moins une facette de Crowley…

Créativité, crowleyanité & autonomie

Aleister Crowley

Le message fut donné à Crowley mais il passa la majorité de sa vie à l’ignorer à cause d’une obsession de la consommation des fluides corporels. Dans premières années (1900-1910), moins orientées vers l’OTO, nous voyons une force créatrice se manifestant dans toute sa pureté. Mais, déjà à l’époque où il fut initié à la magie sexuelle de l’OTO (1912), nous voyons le commencement d’un déclin dans son art qui est en parallèle de sa chute dans l’addiction à l’héroïne (une violation de ses serments). Sa Volonté n’était pas sous contrôle & l’amour n’était pas impersonnel. Il devint une pute bon marché & un masturbateur. Il publia toutes ces merdes sans valeur & révéla toutes les facettes louches de sa vie, de ses désirs & de sa personnalité.

 La Messe Gnostique est clairement une commémoration du Culte osirien autoritaire & patriarcal & non celui d’Horus ou de Maat. Tandis qu’il apparaîtrait y avoir une certaine valeur dans l’expérimentation de cette énergie, je vois mal la valeur de mettre tant en exergue l’Ancien Éon. Je trouve cela très perturbant que cette longue liste de Saints que les fidèles doivent subir ne contienne pas un seul nom de femme & que le but explicite de la prêtresse réifiée ne soit que d’exciter le prêtre & la congrégation.

 La formule proto-chrétienne d’INRI (mort & résurrection) est évidente dans l’initiation du III° de l’OTO & camouflée dans la Messe Gnostique. La première & la seconde des trois initiations de l’A.’.A.’., les Pyramides & le Passage de Tuat, démontrent également de profonds parallèles avec l’Ancien Éon. Le premier est bien connu pour ses possibilités sadomasochistes, grâce à Kenneth Anger. Le second demande du candidat d’être asphyxié jusqu’à l’inconscience & d’être ranimé par un « baiser ». Le candidat doit aussi recevoir le stigmate de la marque de la Bête sur le front. Il est évident que son interprétation en a toujours été moins littérale puisque je n’ai jamais rencontré personne défiguré de cette manière. Mais, Crowley l’a clairement suggéré. Quelqu’un doit l’avoir fait un jour ou l’autre. Rien de tout cela n’a de sens pour moi, si ce n’est une démonstration de la capacité perverse de Crowley à manipuler les gens métaphysiquement & sexuellement – j’ai forgé le terme « métaphucking » afin de décrire ce phénomène.

Le pire dans cette histoire c’est qu’un apprenti magicien manque de puissance afin d’être véritablement indépendant ou transpersonnel & qu’ainsi il tombe dans l’imitation fondamentaliste des enseignements & de la vie de Crowley – ou du moins cet apprenti magicien a une incapacité à aller au-delà des écrits & syllabus. Il y a des exceptions, mais il est plus qu’évident que l’ordre, en tant qu’entité organisée, a fait très peu en dehors de la dissémination académique & régulière de la Crowleyanité [4]. Cela ne signifie pas que les membres individuels ne suivent pas leurs propres rêves. Je me réjouis chaque fois que je vois cela.

 Les fondements théoriques de la magie cérémonielle traditionnelle sont construits sur les fondations pourries du monothéisme, du phallocentrisme, de la misogynie, du sexisme & du rejet du plaisir corporel. Crowley ne semble pas rompre avec cela par ses écrits, mais les documents qui constituent le « Souverain Sanctuaire de la Gnose de l’OTO » démontrent clairement un engagement interne, peut-être même caché, pour les traditions phallocentriques, patriarcales, monothéistes & sexistes. Ces documents sont : « De Natura Deorum », « De Arte Magica » & « De Homunculo ».

 Encore plus convaincante, peut-être, est la preuve de l’obsession crowleyenne avec les idées chrétiennes-victoriennes au sujet de la valeur de la souffrance & de l’importance de commettre des actes douloureux ou épouvantables. Il est temps de recommencer à neuf & de jeter ces merdes. Il est temps de regarder vers l’avant au lieu de reproduire les modèles douteux du passé. Il est temps pour les magiciens & les thélémites d’ouvrir les écluses de la création & de la destruction. Les anciens ordres doivent être attentivement examinés, critiqués & transcendés. De nouveaux ordres doivent être établis qui promeuvent la créativité & l’individualité sans légitimer l’auto-flagellation du faible.

 En dépit de toutes ces critiques acerbes, nous devons, je pense, prendre le temps de regarder de plus près les œuvres de Crowley. L’occultisme en général a une immense dette envers lui. Nous pouvons apprendre énormément de ses succès & de ses échecs. Je sens personnellement que cette véhémence renferme l’essence de mon désaccord avec Crowley. Évidemment, une véhémence plus mesurée sur les valeurs de Crowley doit être composée. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que les écrits de Crowley représentent la plus grande œuvre ésotérique, & même ses œuvres les plus explicitement occultes valent la peine d’être traitées comme de la littérature & de la philosophie – sous réserve que le lecteur prenne note & rejette les faiblesses & les vides – tout particulièrement celles illustrées dans cet essai.

 Par dessus tout, nous devrions, je pense, être très circonspect par rapport aux personnes qui nous donnent des explications métaphysiques quant à certains types de sexualité préférables à d’autres, & au comment les besoins sexuels doivent être dédiés à l’expansion de l’Église. En ce sens, les écrits de Crowley sur la sexualité posent une métaphysique & une éthique du sexe que je trouve extrêmement limitatives & limitées.

 L’amour est la seule loi.

 NunTzaddi 950. Issu de Mystery of Mystery : Tractatus Magico-Agnosticus, ouvrage inspiré de l’œuvre de Wittgenstein Tractatus Logico-Philosophicus & du Liber Oz de Crowley. Il se présente comme le manifeste métaphysique de NunTzaddi 950. Traduction française par Spartakus FreeMann, nadir de Libertalia, septembre 2007 e.v.

Notes :

[1] Traduit en français par Philippe Pissier & disponible sur son site.

[2] Traduit en français par Philippe Pissier.

[3] traduit partiellement par Spartakus FreeMann & disponible sur lulu.com/

[4] Par Crowleyanité on signifie l’univers philosophique, magique, spirituel d’Aleister Crowley, mais aussi l’ensemble des communautés thélémites ou thélémitophiles éparpillées sur la surface de la Terre.